Wall Street au plus haut depuis 4 mois!

La Bourse de New York a clôturé, vendredi, à son plus haut niveau depuis le mois de mai, confortée par un nouvel indicateur suggérant que l'économie américaine reste sur la voie de la croissance: le Dow Jones a gagné 1,86% et le Composite du Nasdaq 2,33%.

Contre toute attente, Wall Street a retrouvé du tonus à la veille de ce week-end. L’annonce d’une baisse des commandes de biens durables aux USA aurait dû pousser les investisseurs à confirmer leur mouvement de mauvaise humeur affiché la veille. Pour mémoire, le Dow Jones avait perdu près de 0,72% jeudi. Mais lorsque le marché eût appris, par la suite, que les dépenses des entreprises sont remontées de près de  4% en août, il a alors retrouvé un gros appétit pour revenir sur les actions.

Dés l’ouverture, les principaux indices boursiers ont filé vers le haut. Et c'est quasi à leur plus haut de la séance qu'ils achevé les transactions. L’indice Dow Jones a fini sur un gain de 1,86%, et retrouvé par la même occasion ses meilleurs niveaux depuis la mi-mai, à 10.860,26 points. Pour leur part, le S&P 500 s’est adjugé 2,12% à 1.148,67 points, et le Composite du Nasdaq 2,33% à 2.381,22 points.
Avec un gain de 2,38% sur la semaine, le Dow Jones a gagné du terrain pour la 4e période hebdomadaire d’affilée. Il porte à 8,4% son avance depuis la fin août.

Actions entourées

Outre les technologiques, les valeurs cycliques ont été parmi les plus recherchées vendredi. Caterpillar par exemple s'est offert une hausse de 4,5% à 79,71 USD et Alcoa de 4,1%% à 12,32 USD.
Les valeurs financières qui avaient précédemment souffert de prévisions bénéficiaires abaissées, ont repris quelques couleurs, comme BoA (+2,9% à 13,55 USD) et JP Morgan (+1,5% à 39,69 USD).
Ailleurs, Motorala, qui envisage de regrouper ses titres, a gagné 3,7% à 8,69 USD. Bonnne tenue aussi de AMD (+6,8%% à 6,84 USD) et de Apple (+1,1%% à 292 USD).

Dollar et pétrole

Concernant la monnaie américaine, le dollar a encore reculé face à l'euro. La devise européenne a avancé de 1,3% à 1,349 USD. Il s'agit de son meilleur niveau depuis le 19 avril dernier. Au rayon des obligations, le rendement du bon du Trésor américain à 10 ans est remonté de 0,06% à 2,61%.

Enfin, les prix du pétrole ont nettement progressé à la veille de ce week end à New York, soutenus par l'affaiblissement du dollar qui favorise les achats de matières premières, dont l'or noir. Sur le Nymex, le baril de "light sweet crude" pour livraison en novembre a terminé à 76,49 USD (+1,31 USD sur jeudi). Pour mémoire, à Londres, le Brent avait clôturé peu avant à 78,87 USD par baril (+0,76 USD).

Pour la semaine à venir

La semaine à venir comporte moins d'enjeux que celle qui vient de s'écouler: les chiffres de la croissance américaine attendus jeudi révèleront la troisième et dernière estimation du PIB pour le deuxième trimestre. "Généralement, le marché a déjà arrêté de s'intéresser" à ce type de chiffres, car la période sous revue est ancienne", indique Lindsay Piegza.
- Mardi sont attendus les prix des logements selon l'indice S&P/Case-Shiller, ainsi que la confiance des consommateurs calculée par le Conference Board.
- L'évaluation du moral des ménages en septembre par l'université du Michigan sera, elle, publiée vendredi, ainsi que les dépenses de construction, l'indice ISM manufacturier et les ventes mensuelles de voitures, mais aussi les dépenses et revenus des ménages.

Les investisseurs vont rapidement tourner leur attention vers les chiffres mensuels de l'emploi, attendus la semaine suivante, selon Dan Greenhaus, de Miller Tabak, relayé par l'Afp.  Pour l'emploi, "c'est une période très difficile. Combien de temps cela va durer, la question reste ouverte", conclut Greenhaus.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés