Ontex pourrait bien avoir touché un plancher en Bourse

©Thomas De Boever

Malgré les soucis que lui a causés en 2017 sa récente acquisition brésilienne, Ontex proposera à ses actionnaires une hausse du montant de son dividende.

La descente aux enfers d’Ontex en Bourse est-elle sur le point de prendre fin avec la publication ce mardi des résultats du groupe? Après avoir plongé de 8,4% dans la matinée pour toucher un point bas de 21,52 euros, l’action a tenté, sans vraiment y réussir, de réduire ses pertes au cours de la séance. C’est finalement en recul de 6,21%, qu’elle a clôturé la journée à 22,04 euros. Il s’agit de son plus bas niveau depuis la mi-décembre 2014.

Le poids du Brésil

Pour les actionnaires de la société spécialisée dans les produits d’hygiène personnelle, les soucis ont commencé en juin 2017, soit trois mois après l’acquisition définitive d’Hypermarcas au Brésil. Assez vite, des doutes sur sa contribution positive aux résultats d’Ontex sont apparus. Les décisions données mardi par les dirigeants d’Ontex ont permis de lever une belle partie de ces doutes.

Ontex a indiqué que "des réductions accordées aux clients, une pratique standard dans l’industrie du retail, ont été faites au-dessus des niveaux budgétés et que ces réductions supplémentaires n’ont pas été enregistrées au cours de l’année". Avec pour conséquence que le groupe a été contraint d’inscrire une charge de 15 millions d’euros. Cette charge s’ajoute, outre aux paiements des intérêts de la dette, à une perte de 7,8 millions d’euros due à des effets de change négatifs.

Avant d’avoir communiqué ces précisions, Ontex avait fait part d’une hausse de 18,2% de ses ventes à 2,35 milliards d’euros au terme de son exercice fiscal 2017, et de 19% de son ebitda (excédent brut d’exploitation) à 681 millions. Après impôts et autres dépenses, le bénéfice ressort à 128,4 millions.

Du fait de l’augmentation du nombre de titres suite à l’augmentation de capital intervenue en mars 2017, le bénéfice net ajusté par action est, lui, en recul de 6,8% à 1,65 euro. Un montant toutefois suffisant qui permet aussi de penser que l’action est très proche d’un point bas. Elle affiche un ratio cours sur bénéfice (P/E) d’à peine 13,4.

Trois objectifs pour 2018

La hausse de 9% du montant brut du dividende à 0,60 euro va aussi dans ce sens. Depuis son retour à la Bourse de Bruxelles, Ontex a rehaussé son dividende chaque année. Cela trahit la confiance des dirigeants dans l’évolution future de leurs affaires.

Ils se sont fixés à ce propos 3 objectifs à atteindre en 2018. À savoir: continuer à investir dans des projets qui assureront une croissance de la profitabilité, renforcer davantage le business sous-jacent d’Ontex afin de poursuivre la construction de notre position de leader dans les divisions retails en Europe, et enfin, assurer des améliorations viables dans nos affaires au Brésil. Ontex dit prévoir une amélioration séquentielle (d’une période à l’autre) de sa marge d’ebitda dans la seconde moitié de cette année.

2018 sera l'année de davantage de progrès en adéquation avec notre ambition de devenir un leader international dans les biens de consommation
Charles Bouaziz
CEO d'Ontex

"2018 sera l'année de davantage de progrès en adéquation avec notre ambition de devenir un leader international dans les biens de consommaion", a notamment commenté Charles Bouaziz, CEO d'Ontex.

Ces nouvelles pourraient bien décourager à l’avenir les ventes à découvert sur l’action Ontex. À ce jour, au moins 7 fonds internationaux la "shortent" pour un total de 6,4% de son capital.

Du côté des analystes suivis par Bloomberg et qui ont réagi à la communication des résultats d’Ontex, ils visent tous des cours largement supérieurs à celui de la clôture de ce mardi. Ils vont de 25 euros (KBC Securities) à 36,70 euros (ING).

"Après une annus horribilis, la base de comparaison défavorable procure un coup de pouce bienvenu à l’amélioration des revenus, et conforte notre prévision de croissance organique de 4,6% pour Ontex en 2018", commente Reginald Watson, analyste auprès d’ING.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content