Wall Street fête la détente sur la dette

©EPA

La bourse de New-York a clôturé en très nette hausse à la faveur d'un probable déblocage du budget US, les indices gagnant plus de 2%

L’heure était au soulagement ce jeudi sur les marchés américains, les signes d’apaisement dans le dossier du plafond de la dette ayant permis aux marchés de s’envoler. Et de compenser partiellement les pertes enregistrées lors des dernières séances. Bouffée d’air frais, la proposition des élus républicains d’autoriser un relèvement temporaire du plafond de la dette a éloigné le spectre d’un assèchement des finances de l’État fédéral américain. La rencontre entre Barack Obama et une série d’élus républicains en fin de séance a donné un coup de fouet supplémentaire.

Les indices se sont dès lors envolés, le Dow Jones engrangeant ainsi 2,18% à 15.126,01 points, profitant par ailleurs du soutien du groupe Nike, dont les prévisions ont enthousiasmé les investisseurs. La valeur gagne 3,60% à 73,44 dollars.

De son côté le S & P 500 a grimpé de 2,18% à 1.692,54 points: seules 11 valeurs de l’indice pourtant étendu s’affichaient dans le rouge. Le Nasdaq a lui aussi trouvé dans la séance de jeudi l’occasion de compenser en grande partie les pertes enregistrées mardi et mercredi: l’indice prend 2,26% à 3.760,25 points.

Le signe d'une reprise des discussions, alors que le président des Etats-Unis Barack Obama doit recevoir jeudi les chefs de file des parlementaires républicains à la Maison Blanche, "relègue au second plan une forte hausse des inscriptions au chômage", commentent les experts du cabinet Charles Schwab.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont fortement augmenté, à 374.000 (soit +66.000 demandes), pour la semaine close le 5 octobre. Malgré ce mauvais indicateur, plusieurs scénarios pour une sortie de crise sont à l'étude à Washington, y compris une loi sur le financement des services de l'Etat à court terme et un relèvement temporaire du plafond de la dette.

  "Les deux camps ont l'air d'être ouverts" à ces scénarios.

Le marché obligataire évolue en baisse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans monte à 2,715% contre 2,650% mardi soir, et celui à 30 ans à 3,782% contre 3,724% la veille.

Sur le front des valeurs

  • Le numéro un mondial des médicaments génériques, l'Israélien Teva Pharmaceutical Industries, était en hausse de 2,60% à 40,22 dollars après avoir annoncé une intensification de son programme de restructuration. Il prévoit notamment la disparition à terme de 10% de ses effectifs mondiaux, soit 5.000 emplois.
  • Le titre du deuxième groupe pétrolier américain, Chevron, qui a indiqué la veille après la clôture qu'il prévoyait un bénéfice du troisième trimestre inférieur à celui du deuxième à cause d'une baisse "significative" des revenus de raffinage, était en baisse de 0,43% à 115,62 dollars.
  • Les valeurs bancaires évoluaient en hausse, à la veille des résultats trimestriels de JP Morgan (+2,44% à 51,99 dollars) et Wells Fargo (+1,99% à 41,16 dollars): Citigroup prenait 2,36% à 49,08 dollars, Bank of America 2,26% à 14,15 dollars et Goldman Sachs 1,56% à 156,85 dollars.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés