Publicité
Publicité

Wall Street marque une pause

Après la nette hausse de la veille, la Bourse de New York est restée en petite baisse une grande partie de la séance avant de remonter dans le vert dans les dernières minutes d'échange. Mais sur la semaine le Dow Jones a atteint son plus haut niveau depuis le 8 septembre 2008.

La Bourse de New York a achevé quasi stable une séance hésitante vendredi malgré l'amélioration du marché de l'emploi américain, marquant une pause après avoir fini la veille au plus haut depuis deux ans: le Dow Jones a gagné 0,08% et le Nasdaq 0,06%.
Selon les chiffres définitifs de clôture, le Dow Jones Industrial Average a progressé de 9,24 points à 11.444,08 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 1,64 point à 2.578,98 points. L'indice élargi Standard & Poor's 500 est quant à lui monté de 0,39% (4,79 points) à 1.225,85 points.

L'indice phare de Wall Street, en petite baisse une grande partie de la séance, s'est hissé dans le vert dans les dernières minutes d'échanges. Il aligne ainsi une sixième séance consécutive de hausse, qui le porte à son plus haut niveau depuis le 8 septembre 2008. Le Nasdaq et le S&P 500 finissent à des sommets depuis respectivement janvier et octobre 2008.

"C'est juste une pause", a estimé Peter Cardillo, d'Avalon Partners. "Si on regarde la semaine, le marché s'est bien orienté, la plupart des statistiques économiques montrent un rebond de l'activité, a-t-il ajouté. On peut s'attendre à un repli maintenant".

Après quatre mois de dégradation du marché de l'emploi, l'économie américaine a créé en octobre 151.000 postes de plus qu'elle n'en a détruits, soit plus de deux fois plus qu'anticipé. Le secteur privé a connu sa meilleure croissance depuis avril, et les chiffres de septembre ont subi une révision positive. Le taux de chômage reste malgré tout stable à 9,6%. "Nous avons toujours besoin de bien plus de créations de postes pour que le taux de chômage baisse nettement et que la confiance des consommateurs s'améliore, a retenu l'économiste indépendant Joel Naroff. Mais on a une accélération de la croissance du marché de l'emploi".


Jeudi, Wall Street avait fini en nette hausse, portée par les mesures de relance de la banque centrale américaine. Le Dow Jones avait gagné 1,96%, le Nasdaq 1,46% et le S&P 500 1,93%. Sur la semaine écoulée, l'indice Dow Jones a progressé de 2,93% à 11.444,08 points, son plus haut niveau depuis le 8 septembre 2008, avant la faillite de Lehman Brothers et le paroxysme de la crise financière.

La monnaie américaine, au plus bas jeudi depuis neuf mois et demi face à l'euro, se reprenait nettement après la publication des statistiques mensuelles de l'emploi. Après quatre mois de dégradation du marché de l'emploi, l'économie américaine a créé en octobre 151.000 postes de plus qu'elle n'en a détruits, soit plus de deux fois plus qu'anticipé. Le secteur privé a connu sa meilleure croissance depuis avril, et les chiffres de septembre ont subi une révision positive. Le taux de chômage reste malgré tout stable à 9,6%.


Les banques se distinguaient nettement, tirant le S&P 500 dans le vert, après la publication d'un article du Wall Street Journal indiquant que la banque centrale s'apprête à autoriser les établissements financiers à augmenter leurs dividendes. L'indice S&P des valeurs bancaires prenait 1,31%, Bank of America 1,90%, JPMorgan Chase 2,86% , Wells Fargo 6,41%, Goldman Sachs 2,81%, Morgan Stanley 3,45% et Citigroup 3,70%.

  • Sur le front des résultats de sociétés, le géant agroalimentaire Kraft Foods (-2,23% à 31,08 dollars) a annoncé une baisse de son bénéfice, qui reste juste supérieur aux attentes de Wall Street.
  • La chaîne de cafés Starbucks bondissait en revanche de 3,76% à 30,87 dollars. Elle a publié un bénéfice meilleur que prévu grâce à une forte hausse de ses ventes, et relevé ses prévisions annuelles.
  • Dans les médias, le groupe de presse et d'éducation Washington Post (+3,78% à 398,40 dollars) a annoncé un bénéfice multiplié par trois sur un an, tandis que la chaîne de télévision CBS (-3,69% à 17,01 dollars) a dépassé les attentes et annoncé un programme de rachats d'actions.
  • Le numéro un mondial des jeux vidéo Activision Blizzard (-2,84% à 11,30 dollars) a plus que triplé son bénéfice net sur un an et relevé ses prévisions de ventes annuelles.


Le marché obligataire s'est replié. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans est remonté à 2,536% contre 2,484% jeudi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,126% contre 4,044% la veille.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés