Net rebond des actions dans un climat de relative sérénité

(c) Daniel Roland

Les Bourses d’Europe ont encore gagné du terrain dans les dernières minutes d’échanges ce mardi. Les investisseurs se sont montrés en quelque sorte rassurés par un emprunt à court terme de l'Espagne, dans un climat de relative sérénité alimenté par les indicateurs et les résultats américains du jour.

Les Bourses européennes ont clôturé en forte hausse et Wall Street était au même moment bien orientée, rassurées par la demande solide suscitée par une émission de dette espagnole à court terme, l'amélioration inattendue du moral des investisseurs allemands, des publications de résultats meilleur qu'attendu aux Etats-Unis.

La production industrielle américaine est restée stable en mars pour le deuxième mois d'affilée tandis que la baisse inattendue des mises en chantier de logements a été compensée par une hausse des permis de construire, à leur plus haut niveau depuis trois ans et demi.

En Allemagne, l'indice ZEW du sentiment économique est ressorti à 23,4, alors que les analystes l'attendaient en repli, à 20.

Plusieurs publications d'entreprises américaines, comme Coca-Cola ou Goldman Sachs, ont également contribué à la progression des marchés.

Dans ce contexte, les intervenants de marché en ont profité pour augmenter leur exposition aux actions. À Paris, le Cac 40 a terminé à 3.292,51 points, en hausse de 2,72%. Le Footsie britannique et le Dax allemand se sont respectivement adjugés 1,78% et 2,65%, tandis que l'indice paneuropéen Stoxx 600 a clôturé à 259,45 points, en boni de 2,04%

Les premières à bénéficier de ces positions ont été les valeurs bancaires, particulièrement sensibles à l'évolution du risque souverain. L’indice Stoxx 600 de référence a bondi de 4%. Les valeurs liées à l'assurance n'ont pas démérité non plus (+2,9% pour le Stoxx 600 sectoriel).

La forte progression des financières a percolé jusqu'à la Bourse de Bruxelles, où l'indice Bel 20 a d'ailleurs enregistré sa troisième performance de l'année (+2,32% à 2.291 points). L'action KBC s'y est envolée de 10,71% à plus de 15 euros. AB InBev qui est en passe de créer la société de boissons n°1 dans les Caraïbes n'a gagné que quelque 0,56% à 55,3 euros.





















Hors Bel20, TiGenix a bondi de 5% environ, après avoir flambé de 12% dans les premiers échanges. 


AGENDA

  • Zone euro

-  Les immatriculations de voitures neuves en Europe ont reculé en mars pour le sixième mois d'affilée, plombées par celles de Fiat, Renault et Peugeot, une forte contraction du marché automobile en France et en Italie éclipsant une reprise fragile en Allemagne et au Royaume-Uni.  Les immatriculations ont chuté de 6,6%, tombant à 1,5 million de véhicules, leur plus bas niveau pour le mois de mars depuis 1998, d'après les chiffres publiés mardi par l'Association des constructeurs européens d'automobiles (Acea). Sur l'ensemble du premier trimestre, elles ont chuté de 7,3%.

- L'inflation a été légèrement révisée à la hausse en mars dans la zone euro, à 2,7% sur un an, et a donc été stable par rapport à février, a indiqué mardi l'office européen des statistiques Eurostat dans une deuxième estimation.

Eurostat avait au départ estimé que l'inflation avait reculé en mars, à 2,6% sur un an contre 2,7% en février.

  • Allemagne

- Le moral des investisseurs allemands s'est encore une fois amélioré en avril, selon le dernier baromètre publié par l'institut ZEW mardi, déjouant les prévisions qui tablaient sur une légère baisse. L'indicateur, compilé à partir de sondages auprès d'experts financiers sur leurs attentes à l'égard de la conjoncture, s'est établi à 23,4 points, contre 22,3 points le mois précédent, et a ainsi affiché sa cinquième hausse consécutive, précise l'institut de Mannheim (sud) dans un communiqué.

- Conférence de la BCE sur les statistiques (également mercredi), discours de Mario Draghi à 14h30

  • Espagne

-  Madrid a emprunté mardi 3,178 milliards d'euros en bons à 12 et 18 mois, forcée de concéder des taux en très forte hausse alors qu'elle prévoit d'emprunter en tout 5,5 milliards d'euros cette semaine sur des marchés inquiets face à ses perspectives économiques. Le Trésor, qui souhaitait lever de 2 à 3 milliards d'euros, se situe malgré tout légèrement au-dessus de l'objectif visé, a indiqué la Banque d'Espagne.

  • Grèce

- Athènes a levé mardi 1,625 milliard d'euros en bons du Trésor à trois mois, à un taux de 4,20%, en légère baisse par rapport à celui de 4,25% consenti lors de la dernière adjudication du même type le 20 mars, a annoncé l'Agence grecque de gestion de dette publique (PDMA).
Cette émission, souscrite plus de deux fois et demie, est la deuxième réalisée après le succès de la restructuration de l'essentiel de la dette souveraine grecque détenue par des prêteurs privés, qui a permis au pays d'effacer début mars plus de 105 milliards d'euros de créances.

  • Belgique

- La Belgique a levé 3,25 milliards d’euros de coupons, dépassant son objectif fixé à 3,2 milliards pour cette opération, qui s’est d’ailleurs réalisée à des rendements en hausse.

- Dans le détail, l’agence de la dette a émis 1,6 milliard d’euros à trois mois, à un rendement de 0,229%, contre 0,188% lors de la dernière opération de ce type, le 3 avril dernier. La demande a dépassé 3,1 fois l’offre, contre 2,56 fois deux semaines plus tôt. Les investisseurs ont par ailleurs acheté pour un total de 1,65 milliard d’euros de bons à 12 mois, à un rendement moyen de 0,734%, contre 0,586% lors de la dernière opération du 13 mars. Mais pour ce volet, la demande s’est tassée par rapport à la dernière opération, atteignant 2,32 fois l’offre contre 2,58 deux semaines plus tôt.

  • Etats-Unis

- Stagnation de la production industrielle en mars

La production industrielle des Etats-Unis a stagné en mars pour le deuxième mois d'affilée, entravée par un recul du secteur manufacturier de 0,2% le même mois. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une hausse de la production de 0,3%. Sur l'ensemble du premier trimestre, la production industrielle affiche une croissance annuelle de 5,4% et la production manufacturière une progression de 10,4%, la progression la plus forte depuis le deuxième trimestre 2010. En mars, l'activité manufacturière a subi la forte contraction de la production de produits miniers non métalliques. La production automobile a elle augmenté de 0,6% après +0,8% en février. Le taux d'utilisation des capacités a diminué à 78,6% en mars après 78,7% en février, soit 1,7 point en deçà de sa moyenne de long terme.


- Baisse des mises en chantier, mais hausse des permis

Les mises en chantier de logements ont enregistré une baisse inattendue en mars mais les permis de construire ont progressé pour atteindre leur plus haut niveau depuis trois ans et demi. Les mises en chantier ont reculé de 5,8% pour revenir à 654.000 unités en rythme annuel, après 694.000 en février, révisé en baisse par rapport aux 698.000 initialement annoncés. Les économistes s'attendaient en moyenne à un chiffre de 705.000. Le recul des mises en chantier au mois de mars est le plus important enregistré depuis avril 2011, le recul le plus marqué concernant la catégorie volatil des logements collectifs. Les permis de construire ont en revanche progressé de 4,5% à 747.000 en rythme annuel, au plus haut depuis septembre 2008 et au-dessus des attentes des économistes qui tablaient sur un chiffre de 710.000.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés