Trois OPA de rêve avec Amazon, Apple et Netflix

La frénésie de rachats d'entreprises à l'oeuvre sur les marchés depuis des mois, a libéré l'imagination de spécialistes avec des scénarios de rachats impliquant des groupes comme Tesla, Apple, Netflix ou encore Microsoft.

Pas une semaine sans que l’on annonce un rachat ou une fusion de taille sur les marchés. Une véritable frénésie dopée par des taux d’intérêt bas et une belle vitalité de l’économie des deux côtés de l’Atlantique. Beaucoup de secteurs sont concernés avec, aux avant-postes, les biotechs (achat de Shire par Takeda), les télécoms (T-Mobile et Sprint, Vodafone et Liberty Global) et dans une moindre mesure (pour l’instant?) la distribution (Sainsbury et Asda en Grande-Bretagne).

Mais l’actualité récente (Qualcomm et Xerox) nous rappelle également qu’il ne suffit pas de mettre de l’argent sur la table pour emporter la mise. Une opération de rachat reste un chemin semé d’embûches.

Cette hyperactivé constatée depuis des mois dans les fusions et acquisitions ne manque pas d’alimenter l’imagination de spécialistes. La semaine dernière, c’est Porter Bibb du Wall Street Journal qui ébauchait un scénario de rachat de Netflix par Microsoft. Et hier, c’était au tour du site The Street de nous livrer ses "Trois fusions de rêve qui font tout simplement sens". Les voici résumées en quelques lignes.

• Amazon rachète Sears

Les deux groupes ont récemment conclu un accord. Des pneus achetés en ligne chez Amazon pourront être livrés et montés dans des installations de Sears , le numéro trois de la distribution aux Etats-Unis. Et s’ils allaient plus loin que cette collaboration?

La firme de Jeff Bezos pourrait offrir à Sears ce dont elle a besoin pour doper son commerce en ligne. Sears, pour sa part, apporterait dans la corbeille de mariage ses 1.000 points de vente qui permettrait à Amazon de se rapprocher de ses clients.

Sears connaît une situation financière pour le moins délicate en raison d’un endettement élevé qui pourrait l’amener devant un tribunal des faillites estime un analyste. Amazon pourrait en profiter pour mettre la main, à bon marché, sur les actifs immobiliers du groupe.

• Apple rachète Tesla

Apple a le savoir-faire d’échelle dont Tesla a désespérément besoin tandis que l’innovation de la seconde fait saliver la première.

C’est vrai qu’Apple a plutôt tendance à réaliser de petites acquisitions mais elle tout de même déboursé 400 millions de dollars l’an dernier pour mettre la main sur Shazam. La capitalisation boursière actuelle de Tesla tourne autour de 51 milliards de dollars, ce qui est énorme. Mais la firme de Cupertino est assise sur une montagne de cash atteignant les 285 milliards de dollars. L’argent n’est donc pas un problème. Reste à voir si une telle perspective enchanterait Elon Musk, le patron emblématique et visionnaire de Tesla.

• Microsoft rachète Netlfix

L’avantage pour la société fondée par Bill Gates est évident. Elle prendrait une place de choix dans l’industrie du streaming en pleine explosion sans devoir investir massivement dans son propre contenu et des studios de production.

Microsoft a pris rapidement une position dans le "cloud computing" (informatique en nuage, si l'on préfère) pour rivaliser avec des groupes comme Amazon. Pourquoi n’investirait-il pas dans le streaming vidéo comme Amazon l’a fait ?

De plus, contrairement à Apple, les grosses acquisitions sont dans l’ADN de Microsoft. Rappelez-vous, en 2016, le groupe a racheté LinkedIn pour 26 milliards de dollars.

De son côté, Netflix voit ses dépenses de contenu grimper. Elles devraient atteindre entre 7,5 et 8 milliards de dollars cette année. Le groupe devrait sans doute lever des fonds pour que cela soit rentable. Une offre de Microsoft qui pèse sept fois plus en Bourse que Netflix pourrait apporter une solution. Une prime de 30% sur le cours actuel de Netflix représenterait un investissement de 190 milliards de dollars pour Microsoft.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content