Virtu renonce à son IPO

Le spécialiste du trading à haute fréquence Virtu Financial a reporté sine die son entrée en Bourse après la vague de publicité négative pour cette activité générée par un succès de librairie, rapporte vendredi la presse américaine.

Virtu, qui avait décidé dans un premier temps de décaler d'au moins une semaine son projet d'IPO, a finalement abandonné définitivement ses plans, indiquent le New York Times et le Wall Street Journal, citant des personnes proches du dossier.

Depuis le krach éclair de Wall Street en mai 2010, pour lequel il avait été mis en cause, le trading à haute fréquence, qui permet à des robots d'échanger des actions à la vitesse de la lumière, est sous haute surveillance du public, comme des autorités.

La parution du best-seller du journaliste Michael Lewis, "Flash Boys", qui relate l'histoire vraie d'un courtier en rébellion contre les méthodes de courtage les plus sophistiquées, a encore accentué la tendance.

La justice de l'État de New York, le gendarme boursier américain (SEC) et le FBI ont, séparément, ouvert leurs propres enquêtes sur le trading haute fréquence.

Le renoncement de Virtu a aussi été facilité par les performances boursières décevantes de groupes présents sur les mêmes marchés, comme KCG Holdings, dont le titre a perdu 13% depuis la sortie de "Flash Boys".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés