Wall Street s'essaye au vert... en vain

Alors que la croissance économique des Etats-Unis a nettement ralenti au printemps, alors même que le moral des ménages américains est ressorti à la baisse, la Bourse de New York tente de puiser un optimisme tout relatif dans l'indice de l'activité économique de Chicago. Essai peu concluant.

Vers 17h00, Wall Street tentait de repasser en territoire positif: le Nasdaq gagnant seulement 0,06 % à 2.252,91 points, le Dow Jones 0,01 % à 10.468 points et le S&P-500 0,01 % à 1.101 points. Mais moins d'une demi-heure plus tard, la place new-yorkaise rougissait à nouveau.

A l'ouverture, Wall Street livrait ses premiers échanges sur une tendance baissière: le Nasdaq perdait 1,08 % à 2.227,46 points, le Dow Jones 0,56 % à 10.408,96 points et le S&P-500 0,46 % à 1.096,50 points.

La Bourse de New York devait logiquement ouvrir en baisse, dans le sillage d'un PIB en retrait. La croissance économique des Etats-Unis a ralenti nettement au printemps, et ce, plus que prévu. Le produit intérieur brut du pays a augmenté au deuxième trimestre de 2,4%, soit le taux de croissance le plus faible mesuré dans le pays depuis les trois mois de l'été de 2009.

La croissance de l'activité économique dans la région de Chicago, l'une des plus industrialisées des Etats-Unis, s'est accélérée de façon inattendue en juillet. Selon l'enquête mensuelle de l'institut ISM auprès des directeurs d'achats, l'indice PMI s'est établi à 62,3 contre 59,1 en juin et 59,7 en mai.

Valeurs à suivre

La première biotechnologique mondiale, Amgen, a fait état d'un bénéfice au deuxième trimestre supérieur aux attentes bien que le chiffre d'affaires de ses produits les plus importants soit ressorti en dessous des prévisions des analystes. Hors exceptionnels, le BPA ajusté du groupe a atteint 1,38 dollar, soit huit cents de plus qu'attendu par les analystes du consensus.

Le premier assureur-vie américain, Metlife, a enregistré un bénéfice au deuxième trimestre de 1,53 milliard de dollars à la faveur de primes en hausse.
Hors pertes et gains sur investissements, le bénéfice opérationnel par action du groupe est ressorti à 1,23 dollar contre 1,00 dollar attendu.

Memento


Le géant Colgate Palmolive, par exemple, aura connu une journée très chahutée, perdant à la clôture 6,84 %à 78,12 dollars. En cause: le niveau des ventes au 2e trimestre, jugé décevant malgré un bénéfice en hausse de 7 %.

Kellogg, le numéro un mondial des céréales pour petit déjeuner, boit lui aussi la tasse: il lâche 6,87 %à 47,98 dollars.

Les résultats favorables d’autres gros acteurs auraient pu laisser penser qu’ils s’en sortiraient à leur avantage. A commencer par l’équipementier en télécoms Motorola, dont le bénéfice au 2e trimestre a sextuplé en un an. Las: après avoir passé quasi toute la séance dans le vert, le titre cède in fine 0,91 % à 7,61 dollars.

Pour Goodyear, qui a ramené son résultat dans le vert au 2e trimestre, c’est même pire: le titre plonge de 5,69 %à 11,27 dollars.

ExxonMobil subit le même sort: un chiffre d’affaires en hausse de 24 %et un bénéfice quasi doublé n’ont guère aguiché les investisseurs. A la clôture, le titre lâchait ainsi 0,94 % à 60,34 dollars.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés