Un petit répit bienvenu pour les marchés

Le Madrid Stock Exchange.

Les principales Bourses européennes ont terminé en légère hausse ce jeudi au terme d'une séance relativement calme: aucune statistique majeure n'était publiée et les marchés américains célébraient Thanksgiving. L'indice madrilène s'est néanmoins distingué à la baisse, rappelant le scénario de propagation de la crise irlandaise.

Au terme d'une séance sans repère new-yorkais, Wall Street étant fermée, et sans indicateur macroéconomique, l'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 a gagné 0,54 % à 267,72 points. Sa progression a été largement soutenue par le secteur immobilier (+2,02 %), lui-même inspiré par la hausse de 12,92 % du groupe britannique Capital Shopping Centres Group qui a reçu une offre d'achat de Simon Property, la plus importante compagnie immobilière des Etats-Unis. Bien orienté tout au long de la journée, le compartiment des valeurs liées aux producteurs de ressources de base a pris la tête des performances européennes (+2,12 %) aidé par la bonne tenue du titre du leader mondial Rio Tinto (+2,18 %) et d'Anglo American Plc (+2,67 %).

Les craintes liées à la crise de la dette souveraine ont toutefois imposé la prudence aux investisseurs, sur base du potentiel effet de propagation de la vulnérabilité irlandaise aux autres pays instables de la zone euro, les pays de la péninsule ibérique les premiers. C'est ainsi que l'Ibex 35, l'indice vedette de la Bourse de Madrid, a cédé plus de 1,5 % en séance avant de réduire ses pertes à 0,21 % (9.721,80 points).

Le vice-président de la Commission européenne, l'Espagnol Joaquin Almunia a rappelé que "la croissance espagnole jusqu'à la crise reposait en grande partie sur un secteur qui ne reviendra pas à ce niveau, qui est le secteur immobilier." L'Espagne a subi l'éclatement de sa bulle immobilière fin 2008 et connu alors plus de douze mois de récession. Depuis, les experts ne manquent pas de pointer les faiblesses de son économie, avec une croissance nulle, un taux de chômage de 20% (le plus fort de la zone euro) et des réformes jugées encore insuffisantes pour atteindre son objectif de réduction du déficit. L'inquiétude des investisseurs est donc restée palpable, comme l'ont attesté les taux espagnols à 10 ans, inscrits à 5,190% pour la première fois depuis 2002. Quant aux taux portugais, ils évoluaient également au plus haut à 7,020% contre 7,016% la veille.

Toutefois, les personnalités européennes se sont succédées pour tenter de rassurer les marchés. Axel Weber, membre du directoire de la Banque centrale européenne, a indiqué que le fonds de sauvetage européenn serait suffisant. Ensuite, la chancelière Angela Merkel a affirmé être confiante quant à une sortie de crise aux effets finalement stabilisateurs.

Les indices européens ont alors légèrement accéléré leurs gains.

Finalement, à Francfort, le DAX a pris 0,82 % à 6.879,66 points. A Londres, le Footsie a terminé sur une hausse de 0,74 % à 5.698,93 points. A Amsterdam, l'AEX a progressé de 0,47 % à 338,77 points. A Paris, le CAC 40 s'est avancé de 0,34 % à 3.760,42 points.

A la Bourse de Bruxelles, le Bel 20 s'est apprécié de 0,38 % à 2.601,42 points. Umicore (+2,35 % à 37,87 euros) a profité de la hausse générale des producteurs de matériaux de base mais également des rumeurs lui prêtant des envies de participation majoritaire dans Süd-Chemie, son homologue allemand. La progression du secteur immobilier a poussé les sicafi Cofinimmo (+0,95 % à 96,80 euros) et Befimmo (+1,93 % à 65,44 euros).

A la baisse, Colruyt a cédé 0,66 % à 38,54 euros. Du côté des financières, Ageas a réduit ses pertes à 0,42 % (1,91 euros).

Hors indice, Agfa-Gevaert a rebondi de 3,17 % à 3,58 euros au lendemain d'une chute de 18%. Les résultats trimestriels du groupe d'imagerie étaient ressortis inférieurs aux attentes du marché. La banque Degroof a réduit son objectif de cours à 5,15 euros contre un objectif de 6 euros auparavant. La recommandation est maintenue à "accumuler". Tigenix (+10,83 %) a signé la plus forte hausse de la cote bruxelloise.


WALL STREET

Le marché est resté fermé ce jeudi à l’occasion de la fête de Thanksgiving, avant d’enchaîner sur une séance écourtée vendredi.


VALEURS A SUIVRE JEUDI

- Ageas: Goldman Sachs a abaissé à 2,20 euros, contre 2,30 précédemment.

- Epiq: offre de rachat par Elex à 1,75 euro par action. L’offre court jusqu’au 3 décembre.

- Warehouses Estates Belgium: augmentation de capital avec droit de préférence. L’offre court jusqu’au 1er décembre.

-Agfa-Gevaert: La banque Degroof a réduit son objectif de cours à 5,15 euros contre un objectif de 6 euros auparavant. La recommandation est maintenue à "accumuler". Ce changement vise à prendre en compte la volatilité des prix de l'argent qui devrait avoir un impact négatif sur les résultats opérationnels d'Agfa.

- Ablynx: UBS a débuté la couverture de l'action du groupe de biotechnologie avec une recommandation à l'achat et un objectif de cours de 11 euros.

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés