Wall Street en hausse grâce à Wal-Mart et Home Depot

La Bourse de New York a clôturé à la hausse mardi en fin de journée. À la cloche, l'indice Dow Jones a grimpé de 1,01% à 10.405,85 points.

Mardi, la Bourse de New York a évolué en nette hausse tout au long de la journée. Les investisseurs ont enfin pris en compte les signaux positifs, à la fois du côté des fusions et acquisitions et des résultats d’entreprises, mais aussi de la production industrielle, en hausse de 1% au mois de juillet.

A la cloche, l’indice Dow Jones a clôturé en hausse de 1,01% à 10.405,85 points. Le Nasdaq a progressé de 1,26% à 2209,44 points et le S & P500 a gagné 1,22 % à 1092,55 points.

Le cours du producteur canadien d’engrais, Potash (+27,66% à 143,17 dollars) s’est envolé à Wall Street, après avoir annoncé qu’il rejetait une proposition de rachat de 38 milliards de dollars US du conglomérat minier BHP Billiton. Dans le secteur, Mosaic a pris 8,74%, Agrium 4,58%, CF Industries 4,66%, et Intrepid Potash 5,59%.

Sur le plan des acquisitions, Pactiv (+5,37% à 32,58 dollars), qui fabrique des emballages pour les aliments, a accepté de se faire racheter par une filiale du groupe néo-zélandais Rank. A 33,25 dollars, l'offre valorise le groupe à environ 6 milliards de dollars.

Le fabricant d'ordinateurs Hewlett-Packard a lui progressé de 0,67% à 40,82 dollars. Il va acquérir l'éditeur de logiciels de sécurité des systèmes informatiques Fortify pour un montant non divulgué.

Du côté des résultats, le géant de la distribution Wal-Mart (+1,21 % à 51,02 dollars) a dégagé un bénéfice trimestriel de 3,596 milliards de dollars, en hausse de 3,4% et un peu plus élevé que prévu. Il a dans la foulée relevé ses prévisions de bénéfice pour l'ensemble de l'année.

Le spécialiste du bricolage Home Depot (+3,40% à 28,31 dollars) a aussi relevé sa prévision de bénéfice net pour 2010, après une hausse de 7% de son bénéfice trimestriel, à 1,19 milliard de dollars. Ses ventes ont pourtant augmenté moins que prévu.

Research in Motion (- 1,14%, à 50,25 USD), le fabricant du téléphone multifonctions BlackBerry, a par contre poursuivi la baisse qu’il avait enclenchée lors de la séance de lundi.

Le fabricant et distributeur de vêtements American Apparel a plongé de 25,90% à 1,03 dollar. Déjà en difficulté, il a prévenu que l'accumulation de ses pertes risquait de le pousser à la faillite, et qu'il pourrait ne pas avoir assez de liquidités pour finir l'année.

"Pour une fois, on a regardé les signes positifs, que ce soit macroéconomique, au niveau des fusions-acquisitions ou au niveau des résultats de compagnies", a expliqué Gregori Volokhine, de Meeschaert New York.

Sur le front des indicateurs aux Etats-Unis, la production industrielle a nettement augmenté en juillet, de 1,0%, soit plus que prévu.
Côté inflation, les prix à la production sont repartis à la hausse (+0,2%), après trois mois de baisse, apaisant les craintes de déflation qui plombaient le marché depuis quelques semaines.

En revanche, du côté de l'immobilier, les mises en chantiers ont progressé de 1,7% en juillet par rapport au mois précédent, mais se sont maintenues à un niveau très bas, bien plus faible que prévu.

Les marchés "ont commencé à se stabiliser et reprendre une partie du terrain perdu la semaine dernière, lors de la chute boursière qui a vu s'envoler 1.900 milliards au niveau mondial, après la décision de la banque centrale américaine d'étendre, sans augmenter, leurs mesures de soutien à l'économie mardi dernier", a commenté John Stoltzfus, de Ticonderoga Securities.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés