Un neuvième séance de hausse grâce au yuan

Les valeurs liées aux matières premières sont les grandes gagnantes de la décision de la Chine d'opter pour davantage de flexibilité dans la fixation du taux de change du yuan. La Bourse de Bruxelles et les autres marchés européens ont terminé en hausse, alors que Wall Street restait bien orientée.

Après l'annonce de la Chine relative au cours de change de sa devise, la perspective de voir augmenter les exportations des entreprises occidentales a provoqué une vague d’achats sur toutes les places financières d’Europe. Dans la foulée de marchés asiatiques euphoriques, avec notamment un bond de 2,43 % du Nikkei en Bourse de Tokyo, les indices boursiers européens ont enregistré de nettes hausses. À Londres, le Footsie a grimpé de 0,92%. À Paris, le Cac 40 a progressé de 1,33%. À Francfort, le Dax a pris 1,22%. De son côté, le DJ Stoxx 600 s’est adjugé 1,05%.

Le Bel20 a lui aussi profité des perspectives favorables pour les exportations européennes vers la Chine. L’indice belge a gagné 0,83% à 2.549,84 points. La Bourse de Bruxelles totalise ainsi neuf séances positives consécutives, ce qui lui permet de revenir aux niveaux enregistrés début mai.

Parmi les composantes du Bel20, Mobistar a terminé largement en tête, bondissant de 3,34% à 43,63 euros. L’opérateur télécom a bénéficié d’une révision de recommandation chez Exane BNP Paribas, qui entrevoit désormais une “surperformance” du titre, contre un avis “neutre” auparavant. Selon l’analyste, la dynamique opérationnelle de Mobistar devrait rester solide à court terme.

Les valeurs liées aux matières premières, très dépendantes des exportations, ont particulièrement bénéficié des espoirs nés de l’annonce chinoise. Le compartiment du DJ Stoxx 600 consacré aux ressources de base a bondi de 4,12%. Le titre ArcelorMittal est l’un des grands gagnants du jour, avec une hausse de 5,68% à 26,14 euros.

L’optimisme venu de Chine a également favorisé les devises considérées comme plus risquées que le dollar. L’euro est donc resté ferme face au billet vert, oscillant autour de 1,24 dollar.

En l’absence de statistique macroéconomique importante et à l’approche de la saison des résultats, les investisseurs se sont focalisés sur les nouvelles en provenance de Chine, d’autant que la Réserve fédérale américaine se réunit ces mardi et mercredi.

"Nous considérons ces annonces comme positives, car elles témoignent de la confiance de la Chine dans son économie, et parce qu’elle réduit le risque de guerre commerciale", note François Duhen, analyste chez CM-CIC. "Comme par surprise, elles sont faites une semaine avant la tenue du G20, preuve que la Chine veut arriver en position de force", ajoute-t-il.

Pour un analyste d'UBS," la décision reflète une plus grande confiance de la Chine dans le fait que tant sa propre économie que l'économie mondiale progressent de manière stable et soutenable"."Avec quasi certitude, la Chine n'aurait pas pris cette décision si elle n'était pas confiante dans l'économie et la stabilité financière"  a renchéri celui-ci.

A Wall Street, les perspectives favorables en Chine soutenaient aussi la tendance. A la mi-séance, le Dow Jones prenait 0,84%, alors que le Nasdaq gagnait 0,40%.

 

Les déclarations de la Banque centrale chinoise ont été largement interprétées comme la fin du lien fixe yuan-dollar, adopté à l'été 2008 et gardé depuis lors comme un des dispositifs de crise, et le signe que la devise chinoise allait de nouveau être autorisée à s'apprécier.

La devise chinoise a du coup atteint lundi son plus haut niveau en cinq ans sur le marché interbancaire, à 6,8089 contre le dollar, selon l'agence Dow Jones Newswire. Il s'agit de son plus haut niveau depuis la réévaluation de quelque 2,1% vis-à-vis du dollar du 21 juillet 2005 qui avait vu le taux de change du yuan passer de 8,28 yuans à 8,11 contre le dollar. La Banque centrale de Chine a fixé lundi matin un cours pivot de 6,8275 contre le dollar -- inchangé par rapport à vendredi.

La semaine sera aussi dominée par la présentation mardi du budget dit " d’urgence " par la Grande-Bretagne. Le premier budget du nouveau ministre britannique des Finances, George Osborne devrait être l’occasion d’annoncer de nombreuses mesures de rigueur supplémentaires, après une série de coupes budgétaires de ces dernières semaines.

Hormis cela, la semaine qui s’annonce sera pauvre en publications d'indicateurs macroéconomiques majeurs. Le marché pourrait dès lors se laisser aller à des prises de bénéfices alors que se profile la vague de publications des résultats du deuxième trimestre, qui débutera à la mi-juillet. A cet égard, l'effet de base sera défavorable car les résultats des entreprises avaient commencé à se redresser au deuxième trimestre 2009. Les taux de progression des bénéfices et des chiffres d'affaires de ce trimestre comparé à il y a un an seront donc moins impressionnants que lors des publications précédentes.


VALEURS:

GDF SUEZ a annoncé samedi son entrée à hauteur de 9% dans le capital du gazoduc Nord Stream, qui doit acheminer à partir de 2011 du gaz russe vers l'Europe.
Le groupe gazier français a également signé un accord de coopération avec Gazprom dans les domaines de l'efficacité énergétique et des économies d'énergie.

DELHAIZE
La Banque Degroof a relevé son avis sur la valeur à "acheter" contre "accumuler" avant. L'objectif de cours passe à 81 euros contre 72,50 euros avant.

COLRUYT
La Banque Degroof a relevé son objectif de cours sur la valeur à 200 euros contre 167 euros avant. KBC Securities a relevé son objectif de cours à 190 euros contre 170 euros avant.

AEDIFICA
La Sicafi prépare une offre en souscription publique d’actions nouvelles dans le cadre d’une augmentation de capital en espèces de l’ordre de 50 millions euros ou plus (dans le cadre du capital autorisé), avec droit de préférence.

NEUFCOUR
Assemblée générale.

NYRSTAR
Le producteur de zinc a procédé au rachat de 2,21 millions d’euros d’actions propres durant la période du 18 mai ou 17 juin.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés