Publicité

Une machine à sous l'action Ageas?

©IMAGEGLOBE

L'assureur a cédé la bad bank de Fortis, vendu ses options d'achat BNP Paribas et annoncé le versement d'un dividende extraordinaire. En conséquence, le cours d'Ageas a flirté avec son plus haut niveau depuis 2010. À raison?

Le cours d’Ageas a nettement rebondi ce lundi, au point de flirter avec son niveau le plus haut en 3 ans (27,93 euros). Et pour cause, les actionnaires de l’assureur pourraient bien recevoir un dividende extraordinaire d'un euro. Cette rémunération découlera de la vente de Royal Park Investment (RPI), la bad bank de Fortis. La cession de la structure de défaisance à Lone Star, un fonds de private equity partenaire de Credit Suisse, a en effet été approuvée par le gouvernement. En plus, Ageas s'est entendu avec l'État belge pour le rachat de ses options call sur BNP Paribas.

Des annonces très positives, estime-t-on chez ING, puisque des actifs illiquides seront ainsi transformés en cash. Cela devrait revaloriser l’action. Et, vu l'ampleur de la trésorerie, cela va déclencher une vague de spéculations sur de nouvelles mesures de rapatriement de capitaux.

D'ailleurs, chez JP Morgan Cazenove, où l'on parle d'annonces "extrêmement positives" pour Ageas, l'excédent de cash est estimé à 3 milliards d'euros (près 50% de la capitalisation boursière de l'assureur). L'analyste de JP Morgan s'attend donc à ce que cet excédent soit utilisé, pour deux objectifs principaux: des acquisitions dans le secteur non-vie sur des marchés émergents et la rémunération d'actionnaires sous la forme d'un rachat d'actions.

ING s’avoue toutefois surpris par la décision d’Ageas de distribuer environ 200 millions d’euros à ses actionnaires. Selon l’analyste, cela semble difficile qu’Ageas maintienne un taux de retour sur capitaux (ROE) de 11%, objectif que le groupe s’est lui-même fixé pour ses activités d’assurance.

Ageas ne veut pas déroger à son approche équilibrée, croit comprendre ING: distribuer du cash à ses actionnaires et détenteurs d'obligations, tout en investissant dans ses activités. Cela dit, l'analyste s'attend à davantage de redistribution de cash. Elément sur lequel les investisseurs devraient avoir plus de détails lors de la publication des résultats trimestriels.

Par ailleurs, le montant offert par la Belgique pour les call options de BNP est un peu décevant, note-t-on chez ING. Alors que chez Crédit Agricole Cheuvreux, c'est la valorisation de RPI qui est jugée faiblarde. Tout cela doit naturellement être considéré dans le contexte global de la transaction.

 

Une source de bénéfices perdue?

Ces annonces constituent une très bonne nouvelle également aux yeux d'Oddo Securities, puisque cela met un terme à l’impact des ajustements de juste valeur de RPI et du Call BNPP sur le compte de résultat, cela augmente la position de trésorerie nette et débouche sur le versement à l’actionnaire d’un euro par action.

L’analyste d’Oddo fait cependant remarquer qu'Ageas perd par la cession de RPI une potentielle source de bénéfices pour les prochains trimestres. Car l'écart d'acquisition (2,3 milliards d'euros de goodwill) a été complètement déprécié fin 2012, précise-t-il.

Mais, outre l'influence que ces nouvelles ont sur le cours de Bourse d'Ageas ce lundi (+5% environ), ces annonces sont fondamentalement positives pour le groupe, au niveau de la dynamique opérationnelle, pour ses ambitions dans l'assurance non-vie, la solidité de la base de capital et les progrès dans la résolution d'ultimes problèmes hérités du passé.

Oddo garde malgré tout un conseil neutre à l’égard de l’action Ageas. L’analyste énumère le risque de baisse progressive des marges sur l’activité vie, la faible rentabilité de certaines entités, la difficulté à atteindre l’objectif de ROE de 11% (comme ING) à horizon 2015 ainsi qu’une relative sous-valorisation du titre.

 

Potentiel de hausse

En réaction à ces nouvelles, JP Morgan a relevé son objectif de cours à 36,07 euros, contre 33,31 avant, et HSBC a augmenté son target price à 36 euros, contre 35,50. Plus mesuré, Oddo & Cie vise un cours de 28 euros, contre 26 précédemment. Soit une marge de progression moyenne de 26% par rapport au cours de clôture de vendredi dernier.

Pour mémoire, le consensus Bloomberg penche en faveur du titre Ageas. Sur 21 analystes couvrant l'action, 10 conseillent de l'acheter, 7 sont d'avis de la conserver et seuls 4 brokers recommandent de la vendre. L'objectif de cours moyen s'élève à 28,69 euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés