Wall Street bien en rouge pour Thanksgiving

© Stan Honda

Les principaux indices de la place new-yorkaise ont bouclé la séance en net recul, ce mercredi. Non seulement l'actualité économique et financière internationale a pesé sur le moral des investisseurs, mais en plus, les statistiques américaines d'avant-séance n'incitaient pas vraiment à l'enthousiasme.

La Bourse de New York a ouvert en baisse, ce mercredi. Ensuite, les principaux indices ont amplifié leurs pertes. A la clôture, ils actaient des pertes supérieures à 2%:

  • Dow Jones: -2,05% à 11.257,55 points
  • Nasdaq: -2,43% à 2.460,08 points
  • S&P-500: -2,21% à 1.161,79 points

Les différentes statistiques avaient donné le ton avant l’ouverture de la séance.

→ Tout d’abord, les nouvelles inscriptions au chômage sont restées quasi stables lors de la troisième semaine de novembre, restant près de leur plus bas niveau depuis sept mois. Au total, 393.000 nouvelles demandes d’allocations ont été formulées, contre 391.000 la semaine précédente. Le nombre d'Américains touchant des allocations chômage a pourtant baissé de plus de 20% en un an, atteignant 6,77 millions fin octobre.

→Ensuite, la consommation des ménages a ralenti en octobre. Les dépenses de consommation des foyers ont progressé de 0,1% par rapport à septembre, alors que la prévision médiane des analystes les donnaient en hausse de 0,3%. Selon les données du gouvernement, cela correspond à la hausse de la consommation la plus faible depuis le mois de juin.

→ Ce brusque coup de frein de la consommation a eu lieu en dépit d'une amélioration du revenu des Américains. Celui-ci a progressé de 0,4% par rapport à septembre, ce qui est supérieur à l'estimation médiane des analystes, qui donnait une hausse de 0,3%.

→ Par ailleurs, l'inflation a ralenti à 2,7% sur un an en octobre, selon l'indice des prix associés aux dépenses de consommation des ménages (PCE). En septembre, cet indice avait progressé de 2,9%. L'indice PCE est supérieur depuis avril au niveau d'inflation que la Réserve fédérale juge souhaitable (1,7 à 2,0%).

→ En outre, les commandes de biens durables ont reculé de 0,7% par rapport à septembre, pour le deuxième mois d'affilée, tirées par une nouvelle chute des commandes à l'aviation civile. En septembre, ces commandes ont baissé de 1,5%. Le recul annoncé pour octobre est moins fort que ne le pensaient les analystes, dont la prévision médiane donnait l'indicateur du ministère en baisse de 0,9%.

Un rayon de soleil est cependant venu éclairer ces tristes statistiques, en cours de séance: Moody's a confirmé la note "Aaa" des Etats-Unis, malgré l'échec de la "super-commission" parlementaire chargée de trouver des économies budgétaires. L'agence de notation a relevé dans un communiqué que cet échec montrait "qu'il y a peu de chances de voir adoptées d'importantes mesures de réduction du déficit avant les élections de novembre 2012", mais a relevé les 1.200 milliards de dollars de coupes automatiques dans les dépenses provoquées par cet échec.

Chute pour les bancaires

L’action de Groupon (-15,50 %, 16,96 dollars) s’effondre depuis le début de la semaine, et est repassée mercredi sous son prix d’introduction sur la Bourse de New York, début novembre. La société souffre d’une concurrence forte dans son secteur, les sites internet spécialistes des bonnes affaires.

Deere a gagné 3,89 % à 74,72 dollars, après l’annonce d’une hausse de 46 % de son bénéfice au quatrième trimestre.   

Côté bancaire, Bank of America (-4,28 % à 5,14 dollars) et Citigroup (-3,88 % à 23,51 dollars) ont accusé le coup après que la Fed a annoncé mardi qu’elle éprouverait finalement la résistance de six grandes banques américaines face à des chocs potentiels sur les marchés et notamment à une détérioration de la situation en Europe, dans le cadre de sa revue annuelle sur la santé des banques

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés