Publicité

Wall Street déçue par les chiffres du chômage

La Bourse de New York a lâché du lest ce vendredi, découragée par des chiffres mensuels de l'emploi qui se sont révélés bien plus mauvais que prévu: le Dow Jones et le Nasdaq ont perdu 0,20%.

Wall Street a terminé la semaine sur une note négative après la publication du très décevant rapport sur l'emploi américain. Le Dow Jones a clôturé sur un léger recul de 0,20% à 10.653,56 points. Le Nasdaq a perdu 0,20% également, à 2.288,47 points. Et le S&P 500 a lâché 0,37% à 1.121,64 points.

Les Etats-Unis ont perdu 131.000 emplois en juillet, soit bien plus que les 87.000 emplois attendus, selon le rapport du département du Travail. La persistance d'un chômage élevé est perçu comme un obstacle à  une reprise durable. Les statistiques du marché du travail pourraient d’ailleurs avoir une  influence sur le discours que tiendra la Réserve fédérale à l'issue de sa réunion de politique monétaire mardi prochain,  même si le marché n'anticipe aucun changement en matière de taux d'intérêt. Les très mauvais chiffres de l'emploi américain renforçaient ainsi les craintes d'un ralentissement marqué de la reprise aux Etats-Unis, et alimentaient les spéculations sur la mise en place de nouvelles mesures de soutien à l'économie par la Réserve fédérale américaine (Fed).

Cela dépendra cependant de l'opinion que se font les membres de son Comité de politique monétaire (FOMC) de l'état général de la reprise, à savoir s'ils considèrent que les derniers chiffres de l'emploi remettent en cause ou non le scénario correspondant à leur prévision d'une croissance molle, lente et sujette à des à-coups.

Selon les chiffres officiels, la hausse du PIB a ralenti fortement au deuxième trimestre, à 2,4% seulement (en rythme annuel). Or le marché du travail est une des clef de la reprise, car seules les créations d'emplois peuvent fournir aux Américains les ressources supplémentaires leur permettant d'accroître leur consommation, moteur traditionnel de l'économie du pays.

Pour Nigel Gault, économiste du cabinet IHS Global Insight, les chiffres de l'emploi "intensifient la pression sur le gouvernement et sur la Fed [...] pour qu'ils ravivent la croissance".

Ce vendredi, le titre Kraft Foods a permis au DJIA de limiter ses pertes. Le numéro un de l'alimentation en Amérique du Nord a publié un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes et a relevé son objectif de réduction des coûts après l'acquisition de Cadbury. Kraft a pris 2,12%.

Autre action recherchée vendredi, celle de l'assureur AIG (+2,63%), qui a dévoilé un bénéfice par action de 1,99 dollar, bien mieux que les 99 cents sur lesquels les analystes tablaient en moyenne.

En revanche, le numéro un des jeux vidéos Activision Blizzard était sanctionné (-6,51%). Son bénéfice net est certes en hausse de 12% et supérieur aux attentes, mais le groupe a annoncé des prévisions décevantes pour l'été.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés