Plongeon boursier de 10% en une semaine

Les données de l'emploi américain n'ont pas suffi à rassurer les intervenants. Les craintes d'un arrêt de la croissance mondiale et de contagion de la crise souveraine à l'Italie et à l'Espagne ont livré les marchés européens à 5 séances de chute libre. Le bilan de la semaine est donc lourd: le Bel 20 a essuyé sa plus forte dépréciation en rythme hebdomadaire depuis novembre 2008.

Les marchés européens se sont ressaisis en début d'après-midi, à la faveur de la bonne surprise des chiffres de l'emploi aux Etats-Unis. Les créations d'embauches se sont nettement améliorées en juillet, permettant de faire repartir le taux de chômage à la baisse. Mais la statistique américaine n'a guère rassuré les intervenants qui tablent désormais sur un ralentissement de la reprise économique globale et une contagion de la crise grecque aux troisième et quatrième puissances économiques de l'Europe.

L'Italie et l'Espagne ont publié vendredi les chiffres de leur croissance au deuxième trimestre, qui se sont avérés poussifs: la croissance a ralenti en Espagne à 0,2% contre 0,3% au premier trimestre, tandis qu'elle a accéléré à 0,3% en Italie.

Une situation qui inquiète les places financières car elle rend mécaniquement plus difficile l'assainissement budgétaire. En effet, pour que le niveau d’endettement de ces États reste soutenable, ils doivent croître.

Dans ce contexte, l'indice Stoxx 600 s'est tassé de 1,76% à 238,88 points. A l'issue de cette terrible semaine, l'indice générique a plongé de 9,94%.

Le marché envoie un message simple: que soit mis en œuvre une solution viable pour l’Europe. L’Union monétaire est sur la corde raide, la peur de la récession enfle comme un bubon. Il y a un point de rupture entre un sentiment de confiance et de défiance. Ce point semble atteint…

A la Bourse de Paris, le Cac 40 a fini à un nouveau plus bas depuis juillet 2009 (-1,26% à 3.278,56 points). En signant sa dixième séance consécutive de baisse, l’indice parisien a vécu son plus longue série baissière depuis sa création en 1987. Le Cac 40 s'est enfoncé de 10,69% en l'espace de 5 séances.

Sur le marché londonien, le Footsie 100 a lâché 2,71% à 5.246,99 points, son plus mauvais score depuis le 31 août 2010. Il a perdu près de 9,77% en une semaine.

À la Bourse de Francfort, l'indice vedette Dax a chuté de 2,78% à 6.236,16 points, son huitième recul d'affilée. Il s'agit de son niveau le plus bas depuis octobre 2010. En une semaine, cet indice a perdu 12,89% de sa valeur.


L'indice vedette de la Bourse de Bruxelles, le Bel 20 a fini la séance à 2.177,91 points après une chute de 2,06%. Sur la semaine, le baromètre des actions belges les plus liquides a abandonné 10,26%, sa plus forte dépréciation en rythme hebdomadaire depuis la semaine terminée le 21 novembre 2008. Dexia a relâché 2,48% à 1,62 euro, après avoir plongé de plus de 9% en début de matinée. Le titre KBC est reparti à la hausse (+0,77% à 21,56 euros). L'action Delhaize, dont le groupe a publié ses résultats trimestriels ce matin, a perdu 3,49% à 45,39 euros, après en avoir abandonné plus de 7%. Hors Bel 20, Arseus s'est distingué avec un gain de près de 5%, alors qu'il a profité de 9% en session. Galapagos a réduit ses pertes à 4% (6,14 euros). Le titre avait reflué de 7% en réaction aux résultats.

La sérieuse dégringolade de notre indice national, de 21,39% depuis son plus haut de l'année le 17 février, s'apparente une situation de krach. C'est un cercle vicieux, précise Peter Vanden Houte, économiste en chef de ING. "Les entreprises reportent les investissements, ce qui a un impact négatif sur la croissance et renforce la spirale négative."

"Malgré dix jours de baisse consécutifs, on ne peut pas encore parler de 'Bear Market'", tempère le responsable de la gestion des actions chez Dexia Asset Management, Frédéric Buzare. "La situation actuelle n'a rien à voir avec les krachs de 1987 et 2008. Il s'agit d'une crise de change, comme celle du système monétaire européen en 1993."

"Le marché n'est plus rationnel, il est devenu très vulnérable, psychologique et paranoïaque car on lui a menti en faisant contribuer les banques au sauvetage de la Grèce", explique également le responsable de Dexia AM. "Ce n'est plus de l'économie, mais de la politique. Pour sortir de cette situation, il faut achever la construction européenne, en l'occurrence réaliser l'intégration fiscale et budgétaire. Il faudrait que les marchés puissent être impressionnés positivement par une initiative de la BCE."

RTL+, avec François Mathieu, rédacteur en chef du magazine Mon Argent



AGENDA


France
- Le déficit commercial de la France s'est réduit en juin, après ses sommets des mois précédents, à 5,59 milliards d'euros contre 6,41 milliards en mai, en données corrigées des variations saisonnières, ont annoncé vendredi les Douanes. Il s'est en revanche creusé au premier semestre, atteignant 37,5 milliards d'euros, après 27,6 milliards au deuxième semestre 2010, patissant à la fois de l'alourdissement de la facture énergétique et de la détérioration du déficit industriel.

Allemagne
- La production de l'industrie allemande, pilier de l'économie du pays, a reculé de 1,1% en juin, selon un chiffre provisoire publié vendredi, mais a grimpé de 2% sur l'ensemble du deuxième trimestre. Le ministère de l'Economie, qui publie ces données, a attribué la contre-performance de juin entre autres à plusieurs jours fériés et ponts qui ont "affaibli de manière significative les résultats de la production".

Italie
-  La croissance de l'économie italienne a accéléré au deuxième trimestre à 0,3% contre 0,1% au premier trimestre, selon une première estimation publiée vendredi par l'Institut de statistiques Istat. Ce chiffre est conforme aux attentes des économistes, selon un consensus établi par l'agence Dow Jones Newswires.

Irlande
- L'agence de notation Standard and Poor's (S&P) a maintenu vendredi la note de la dette à long terme de l'Irlande, à "BBB+", qu'elle a assortie d'une perspective "stable", en saluant les efforts du pays pour stabiliser ses finances publiques.

Etats-Unis
- Les créations d'emplois se sont nettement améliorées aux Etats-Unis en juillet, à 117.000 contre 46.000 le mois précédent, et le taux de chômage est descendu de 0,1 point à 9,1%, selon des chiffres publiés vendredi par le département du Travail. Ces chiffres se sont révélés meilleurs que prévu par les analystes, qui tablaient sur 85.000 créations d'emploi, et sont d'autant plus encourageants que le secteur privé a connu 154.000 embauches nettes à lui seul sur le mois.



VALEURS

SOLVAY
Le groupe belge a reçu le feu vert de la Commission européenne pour le rachat du Français Rhodia.

DEXIA
- Dexia enregistre, au deuxième trimestre 2011, une perte nette record de 4,032 milliards d’euros. C’est la plus lourde de son histoire: au troisième trimestre 2008, alors qu’il avait dû être recapitalisé par ses actionnaires historiques et les pouvoirs publics, Dexia avait limité la perte à 1,544 milliard. Au trimestre suivant, il perdait 3,326 milliards. Depuis, il avait enregistré neuf trimestres bénéficiaires consécutifs.
- Kepler a abaisser sa recommandation à " conserver " contre " acheter " avant. L’objectif de cours est de 2,2 euros contre 3,4 euros avant.
- Degroof a revu son objectif de cours sur la valeur à 1,70 euro contre 2,50 euros avant. L'avis est à "conserver".

OMEGA PHARMA
- Omega Pharma a publié ses résultats après la clôture des marchés. Le spécialiste des médicaments sans ordonnance et des cosmétiques a bouclé le premier semestre 2011 sur un chiffre d'affaires de 454,4 millions d'euros, en hausse de 7,3 % par rapport aux six premiers mois de 2010. Cette performance est pratiquement conforme aux attentes des analystes. Pour 2011, Omega Pharma maintient son pronostic misant sur un chiffre d'affaires de 927 millions d'euros et sur des marges globalement stables.
- KBC Securities a réduit son objectif de cours à 38 euros contre 40 euros avant.

RECTICEL
- L'Office Fédéral des Cartels Allemand (“Bundeskartellamt”) a ouvert une enquête contre le secteur allemand des fabricants de matelas et des sommiers à lattes, indique le groupe belge dans un communiqué. La filiale de Recticel Literie, Recticel Schlafkomfort GmbH à Bochum (Allemagne), est incluse dans cette enquête.
- La Banque Degroof a ajusté son objectif de cours sur la valeur à 7,30 euros contre 9 euros avant. L'avis passe à "conserver" contre "accumuler" avant. KBC Securities passe à "conserver" contre "accumuler" avant. L'objectif de cours est de 7,50 euros contre 9 euros avant.

DELHAIZE
- Delhaize a enregistré pour les six premiers mois de l'année une croissance des revenus de 2,4% (à taux de change identiques) à 10,15 milliards d'euros. A taux de change réels, ces revenus se tassent cependant de 1,4% en raison de l'affaiblissement du dollar américain de 5,4% par rapport à l'euro.
- Les revenus aux Etats-Unis ont augmenté de 2,2% à 9,56 milliards de dollars. Delhaize Belgique a enregistré une croissance des revenus de 1,3% à 2,35 milliards d'euros, en amélioration par rapport à l'excellent premier semestre 2010. Les revenus dans le Sud-est de l'Europe (SEE) et l’Asie ont augmenté de 6,2%, principalement grâce à de nouvelles ouvertures de magasins malgré l'environnement difficile en Grèce. Ils s'inscrivent ainsi à 961 millions d'euros.

Delhaize a en effet pour les six premiers mois de l'année enregistré une croissance des revenus de 2,4% (à taux de change identiques) à 10,15 milliards d'euros.

A taux de change réels, ces revenus se tassent cependant de 1,4% en raison de l'affaiblissement du dollar américain de 5,4% par rapport à l'euro.

Les revenus aux Etats-Unis ont augmenté de 2,2% à 9,56 milliards de dollars. Delhaize Belgique a enregistré une croissance des revenus de 1,3% à 2,35 milliards d'euros, en amélioration par rapport à l'excellent premier semestre 2010. Les revenus dans le Sud-est de l'Europe (SEE) et l’Asie ont augmenté de 6,2%, principalement grâce à de nouvelles ouvertures de magasins malgré l'environnement difficile en Grèce. Ils s'inscrivent ainsi à 961 millions d'euros.

ARSEUS
- Arseus, le fournisseur de services et de produits aux pharmaciens, dentistes et hôpitaux, a enregistré au titre du premier semestre 2011 un chiffre d'affaires en progression de 13,7% à 232,7 millions d'euros. Le résultat net augmente de 33% à 14 millions.
- Fort de ces croissances, l'entreprise annonce qu'elle anticipe pour l'ensemble de l'exercice de l'année un chiffre d'affaires en progression de 14 à 18% dont une croissance organique de 3 à 6%. La rentabilité devrait, elle, croître plus rapidement que le chiffre d'affaires, lit-on dans un communiqué.
- La Banque Degroof a ajusté son avis sur Arseus à "acheter" contre "accumuler" avant. L'objectif de cours reste à 13,50 euros.

GALAPAGOS
- Le groupe biotechnologique a publié ses résultats semestriels 2011 et il affiche une importante perte sur les six premiers mois de l'année. Galapagos s'estime cependant sur la bonne voie pour la création d'un bon portefeuille de nouveaux médicaments tout en maintenant une solide position de trésorerie.

HAMON
- Le groupe industriel enregistre un niveau élévé de commandes mais souffre du report de certains clients sur site en Inde et en Allemagne. L'EBIT et le résultat net sur les six premiers mois seront impactés, annonce-t-il dans son trading update.

TER BEKE
- KBC Securities a réduit son objectif de cours à 60 euros contre 68 euros avant.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés