Publicité
Publicité
analyse

Potentiel de hausse supérieur à 20% pour 12 actions du Bel 20

©BELGA

Le potentiel à 12 mois du Bel 20 reste supérieur à 20% pour plus de la moitié des composantes de l’indice vedette de la Bourse de Bruxelles.

Le mois écoulé a été particulièrement contrasté pour les sociétaires du Bel 20, avec des reculs importants (notamment pour AB InBev  , bpost  ou Aperam  ) qui ont été plus que largement compensés par les bonnes performances enregistrées chez argenx  , Galapagos  , Colruyt  , Sofina  , Engie   ou Proximus  . En moyenne, les cours des composantes de l’indice Bel 20 se sont appréciés de 1,4% depuis la mi-octobre.

Malgré l'annonce d'une forte réduction de son dividende, le consensus autour d'AB Inbev reste encore très largement favorable, avec 83% d’avis favorables.

Au niveau des objectifs, le constat est inverse, avec d’importants reculs (AB InBev et Aperam) qui n’ont pas pu être compensés par des hausses d’une amplitude généralement assez modeste. En moyenne, les objectifs des cours à 12 mois se sont effrités de 0,8%.

La combinaison des deux effets a fait baisser le potentiel moyen des composantes du Bel 20 à 19,3%. La dichotomie reste toutefois à l’ordre du jour, avec 12 sociétés affichant un potentiel supérieur à 20%, tandis que 4 affichent des primes significatives (les plus importantes étant Colruyt et Sofina). Suite à leur plongeon depuis la mi-octobre, AB InBev, bpost et Aperam affichent les plus fortes décotes.

©MEDIAFIN

AB InBev   a subi de nombreux ajustements à la baisse suite à l’annonce d’une forte réduction du dividende. Plus d’une dizaine d’analystes ont ajusté parfois lourdement leur objectif, notamment Macquarie, Exane BNP Paribas, Degroof Petercam, KBC Securities, Sanford Bernstein, DZ Bank, Goldman Sachs, Jefferies, Liberum, Morgan Stanley, Berenberg ou HSBC. Le consensus reste encore toutefois très largement favorable, avec 83% d’avis favorables. La baisse du cours a même incité RBC Capital Markets à relever son avis en position acheteuse.

Aperam  a été l’autre principale victime du mois écoulé, les analystes réagissant aux conditions difficiles sur le marché de l’acier inoxydable en abaissant d’environ 10% leur objectif. Le marché s’attend désormais à une nette dégradation de la rentabilité opérationnelle pour les derniers mois de 2018. Parmi les maisons ayant procédé à un allégement de leur target, nous trouvons notamment Alphavalue, Goldman Sachs, Deutsche Bank, Kepler Cheuvreux ou Jefferies. De son côté, BoA Merrill Lynch en a profité pour passer sa recommandation en position vendeuse.

Proximus a bénéficié d’une étude sectorielle qui incorpore une moindre probabilité de voir un quatrième opérateur mobile en Belgique.

GBL  a subi de nombreuses révisions négatives suite à l’annonce de ses résultats trimestriels, avec des baisses d’objectif chez Degroof Petercam et chez KBC Securities, tandis que la Société Générale est passée en position neutre sur le holding. Ces révisions sont principalement liées à la baisse des cours pour les participations en portefeuille, la direction ayant confirmé son intention de distribuer un dividende au moins équivalent à celui distribué pour l’exercice 2017.

Solvay  a subi plusieurs révisions négatives des objectifs (notamment de Jefferies, Credit Suisse, ABN Amro, Raymond James ou Degroof Petercam), suite à l’annonce d’une adaptation des objectifs de la direction dans le bas de la fourchette précédemment donnée. La Deutsche Bank en a toutefois profité pour relever sa note en position neutre, en estimant que la baisse du cours sur les derniers mois a ramené la valorisation vers un niveau davantage conforme aux fondamentaux du groupe.

Telenet  a encaissé des révisions négatives, avec deux baisses de rating (chez Degroof Petercam et BoA Merrill Lynch) et de nombreux objectifs allégés (chez KBC Securities ou Raymond James). Les analystes soulignent une croissance qui ralentit avec un environnement concurrentiel qui va peser sur la rentabilité opérationnelle. "La prime accordée au groupe se justifie de moins en moins", indique l’analyste de Raymond James, qui aurait également préféré la mise en place d’une distribution d’un dividende régulier au versement d’un dividende exceptionnel qui ne sera pas soutenable.

Engie  a été remonté à "conserver" chez HSBC, l’analyste estimant que les éléments négatifs se reflètent désormais de manière adéquate dans la valorisation du titre.

ING  a été relevé en position acheteuse chez KBC Securities, suite à l’annonce de résultats supérieurs aux attentes. L’analyste continue toutefois de préférer ABN Amro sur le Benelux.

Proximus  a été relevé vers "neutre" chez Credit Suisse, dans le cadre d’une étude sectorielle qui incorpore une moindre probabilité de voir un quatrième opérateur mobile en Belgique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés