Wall Street clôture en hausse, pas très loin d'un nouveau record

©REUTERS

La Bourse de New York a terminé en hausse timide lundi après une séance en dents de scie mais sans grands écarts, le marché marquant le pas dans l'attente de nouvelles indications sur la conjoncture économique et la politique monétaire.

L'indice Dow Jones a finalement gagné 21,32 points, soit 0,14%, à 15.783,10. Le Standard & Poor's a pris 1,28 point (+0,07%) à 1.771,89 et le Nasdaq Composite a progressé de 0,56 point (+0,01%) à 3.919,79.

Après cinq semaines consécutives de hausse à Wall Street, les investisseurs attendent surtout au cours des prochains jours des interventions publiques de Ben Bernanke, le président de la Réserve fédérale, et de sa vice-présidente, Janet Yellen, choisie par Barack Obama pour lui succéder.

Le marché espère ainsi disposer de nouveaux indices sur le calendrier de la réduction progressive ("tapering") des achats d'obligations de la banque centrale, que cette dernière poursuit actuellement au rythme de 85 milliards de dollars par mois.

La probabilité estimée d'une réduction prochaine de ces opérations d'assouplissement quantitatif a augmenté vendredi avec l'annonce de créations d'emploi plus nombreuses qu'attendu en octobre et qui ont permis au Dow Jones d'inscrire un nouveau record et au S&P 500 de finir la semaine à quelques points seulement de son propre plus haut historique.

Wall Street avait ouvert en léger recul pour un jour de "Veterans Day" semi-férié aux Etats-Unis, au cours duquel les investisseurs se plaçaient en retrait après le dernier record de la semaine dernière. Mais vers 17H00 GMT, le Dow Jones reprenait  20,74 points,  le Nasdaq, à dominante technologique, abandonnant toujours 0,68 point à 3.918,55 points. L'indice élargi S&P 500 grappillait de son côté 0,06%, soit 0,98 point, à 1.771,59 points.

Les indices montraient donc des signes d'hésitation après avoir fini la semaine dernière sur une nette avancée grâce à un rapport sur le marché du travail américain encourageant, qui avait fait état de créations d'emplois en octobre deux fois plus élevées que les attentes. "Ces bons chiffres sur l'emploi, sont favorables au secteur de la vente au détail qui est un des plus performants aujourd'hui", rappelait Michael James de la société d'investissement Wedbush Securities.

Ce secteur devait aussi bénéficier, selon les économistes de la maison d'études Schaeffer's Investment Research, du fait que "des grands noms doivent publier leurs résultats cette semaine", notamment le numéro un mondial de la distribution Walmart ou encore la chaîne de grands magasins Macy's. Leurs chiffres et leurs prévisions sont jugés d'autant plus importants que la saison des achats d'avant Noël approche.

Par contre, "les technologies sont un des secteurs les plus faibles, subissant l'effet d'une dégradation de la banque Morgan Stanley pour les valeurs internet", ajoute Michael James.

"Il y a aussi une certaine prudence autour d'Apple", la première capitalisation boursière à Wall Street, poursuit-il, en référence aux doutes du marché quant aux capacités d'innovation du groupe et de renouvellement de ses produits.

Si la saison des résultats touche à sa fin, ceux du groupe de presse et d'édition News Corp suscitaient l'intérêt. Le titre de News Corp reculait de 1,00% à 17,76 dollars à la mi-séance. Au même moment, le groupe Walmart progressait de 1,19% à 78,89 dollars et Macy's de 1,97% à 47,09 dollars, quand les titres d'Apple et Microsoft évoluaient en baisse de 0,41% à 518,44 dollars et de 0,60% à 37,55 dollars respectivement.

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés