Tempête sur les "techs" à Wall Street

©Bloomberg

Plusieurs grands noms du Nasdaq ont publié leurs résultats trimestriels ce jeudi, une fois la séance terminée. Alphabet a battu le consensus, mais recule fortement à Wall Street. Amazon subissait le sort d'Alphabet, cédant près de 8% en Bourse. Son chiffre d'affaires n'a pas répondu aux attentes. A l'inverse, Intel, qui a également battu le consensus, grimpe sur les marchés US.

Trois poids lourds de la high-tech ont publié leurs comptes trimestriels après la clôture de jeudi: Alphabet, Amazon.com et Intel. Les fortunes diverses, mais surtout les timides prévisions, présentées par les sociétaires du Nasdaq ont mis un sérieux coup de pression à tout le secteur. Le Nasdaq a lâché plus de 3% dans la première partie de la séance de ce vendredi avant de légèrement remonter la pente. Au final, il s'est replié de 2,06% ce vendredi et de près de 4% sur la semaine. 

Chiffre d'affaires insatisfaisant pour Alphabet

©REUTERS

Alphabet  a battu le consensus de Wall Street pour son bénéfice du troisième trimestre dans le sillage d'une forte hausse de la publicité en ligne. Pour autant, l'action de la maison mère de Google perdait de sa superbe  (-1,80%). Le bénéfice net a été de 9,19 milliards de dollars, soit 13,06 dollars par action, contre 6,73 milliards (9,57 dollars) un an auparavant. Le chiffre d'affaires s'est inscrit à 33,74 milliards de dollars contre 27,8 milliards. Les analystes de l'agence Refinitiv anticipaient un chiffre d'affaires un peu plus élevé, à de 34,05 milliards de dollars et un bénéfice par action de 10,45 dollars.  

Les comptes du troisième trimestre du géant technologique font craindre aux investisseurs que de lourds investissements dans de nouvelles activités, une réglementation plus stricte et une concurrence accrue n'assombrissent ses perspectives sur le court terme.

Chez Amazon, le bénéfice explose, mais les prévisions déçoivent

©REUTERS

Au troisième trimestre, le géant de la vente en ligne Amazon   a vu son bénéfice net se multiplier par 10 sur un an. Il s'élève à 2,9 milliards de dollars et à 5,75 dollars l'action. De quoi pulvériser les attentes de Wall Street. Mais avec son chiffre d'affaires, à 56,6 milliards de dollars (+29%), il a fait un peu moins bien qu'attendu. Surtout, les prévisions des recettes pour le quatrième trimestre sont plus basses que celles espérées par les analystes. De quoi faire dévisser de 7,8% l'action du champion de l'e-commerce. 

Le géant de la distribution en ligne, qui s'est largement diversifié, en particulier dans l'informatique dématérialisée ("cloud"), a prédit des ventes et un bénéfice opérationnel en deçà des attentes pour le trimestre en cours. "La faible croissance du chiffre d'affaires fait tache", commente George Salmon, analyste chez Hargreaves Lansdown. "Et lorsque le titre se négocie avec un ratio de 70 fois le bénéfice attendu, il ne faut pas grand-chose pour dévisser." Amazon prévoit pour les trois derniers mois de l'année un chiffre d'affaires de 66,5 à 72,5 milliards de dollars, soit en hausse de 10% à 20%, alors que le consensus de Refinitiv le donne à 73,9 milliards de dollars (65,06 milliards d'euros). Ses perspectives tranchent surtout avec un passé marqué par une progression régulière et notable du chiffre d'affaires année après année. La croissance prévue par Amazon au quatrième trimestre serait ainsi la plus faible depuis début 2016 au moins.

Snapchat plonge

Dans le sillage d'Amazon et Alphabet, le titre Netflix a perdu 4,17% et Facebook, qui publiera le 30 octobre, a reflué de 3,70%. Apple limite la casse avec un repli de 1,6% et Twitter , qui avait gagné 15% en séance à la faveur de la publication de résultats supérieurs aux attentes, maintient sa tête hors de l'eau (+1,76%). 

Snap  a plongé pour sa part de 10,41%, le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens de son application Snapchat étant tombé à 186 millions au troisième trimestre, contre 188 millions en juin, essentiellement en raison d'une refonte de l'application et de la concurrence d'Instagram, qui appartient à Facebook.

Intel, l'exception  

©REUTERS

Enfin, un bulletin surprenant pour Intel  , le fabricant de puces informatiques, secteur qui a provoqué des frayeurs à la Bourse de New York ces derniers jours. La société a fait mieux qu'attendu en termes de ventes et de bénéfice. Les revenus d'Intel, soutenus par la forte demande en PC, ont grimpé de 18,7% au troisième trimestre par rapport à la même période de l'an dernier. Ils s'affichent à 19,16 milliards de dollars. Les analystes attendaient un chiffre dépassant légèrement les 18 milliards. Côté bénéfice, le bénéfice par action d'Intel s'inscrit à 1,38 dollar au terme du 3e trimestre contre 1,15 dollar par action anticipé par les suiveurs du titre. L'action Intel a grimpé de plus de 3%.

A l'inverse, le fabricant de puces Micron Technology a lui perdu 3,75% tandis que Western Digital a chuté de 18,18% après avoir annoncé un ajustement de sa production de puces de mémoire flash en prévision d'une faible demande.  

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés