Pourquoi GBL sous-performe à Bruxelles

Baron Albert Frère. ©BELGA

GBL fait partie des 10 actions du Bel 20 à n’avoir pas encore retrouvé son sommet historique de 2007 (92,3 euros). Et sous-performe largement son secteur.

Cinq ans après le plancher de ces 15 dernières années touché par la Bourse de Bruxelles, l’action GBL peine à décoller. Entre le 6 mars 2009, le jour où l’indice Bel 20 a amorcé sa remontée, et aujourd’hui, l’indice Bel 20 affiche une performance positive de 102%. L’action GBL limite, elle, ses gains à 54,2%.

Ce n’est pas seulement face au Bel 20 que GBL sous-performe. Dans son secteur à Bruxelles, AvH (+ 184%), Brederode (+ 161%), Sofina (+ 94%), Bois Sauvage (59%), toutes réalisent des prestations largement supérieures.

Lafarge et GDF Suez, les points sombres

On est loin de la forme olympique que le titre GBL avait connue lors du précédent marché haussier à Bruxelles, entre mars 2003 et mai 2007. Durant ces années, il avait effectué une ascension de 188%, légèrement supérieure à celle du Bel 20. À l’époque, il est vrai, le titre avait été dopé par la cession de la participation de 25,1% dans l’Allemand Bertelsmann. Celle-ci avait été acquise quelques années plus tôt, en échange de 30% du capital de RTL Group. Cette transaction avait permis au groupe présidé par Albert Frère (photo), d’engranger une plantureuse plus-value de 2,378 milliards d’euros.

L’absence d’opération de ce type par la suite peut justifier le manque de punch de l’action GBL en Bourse ces derniers temps. Mais en partie seulement.

L’action souffre aussi de l’investissement réalisé dans le cimentier français Lafarge, pour une bonne part dans le haut d’un cycle économique à la veille de la crise financière de 2008. Dans le même temps, Lafarge avait de son côté fait l’acquisition du cimentier égyptien Orascom, quelques mois à peine avant le printemps arabe. Conséquence de ces crises, le dividende de Lafarge a plongé de 70%. L’importante augmentation de capital effectuée en janvier 2009 par le groupe français, au prix de 22 euros la nouvelle action, a été l’occasion pour GBL de réduire le prix moyen déboursé pour cette participation. Elle n’a cependant pas suffi à effacer totalement la moins-value subie par le holding belge. Et cela, même après l’annonce du rapprochement prévu avec le Suisse Holcim.

Autre ex-poids lourd du portefeuille de GBL, l’évolution capricieuse de GDF Suez à la Bourse de Paris a aussi affecté l’évolution de cours de GBL. Certains dans le marché se demandent toujours pourquoi GBL a décidé de se défaire, en mai 2013, de 2,7% de GDF Suez à un cours proche du plancher. Depuis, son cours a repris 20%.

Pour l’anecdote, des rumeurs avaient circulé sur le marché à l’époque, selon lesquelles le holding craignait de voir l’État français se désengager de GDF Suez. Ce qui l’aurait mis encore plus sous pression en Bourse. Mais le gouvernement français pouvait-il réellement agir de la sorte, sous peine de se voir accuser de brader les actifs détenus par la France?

Coup de frein à la croissance du dividende

Un détail technique encore peut être pointé, pour expliquer la sous-performance de l’action en Bourse. La croissance moyenne de 7% par an du dividende ces dix dernières années a, sans conteste, constitué un facteur positif pour le cours de l’action. En augmentation chaque année, le montant actuel de 2,04 euros nets est 130% supérieur à celui qui avait été payé en 2000.

Cette croissance tend à se réduire. Pour l’exercice 2013, elle n’est plus que de 2,6% Et les analystes sondés par Bloomberg prévoient que ce pourcentage descendra à 1,1% l’an prochain.

Revers favorable de la médaille, le fait pour le holding de vouloir désormais conserver davantage de cash dans sa trésorerie lui permettra de soutenir une nouvelle stratégie d’investissement, plus ambitieuse à l’avenir. Si tel est le cas, on peut alors imaginer, comme le pensent certains analystes, que l’action finisse enfin par effacer progressivement son retard par rapport à son secteur en Bourse.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés