Un potentiel de hausse pour Ablynx

©BELGA

La biotech sera la cinquième société du secteur belge à être cotée sur les marchés américains, à la recherche de nouveaux investisseurs.

Le titre Ablynx a bien réagi mardi après l’annonce d’une introduction de demande pour faire son entrée sur le Nasdaq. L’action a progressé de 1,16% à 15,68 euros à la clôture de la Bourse de Bruxelles, au lendemain d’une forte progression suite à l’annonce de résultats positifs pour les essais cliniques de son traitement Capla.

En choisissant une cotation sur le Nasdaq, Ablynx rejoindra les quatre autres sociétés de biotechnologie belges cotées sur les marchés américains. La société malinoise Galapagos a été la première à franchir l’Atlantique le 14 mai 2015, suivie un mois après par la biotech de Mont-Saint-Guibert, Celyad. Celles-ci ont été rejointes par TiGenix à la mi-décembre 2016 et en mai dernier par Argenx.

"Une cotation sur le Nasdaq apporte de l’attention supplémentaire des investisseurs américains. Des firmes comme Jefferies ou Bank of America se penchent sur l’action. La liquidité est meilleure sur les marchés américains. De manière générale, la société y est plus connue."
Servaas Michielssen
Analyste spécialisé en biotechnologie chez Candriam

Potentiel de hausse

Pour les investisseurs, une cotation d’Ablynx sur le Nasdaq représente une belle opportunité de hausse. Car les autres sociétés belges, en particulier Galapagos, ont profité d’une belle progression de leurs actions depuis leur cotation sur les marchés américains. "D’autres sociétés biotechnologiques belges au profil moins alléchant qu’Ablynx ont choisi de se faire coter sur le Nasdaq", souligne Michel Ernst, conseiller actions chez CBC Banque. "En Europe, Ablynx est l’une des meilleures sociétés de biotechnologie, qui dispose d’une plateforme révolutionnaire et de plusieurs collaborations avec des groupes pharmaceutiques. Elle présente aussi un bilan solide", ajoute-t-il.

"Une cotation sur le Nasdaq apporte de l’attention supplémentaire des investisseurs américains. Des firmes comme Jefferies ou Bank of America se penchent sur l’action. La liquidité est meilleure sur les marchés américains. De manière générale, la société y est plus connue", relève Servaas Michielssen, analyste spécialisé en biotechnologie chez Candriam.

"Les investisseurs américains sont plus familiarisés avec les valeurs biotechnologiques. Mais ils attendent aussi que la société soit stricte avec son calendrier et réagissent plus agressivement en cas de mauvaises nouvelles", ajoute l’analyste.

En conséquence, il s’attend à plus de volatilité sur le titre Ablynx. "Une fois qu’une société belge est listée sur le Nasdaq, elle doit se livrer à davantage de road shows, alors il faut que ça se passe bien. Une cotation sur le Nasdaq est un ajduvant très important pour le cours du titre d’une biotech belge, mais les contraintes sont plus importantes qu’en Belgique", indique Michel Ernst.

Faiblesses

Le cours de Celyad, qui avait touché un plus haut après son introduction sur le Nasdaq, a connu une année 2016 particulièrement difficile, reculant de 63% suite à des déceptions sur son traitement C-Cure, dont les essais cliniques n’ont satisfait qu’en partie les autorités sanitaires européennes. Mais depuis, la biotech a réussi à rebondir en se recentrant sur les thérapies cellulaires visant les cancers solides.

Le titre Ablynx a aussi connu une année 2016 difficile, en reculant de 32% sur la période écoulée. "Il a été pénalisé par la décision de son partenaire AbbVie de ne plus continuer le développement du médicament contre l’arthrite rhumatoïde", rappelle Servaas Michielssen. Mais depuis, l’action remonte la pente. Lundi, le titre avait progressé de plus de 25% à la suite de l’annonce de résultats positifs avec des effets durables en phase III des essais cliniques pour ce traitement du TTP (purpura thrombotique thrombocytopénique), une maladie sanguine rare communément appelée maladie de Moschcowitz.

Mais la biotech Galapagos a montré qu’avec de bonnes nouvelles, une cotation sur le Nasdaq ouvre une fenêtre de performance pour l’action. En étant en contact avec des investisseurs américains plus agressifs qu’en Europe, la société a changé, selon les analystes. "Pour une société de biotechnologie belge, une cotation sur le Nasdaq représente une plume supplémentaire à son chapeau", résume Michel Ernst.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés