Tokyo finit en baisse, inquiète pour la croissance

La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,89% vendredi, les inquiétudes face à la baisse des chiffres d'affaires des sociétés japonaises en Chine l'ayant emporté sur l'impact positif de l'annonce la veille d'un budget rigoureux et d'un programme ambitieux de réformes économqiues en Espagne.

La Bourse de Tokyo a terminé la séance de vendredi en baisse de 0,89%, inquiète pour la croissance du Japon et plus généralement de l'économie mondiale. A la clôture, l'indice Nikkei 225 des valeurs vedettes a perdu 79,71 points à 8.870,16 points. Sur l'ensemble de la semaine, il a cédé 2,63% et sur l'ensemble du mois de septembre, il a repris 0,34%. L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau s'est replié de son côté de 1,10%, lâchant 8,17 points à 737,42 points.

L'activité a été faible, avec 1,76 milliard d'actions échangées sur le premier marché.

La cote a ouvert en légère hausse, le marché saluant l'adoption d'un budget espagnol marqué par l'austérité, ce qui est de nature, selon les investisseurs, à apaiser la crise de la dette en Espagne et rassurer quant à la stabilité de la zone euro.

Mais des statistiques inquiétantes sur l'économie japonaise publiées dans la matinée ont rapidement obscurci le tableau. La production industrielle a notamment encore flanché en août, mois au cours duquel la déflation est restée prégnante.

Le Japon semble définitivement sorti de la phase de croissance robuste du début d'année, favorisée par les dépenses massives des autorités publiques pour reconstruire le nord-est détruit par les catastrophes de mars 2011 et doper la troisième puissance économique mondiale.

Des économistes prévoient même une contraction de l'activité dans le pays d'ici à la fin de l'année.

L'état de la conjoncture mondiale continue en outre de préoccuper les investisseurs, particulièrement la croissance en phase de ralentissement de la Chine, premier partenaire commercial du Japon.

Au sujet du puissant voisin du Japon, justement, les opérateurs ont suivi avec une certaine anxiété la nouvelle passe d'armes sino-japonaise à l'ONU au sujet d'îles contestées en mer de Chine orientale.

Les tensions diplomatiques entre les deux pays entraînent déjà des répercussions économiques négatives pour les entreprises japonaises actives en Chine, et elles sont nombreuses.

Pour ne rien arranger à l'affaire, le yen est resté vigoureux, trop vigoureux aux yeux des firmes nippones exportatrices qui voient fondre la valeur de leurs revenus tirés de l'étranger (une fois convertis en yens).

VALEURS

Parmi celles-ci, les constructeurs automobiles ont été particulièrement maltraités: Toyota a baissé de 2,41% à 3.040 yens et Honda de 2,68% à 2.397 yens, bien que Nissan ait grappillé 0,30% à 665 yens.

Parmi les fabricants d'électronique, le groupe en difficulté Sharp a perdu encore 3,02% à 193 yens, bien qu'il ait annoncé avoir obtenu l'assurance de ses banques de recevoir des prêts de 360 milliards de yens (3,6 milliards d'euros) d'ici à juin prochain, ce qui lui permettra de passer d'importantes échéances de remboursement d'emprunt d'ici là.

Les investisseurs avaient déjà pris en compte ce développement et restent anxieux pour Sharp, ont commenté des courtiers.

Dans le même secteur, Sony a perdu 1,08%, après la publication d'informations de presse faisant état d'une annonce imminente d'investissement de 500 millions d'euros dans Olympus.

Les deux groupes veulent coopérer dans le domaine des endoscopes, dont Olympus est le leader mondial et dans lequel Sony veut se développer.

Olympus a pour sa part gagné 1,74% après la publication de ces articles.

Toujours dans le domaine de l'électronique grand public, le spécialiste de l'équipement audiovisuel pour automobile et de la géolocalisation, Pioneer, a chuté de 6,37% à 191 yens.

La compagnie aérienne Japan Airlines a terminé la semaine en hausse de 3,25% à 3.650 yens. Son action reste toutefois en baisse de 3,7% depuis sa réintroduction en Bourse il y a dix jours, moins de trois ans après sa radiation de la cote en raison d'une faillite dont le groupe est sorti depuis.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés