Tokyo est entré en "bear market"

Photo Reuters ©REUTERS

La Bourse de Tokyo clôture la séance de jeudi sur un plongeon de plus de 6 %, atteignant ainsi son niveau le plus bas depuis le 3 avril.

La Bourse de Tokyo a fini jeudi sur un plongeon de plus de 6%, plombée par une nette remontée du yen face à un dollar affaibli par la crainte de voir les banques centrales alléger leurs mesures de soutien à l'économie.

 

  • A la fermeture, le Nikkei 225 des valeurs vedettes a dévissé de 843,94 points (-6,35%), pour tomber à 12.445,38 points.
  • L'indice élargi Topix a dégringolé de son côté de 52,37 points (-4,78%) à 1.044,17 points.

La séance a été plutôt active, avec quelque 3,2 milliards de titres échangés sur le premier marché.

Le dollar évoluait à 15H00 locales (06H00 GMT) vers 94,05 yens, alors qu'il était à 95,40 quelques heures plus tôt et à 96 yens la veille. Quant à l'euro, il se situait au même moment aux environs de 125,75 yens contre 127,40 yens quelques heures auparavant et plus de 128 yens mercredi.

Pour savoir ce qui se passe aujourd'hui sur les marchés en Europe: cliquez ici


Ce repli du billet vert et de la devise européenne est mauvais pour les entreprises nippones exportatrices cotées. Une contraction des monnaies étrangères diminue en effet la valeur de leurs revenus encaissés à l'extérieur et est de nature à dissuader l'achat de leurs actions.


La Bourse de New York avait fini en net recul mercredi, ce qui a aussi miné la place tokyoïte.


Les marchés s'interrogent de plus en plus sur la pérennité des mesures de soutien à l'économie apportées par les banques centrales, en premier lieu la Réserve fédérale américaine (Fed). Les investisseurs à Tokyo attendaient en outre plus de la Banque du Japon (BoJ), même si cette dernière a déjà pris des mesures exceptionnelles en avril, en remodelant totalement sa politique monétaire afin d'en finir au plus vite avec la déflation.


Bilan de ces craintes et d'une certaine déception: le tableau des titres des sociétés affichait jeudi une unique tonalité, négative. Aucune des valeurs vedettes n'a fini dans le vert.
Pire: toutes ont subi des revers magistraux, de plus de 5% le plus souvent, voire de plus de 9% comme pour le groupe de télécommunications nippon SoftBank (-9,45% à 4.980 yens) et le fabricant d'équipements de contrôle des semi-conducteurs Advantest (-9,35% à 1.425 yens).

  • Du côté des secteurs poids lourds de la cote, le titre du constructeur d'automobiles Toyota a reculé de 4,61% à 5.590 yens, ses concurrents Nissan et Honda ayant respectivement abandonné 5,68% à 979 yens et 4,34% à 3.420 yens.
  • Dans l'univers de l'électronique, le fleuron Sony a lâché 3,50% à 1.930 yens, Panasonic 3,99% à 722 yens et Canon 3,40% à 3.125 yens.
  • A noter que l'action du groupe pharmaceutique Takeda a aussi décroché, de 4,02% à 4.180 yens, même si les fabricants de molécules génériques israélien Teva et indien Sun vont devoir verser 2,15 milliards de dollars au laboratoire japonais et à son homologue américain Pfizer pour solder un contentieux vieux de plusieurs années sur le brevet d'un médicament.
  • Le titre du conglomérat Toshiba a également souffert malgré l'annonce d'une importante commande de turbines et de générateurs destinés à 5 centrales hydroélectriques au Laos. L'action Toshiba a perdu 3,23% à 450 yens.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés