live

Statu quo des banques centrales, les marchés se replient

L'intermède haussier entamé mercredi n'aura duré qu'une séance. Les indices européens ont clôturé en nette baisse, plusieurs banques centrales préférant rester attentistes avant le référendum britannique. Côté valeurs, les biotechs et les parapétrolières ont souffert.
  • Clôture des marchés européens

    AEX -0,25%

    FTSE-100 (Londres) -0,27%

    CAC 40 -0,45%

    DAX -0,59%

    STOXX Europe 600 -0,72%

    BEL 20 -1,33%

  • Le FMI prédit "volatilité" et "incertitude" en cas de Brexit

    Une sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne provoquerait un accès "d'incertitude" et de "volatilité" et conduirait à un ralentissement de la croissance économique, a mis en garde le FMI à une semaine du référendum sur le Brexit.

    "Un vote pour une sortie de l'UE ouvrirait une longue période de grande incertitude, de volatilité sur les marchés financiers et de croissance plus lente alors que le Royaume-Uni devra négocier sa nouvelle relation avec l'UE"
    Gerry Rice
    porte-parole du FMI

    Les Britanniques doivent décider le 23 juin par référendum s'ils souhaitent quitter l'Union européenne, une perspective qui affole les marchés et a conduit la Banque centrale américaine (Fed) à différer la normalisation de sa politique monétaire. Le camp du Brexit a le vent en poupe dans les sondages et est donné gagnant dans les intentions de vote.

    Selon M. Rice, le FMI ne cherche pas à "sonner l'alarme" mais à simplement "faire son travail (...) de manière neutre et impartiale".

  • Le taux américain à 10 ans sous pression

    Etats-Unis #US #10Y Le taux 10 ans continue sa chute et se rapproche de 1.50% ---> pic.twitter.com/a5GjLV356f— Alexandre Baradez (@ABaradez) June 16, 2016

  • L'OPA de Sanofi sur Medivation, vers un remake de la saga Genzyme

    La saga du rachat de Medivation  par Sanofi  pourrait bien se transformer en remake de la bataille pour Genzyme, une autre biotech américaine, qui, faute d'avoir trouvé un chevalier blanc, s'abandonna finalement au groupe français contre un relèvement de son offre initiale et un certificat à valeur conditionnelle, estiment des analystes.

    "C'est le jeu habituel. Le même avait été joué avec Genzyme. Genzyme s'est opposé mais Sanofi s'est montré patient et a finalement racheté la société à un prix raisonnable"
    Rudi Van den Eynde
    responsable des actions thématiques globales de la société de gestion Candriam

    Comme Genzyme il y a plus de cinq ans, Medivation oppose pour l'instant une fin de non-recevoir à l'OPA hostile de 9,3 milliards de dollars (8,3 milliards d'euros) lancée par Sanofi le 28 avril dernier.

    Depuis, aucun des chevaliers blancs dont les noms ont été évoqués dans la presse - Pfizer, Amgen, Gilead , Celgene - n'est sorti du bois et plusieurs analystes privilégient désormais l'hypothèse d'une victoire deSanofi.

    Pour l'heure, las de ne pouvoir discuter avec sa cible, le groupe français menace de destituer les administrateurs de Medivation pour les remplacer par ceux qu'il a choisis . Afin que cette démarche aboutisse, Sanofi doit, d'ici au 1er août, obtenir l'accord écrit de 50,1% des actionnaires de Medivation dont les plus importants sont les fonds Fidelity, Vanguard et BlackRock.

    L'objectif est de pousser la biotech californienne à ouvrir ses livres de comptes afin de justifier un relèvement de prix, jugé d'autant plus indispensable que depuis le lancement de l'OPA de Sanofi à 52,50 dollars par titre, celui de Medivation flirte avec les 60 dollars.

  • "La tendance du jour est à mettre sur un nouveau sondage qui a été publié ce matin et qui donne les pro-sorties de l'Union Européenne (UE) à 53% contre 47% pour ceux qui voudraient rester". "Mais aujourd'hui est principalement à mettre sous le signe des banques centrales"
    John Plassard
    de Mirabaud Securities

  • La BCE devrait rouvrir ses guichets aux banques grecques

    Il est pratiquement certain que la Banque centrale européenne (BCE) rétablira la semaine prochaine l'accès des banques grecques à ses opérations classiques de refinancement, a-t-on appris de deux sources proches du dossier, un feu vert qui permettrait aux banques de se passer progressivement des financements d'urgence coûteux qui sont pour l'instant leur principale source de liquidités.

    Les établissements financiers grecs sont privés depuis le début 2015 de tout accès aux refinancements classiques de la BCE, une suspension décidée alors en raison des tensions sur la dette publique hellénique et des interrogations sur la capacité d'Athènes à rester membre de la zone euro.

    Bien que la Grèce soit notée "junk" par les agences de crédit, la BCE devrait, à l'issue du Conseil des gouverneurs du 22 juin, exonérer ses banques de la règle qui ne lui permet de n'accepter en garantie que des titres souverains notés en catégorie "investment grade".

    Ce feu vert présuppose que le Mécanisme européen de stabilité (MES) ait versé à Athènes une tranche d'aide européenne d'un montant de 7,5 milliards d'euros, ce qui pourrait avoir lieu en début de semaine prochaine, ont expliqué les sources, qui ont requis l'anonymat. Le conseil d'administration du MES doit se réunir vendredi pour étudier le dossier grec.

  • USA: l'indice immobilier NAHB en hausse, plus forte que prévu

    NAHB Housing Market index 60, Exp. 59, Last 58— zerohedge (@zerohedge) June 16, 2016

  • LafargeHolcim maintient ses objectifs malgré la chute du titre

    LafargeHolcim  atteindra ses objectifs financiers en 2016 et au-delà, a déclaré son directeur général Eric Olsen dans une interview à Reuters, faisant fi des doutes qui ont entraîné une chute de 46% du cours de l'action depuis la fusion qui a donné naissance l'an dernier au cimentier franco-suisse.

    "Nous prenons des engagements, et nous tenons parole sur ces engagements". "C'est ma devise."
    Eric Olsen
    directeur général de LafargeHolcim

    LafargeHolcim, devenu en 2015 numéro un mondial du ciment, vise un Ebitda (bénéfice opérationnel avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements) de huit milliards de francs suisses (7,4 milliards d'euros) en 2018, contre 5,7 milliards de francs l'an dernier. Pour 2016, l'objectif est une croissance à un chiffre de l'Ebitda, une prévision que certains analystes ont mis en doute au vu des difficultés rencontrées sur les marchés indien, nigérian, chinois, brésilien et russe.

    Lors de leur fusion, Lafarge et Holcim ont promis de réduire les coûts et de réallouer le capital immobilisé dans plusieurs centaines de sites à travers le monde pour doper les bénéfices et le retour aux actionnaires.

    Après l'annonce début mai d'une chute de 17% de l'Ebitda au premier trimestre, Phil Roseberg, analyste chez Bernstein, écrivait que seul un évènement extraordinaire empêcherait le groupe de manquer ses objectifs annuels.

    "La publication du premier trimestre a souligné davantage encore la déconnection entre le projet attractif en matière de cash flow présenté par le management, et la performance structurelle de l'activité"
    Phil Roseberg
    analyste chez Bernstein & ancien salarié de Lafarge

    Depuis juillet dernier, la baisse de l'action a effacé près de 20 milliards de francs suisses de la capitalisation boursière du groupe, alors que des concurrents comme l'allemand Heidelbergcement  et l'irlandais CRH  ont résisté en Bourse, pourtant confrontés à des conditions de marché similaires.

  • ABO-Group s'étend aux Pays-Bas

    ABO Group  , dont la cotation est encore suspendue à la Bourse de Bruxelles, a annoncé l'acquisition de la société néerlandaise Geomet, active dans la géotechnologie. Le montant de la transaction s'élève à 1,4 million d'euros, incluant une dette de 1 million d'euros.

    L'opération devrait être finalisée début juillet. Selon la société, elle ne devrait pas avoir d'impact "significatif" sur les résultats du premier semestre. Lien vers le communiqué

  • |Wall Street: opening bell|

    Dow Jones: -0,35%

    S&P 500: -0,39%

    Nasdaq Composite: -0,5%

  • >MERCK & CO gagnait 1,6% dans les transactions en avant-Bourse, la seule valeur du Dow en hausse, après les résultats positifs d'une nouvelle étude sur le Keytruda, un médicament vedette du groupe, dans le traitement du cancer du poumon.

    >ENVISION HEALTHCARE HOLDINGS et AMSURG ont annoncé mercredi leur intention de fusionner pour créer un nouveau groupe valorisé environ 10 milliards de dollars (8,9 milliards d'euros). Dans des échanges d'avant-Bourse, le titre Envision perd près de 8% tandis qu' AmSurg abandonne 1,1%.

    >CAVIUM, un fabricant de semi-conducteurs, a annoncé mercredi soir le rachat du spécialiste des équipements de réseaux QLOGIC pour environ 1,36 milliard de dollars afin de se développer sur le marché des centres de données et du stockage. L'action Cavium perdait 8,3% dans les transactions hors séance.

    >JABIL CIRCUIT a perdu jusqu'à 7% dans les transactions hors séance mercredi après la publication de ses résultats trimestriels et de ses prévisions.

    >WEYERHAEUSER a annoncé la cession à Nippon Paper Industries de son activité emballages pour liquides,une transaction, en numéraire, de 285 millions de dollars.

    >ADVANCED MICRO DEVICES gagne 2,94% en avant-Bourse. Canaccord Genuity a relevé sa recommandation sur la valeur de "conserver" à "acheter" et porté son objectif de cours de 3,25 à 6 dollars.

    >DISNEY. Disneyland a ouvert ses portes jeudi à Shanghai, premier parc de loisirs de du groupe de médias et de divertissement en Chine continentale et son plus gros investissement à l'étranger, d'un montant de 5,5 milliards de dollars (4,9 milliards d'euros). 

  • Un petit coup d'oeil sur l'indice de la peur

    #SP500 $SPX La volatilité se redresse à 21.50 post #FED après être tombée à 19.00 #VIX ---> pic.twitter.com/CS4Q6JruIA— Alexandre Baradez (@ABaradez) June 16, 2016

  • USA: hausse de l'indice d'activité dans la région de Philadelphie

    L'indicateur de l'activité manufacturière de la région de Philadelphie s'est affiché en hausse en juin à 4,7 points, repassant en territoire positif, selon l'indice de l'antenne locale de la Réserve fédérale (Fed). L'indicateur a gagné 6,5 points sur un mois après -1,8 point en mai. Les analystes prévoyaient une progression de 2,5 points à 0,7 point. 

     

    Philly Fed much weaker guts than headline. Soft print. Special question shows close focus on productivity. pic.twitter.com/3LJVAssatv— Bespoke (@bespokeinvest) June 16, 2016

  • USA: les prix à la consommation limitent leur hausse

    Les prix à la consommation en mai aux Etats-Unis ont augmenté moins que prévu, ralentissant leur hausse par rapport à avril. L'indice des prix à la consommation a progressé de 0,2% sur un mois en mai alors que analystes tablaient dans leur prévision médiane sur une hausse de 0,3%. En avril, ils avaient progressé de 0,4%, la plus forte progression mensuelle en trois ans.

  • Initial Jobless Claims 277K vs 270K Expected $$— Streetinsider.com (@Street_Insider) June 16, 2016

  • Wall Street attendue en retrait

    ©MarketWatch

    Selon les futures sur les principaux indices américains, Wall Street devrait afficher un repli autour de 0,45% à l'ouverture.

  • En cas de Brexit, les marchés seraient à nouveaux fragilisés, on pourrait assister à une chute du cours des actions et de l'euro, une fuite des investisseurs vers les placements sûrs et éventuellement à un durcissement des conditions de financement pour certains Etats de la zone euro.
    Carsten Brzeski
    Chef économiste chez ING-Diba

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous dès 12h30 (->13h30)

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing actions (16 juin) - AB InBev, Fagron, Ablynx, MDxHealth, Dexia, ABO Group https://t.co/U4RJht9SQ0 pic.twitter.com/TCMoA9YeQ2— Stéphane Wuille (@stephanewuille) June 16, 2016

  • GB: les ventes au détail progressent de 0,9% en mai

    Les ventes au détail au Royaume-Uni ont progressé de 0,9% au mois de mai par rapport à avril, en volume, a annoncé l'Office des statistiques nationales (ONS). Ces chiffres, bien meilleurs que ce qu'anticipaient les économistes, font suite à une progression de 1,9% en avril (révisée à la hausse).

  • Zone euro: les prix à la consommation ont reculé en mai (-0,1%)

    Les prix à la consommation ont reculé de 0,1% en mai sur un an, après -0,2% en avril, selon une deuxième estimation publiée par l'Office européen de statistiques Eurostat. Une nouvelle fois, ce sont les prix de l'énergie qui ont tiré les prix vers le bas (-8,1%) en mai, après des replis de 8,7% en mars et en avril, confirmant l'accélération du recul de ces prix depuis février.

  • Le Brexit crispe les marchés

    53% des Britanniques se déclarent favorables à une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin, selon un dernier sondage publié par Ipsos Mori pour le quotidien Evening Standard. Sans tenir compte des indécis, 47% des électeurs interrogés voteraient, eux, pour un maintien dans l'UE.

    C'est la première fois depuis l'annonce du référendum que ce sondage mensuel de l'institut Ipsos Mori donne le camp du Brexit en tête des intentions de vote. Son précédent sondage pour l'Evening Standard, publiée le 18 mai, donnait les partisans du maintien dans l'UE à 55% des intentions de vote, contre 37% pour le camp du Brexit.

     

     

    Le Financial Times prend position pour un maintien du Royaume-Uni dans l'UE #referendum #Brexit pic.twitter.com/EUvwxYFuUo— AFP Londres (@AFP_Londres) June 16, 2016

  • La Bourse de Shanghai en repli

    La Bourse de Shanghai a terminé en recul de 0,50% tandis que celle de Shenzhen a cédé 0,23%, en raison de prises de bénéfices après le report de l'inclusion des valeurs chinoises dans l'indice MSCI, selon les courtiers.

  • Le titre ABO-Group est suspendu à la Bourse de Bruxelles

    L'action d'ABO-Group est suspendu sur les marchés bruxellois dans l'attente de la publication d'un communiqué. ABO-Group, un ensemble d'entreprises d'ingénierie et d'essai intégrées actives dans le domaine des sols, de l'environnement, de la géotechnique, de l'énergie et des déchets.  

  • L'institut Ifo relève sa prévisions de croissance

    L'institut allemand Ifo a révisé à la hausse ses prévisions de croissance 2016 et 2017 pour la première économie européenne, citant notamment la bonne santé du marché du travail et l'augmentation des dépenses publiques consacrées à l'accueil des réfugiés.

    1,8%
    Pour cette année, l'institut basé à Munich prévoit désormais une augmentation du produit intérieur brut (PIB) de 1,8%, contre une projection de 1,6% livrée en avril.



    "Le premier trimestre a été meilleur qu'attendu", note Timo Wollmershäuser, économiste chez Ifo."La reprise modérée de l'économie allemande qui a commencé en 2014 se poursuit au second semestre."


  • Le point sur les marchés européens

    Les Bourses européennes ont ouvert en baisse jeudi, comme on s'y attendait, reprenant leur série baissière brièvement interrompue la veille dans un climat d'inquiétude grandissante à l'approche du référendum du 23 juin sur le maintien de la Grande-Bretagne au sein de l'Union européenne (UE).

    → À Paris, l'indice CAC 40 lâche 0,85% à 4.135,93 points
    → À Francfort, le Dax abandonne 0,82%
    → À Londres le FTSE cède 0,69%
    → A Bruxelles, le BEL 20 recule de 1,42% à 3.288,92 points

    → L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro perd 0,95%

    Les Bourses européennes s'alignent ainsi sur Wall Street, qui a fini dans le rouge jeudi pour la cinquième séance consécutive mercredi après la décision de la Réserve fédérale de laisser ses taux d'intérêt inchangés, et sur la Bourse de Tokyo dont l'indice Nikkei a laissé plus de 3% après un statu quo pareillement observé par la Banque du Japon (BoJ).

    Tous les indices sectoriels sont dans le rouge, au premier desquels celui des bancaires, qui lâche 2,01%, suivi par celui des assurances (-1,61%).

    ©Bloomberg

  • Feu vert pour Altice dans le rachat de Cablevision

    Altice , propriétaire de SFR a reçu le feu vert des autorités de l'Etat de New York pour le rachat du câblo-opérateur Cablevision Systems par la holding de Patrick Drahi. Le groupe a mis 17,7 milliards de dollars (15,7 milliards d'euros) sur la table pour créer le numéro quatre du câble aux Etats-Unis.

  • Les banques centrales temporisent

    Après la Banque centrale du Japon, c'est la BNS (Suisse) qui laisse son taux directeur inchangé. Elle maintient le taux d'intérêt négatif.

  • Les tops et les flops à Bruxelles

    Dans le vert:

    Exmar: +1,38%
    Wereldhave Belgium: +0,83%
    Mithra : +0,58%
    Asit Biotech: +0,55%
    EVS: +0,49%

    Dans le rouge:

    Connect Group: -9,84%
    Sapec: -7,61%
    Dexia: -3,95%
    Ablynx: -3,42%
    Fagron: -3,14%

  • Le Bel 20 recule

    15 minutes après l'ouverture de la séance, toutes les valeurs du Bel 20 sont dans le rouge.

    ©L'Echo.be

  • Direct Energie perd 10% après cession d'un bloc de 4,1%

    Le titre Direct Energie cédait jeudi 10% à l'ouverture de la Bourse de Paris . Ecofin a placé avec succès un bloc de 1.684.656 actions Direct Energie, soit les 4,11% du capital qu'il détenait dans la société, pour un montant d'environ 42,1 millions d'euros, soit à un prix moyen de 25 euros par action. Le placement avait été annoncé mercredi soir.

  • Le marché automobile européen fait des étincelles

    +16%
    Les ventes de voitures neuves ont augmenté de 16% en Europe en mai, soit la meilleure performance mensuelle de l'année, à la faveur d'un jour ouvrable supplémentaire et de la bonne tenue de tous les segments de marché, montrent les chiffres publiés jeudi par l'Association des constructeurs européens d'automobiles.

    A 1,33 million d'unités le mois dernier, les immatriculations de véhicules neufs dans les pays de l'Union européenne et ceux de l'Association européenne de libre-échange sont en hausse pour un 33e mois consécutif. Sur les cinq premiers mois de 2016, la hausse du marché européen atteint 9,7% à 6,58 millions de véhicules, soit une accélération par rapport à la progression de 8,3% de la période janvier-avril, précise l'ACEA.

    L'association a multiplié par deux sa prévision de croissance, tablant désormais sur une hausse de 5% du marché, contre +2% précédemment. Quatre des cinq plus grandes marchés européens ont connu des hausses à deux chiffres en mai, avec notamment des bonds de 27% et de 22% en Italie et en France, tandis que l'Allemagne a enregistré une hausse de 12% de ses ventes de voitures neuves, ajoute l'ACEA.

    Le mois de mai a été favorable aux constructeurs généralistes, avec les marques Renault et Fiat (groupe Fiat Chrysler Automobiles (FCA) connaissant des hausses de respectivement 34% et 27%. Mais les grands noms du haut de gamme allemand n'ont pas été en reste, avec des progressions de 15% pour la marque Mercedes (groupe Daimler, de 22% pour les voitures BMW et 20% pour les Audi (groupe Volkswagen ). La marque Volkswagen continue de se remettre du scandale des émissions de certaines de ses voitures. Les ventes du groupe ont ainsi augmenté de 8,8% le mois dernier, soit leur plus forte hausse mensuelle depuis que le scandale a éclaté en septembre.

  • |Opening bell|

    Bel 20 : -1,51%

    CAC 40: -1,31%

    Euro Stoxx 50 : -1%

  • La Fed a évoqué clairement un risque pour l'économie américaine, faisant remonter les vieilles craintes sur les conséquences du scrutin pour l'économie mondiale. La contagion du Brexit va donc bien au-delà désormais de la livre sterling.
    Jasper Lawler
    Analyste de CMC Markets

  • CGG: JP Morgan est vendeur

    JP Morgan a abaissé sa recommandation sur CGG à "sous-pondérer" contre "neutre" avant.

  • Chute de 3% pour le Nikkei

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini jeudi en forte baisse de 3,05% après le statu quo de la Banque du Japon (BoJ) qui a accentué la hausse du yen, un mouvement défavorable aux titres exportateurs.

    L'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes, malmené ces derniers temps sur fond d'anxiété des places financières mondiales à l'approche du référendum sur le Brexit, a abandonné 485,44 points à l'issue des échanges, à 15.434,14 points.

  • ASML to buy Taiwan's Hermes Microvision for US$3.1b in chip sector shake-up https://t.co/IKuWHsUJzp— StarBiz (@starbizmy) 16 juin 2016

  • Voici l'agenda macro du jour

    ©Berenberg

    .

  • "La livre pourrait chuter de 11% en cas de Brexit"

    La livre sterling pourrait perdre 11% de sa valeur en données pondérées des échanges face à un panier d'autres devises de pays développés si les électeurs britanniques se prononcent le 23 juin pour la sortie de leur pays de l'Union européenne, montre mercredi une nouvelle étude de Goldman Sachs.

    Les analystes de la banque ajoutent que l'euro pourrait se déprécier de 4% en cas de "Brexit", une hypothèse jugée dommageable pour l'économie de l'ensemble de l'Europe.

    Ces prévisions sont moins pessimistes que les précédentes puisque début février, la banque d'affaires américaine avait évoqué la possibilité d'une chute de 15% à 20% du sterling.

    Goldman says Sterling may weaken 11% if #Brexit occurs. https://t.co/trCsDtU4Px pic.twitter.com/Hg4UylWDWB— Holger Zschaepitz (@Schuldensuehner) 15 juin 2016

  • Le rouge de retour sur les marchés?

    Les Bourses européennes sont attendues en recul jeudi en ouverture, reprenant leur série baissière brièvement interrompue la veille dans un climat d'inquiétude à l'approche du référendum du 23 juin sur le maintien de la Grande-Bretagne au sein de l'Union européenne (UE).

    Au vu des premières indications disponibles, l'indice CAC 40 est attendu en baisse de 29 points, le DAX 30 en recul de 66 points et le FTSE 100 en repli de 41 points. 

    Wall Street a fini dans le rouge pour la cinquième séance consécutive mercredi après la décision de la Réserve fédérale de laisser ses taux d'intérêt inchangés. La présidente Janet Yellen a reconnu que l'inconnue du Brexit avait pesé sur la décision d'observer le statu quo. 

    ©Bloomberg

  • La Fed prévoit deux hausses de taux en 2016

    La Réserve fédérale américaine a laissé, hier soir, sa politique monétaire inchangée tout en réaffirmant tabler sur deux hausses de taux cette année, même si la révision à la baisse de ses prévisions de croissance l'a conduite à réduire le niveau auquel elle s'attend à voir culminer le loyer de l'argent.

    Et même ses anticipations pour cette année en matière de taux d'intérêt sont moins affirmées qu'auparavant: six des 17 gouverneurs et présidents des antennes régionales de la Fed intègrent dans leurs prévisions une seule hausse de taux d'ici fin décembre, soit cinq de plus qu'il y a trois mois.

    Nous sommes assez incertains pour ce qui est de savoir où se dirigent les taux à plus long terme.
    Janet Yellen
    La présidente de la Fed

  • Fagron lance sa 2e augmentation de capital

    Après avoir récolté 131 millions d'euros auprès d'investisseurs institutionnels ou privés, Fagron lance dès  demain son augmentation de capital à destination du grand public et plus particulièrement de ses actionnaires. Contre 16 droits de préférence, ceux-ci pourront souscrire à 5 actions nouvelles Fagron au prix unitaire de 5,16 euros. La période de souscription se termine le 1er juillet inclus. L'objectif est de lever 88,3 millions d'euros.

    Fagron lance ce vendredi son augmentation de capital https://t.co/E88vkghoM1— L'Echo (@lecho) 16 juin 2016

  • Bonjour à toutes et tous!

    Bienvenue sur le "market live" de L'Echo, "the place to be" pour ne rien rater de cette séance de Bourse du jeudi 16 juin. Ne bougez pas.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés