Méfiance envers la Belgique

L'écart de rendement entre les obligations à 10 ans de la Belgique et de l'Allemagne a atteint un nouveau plus haut historique lundi en début d'après-midi. Bart De Wever a accusé le formateur Di Rupo de rabaisser la Belgique au rang de la Grèce, tandis que le Premier Ministre démissionnaire conseillait de faire une croix sur "l'idée que le parlement approuve encore un budget d'ici la fin de l'année".

L'écart de taux ou "spread" entre les obligations à 10 ans belges et allemandes a atteint un nouveau plus haut historique lundi en début d'après-midi, au moment où le rendement belge dépassait les 4,53%, signe d'un nouvel accès de défiance du marché.

Le spread entre notre pays et l'Allemagne, référence sur les marchés, s'est établi à 284 points de base (2,840%) peu avant 15 heures, effaçant les plus hauts du mois de septembre.

La Belgique avancerait-elle vers le même destin que la Grèce, l'Irlande ou le Portugal, comme se plait à le dire le chef des indépendantistes flamands. Est-ce le fait que notre gouvernement en affaires courantes préparera lui-même un budget sur base des douzièmes provisoires, en ne respectant pas ainsi le calendrier voulu par l'Europe.

Nombre d'interprétations sont possibles mais nos obligations souveraines ne sont pas les seules à être malmenées par les marchés. Le taux à 10 ans italien a atteint 6,607%, s'approchant des 7% dépassés la semaine dernière.

Le taux à 10 ans espagnol progressait nettement à la même heure à 6,029% (contre 5,851% vendredi) . Il n'avait pas dépassé ce seuil critique depuis début août.

Malgré la mise en place de nouveaux exécutifs en Grèce et en Italie, qui devaient rassurer les marchés sur la mise en oeuvre de mesures destinées à combattre la dette, les pays les plus fragiles de la zone euro sont dans la ligne de mire des investisseurs.

Preuve des craintes du marché, les opérateurs se ruaient sur la dette allemande, qui fait comme toujours office de valeur refuge dans la zone euro.

Le taux à 10 ans allemand, qui évolue à l'inverse du prix de l'obligation, évoluait à 1,815%.

Celui de la France progressait quant à lui à 3,384%, renvoyant le spread à 159 points de base, plus très loin du record de 170 points de base atteint la semaine dernière.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés