7 valeurs du Bel 20 ont un potentiel supérieur à 20%

©REUTERS

Le potentiel moyen du Bel 20 à 12 mois dépasse 11%. Sept valeurs affichent un potentiel de plus de 20% par rapport à leur cours actuel. Seul Colruyt affiche une très large prime par rapport à l’objectif du consensus.

Les cours des composantes de l’indice Bel 20 ont corrigé en moyenne de 1,8% depuis la mi-mars, avec notamment un recul de 16% pour bpost, tandis que plusieurs autres ténors (AB InBev, Galapagos, Umicore) ont affiché des baisses supérieures à 7%. Dans le même temps, les valeurs en progression ont été moins nombreuses, la plus forte hausse étant à mettre au crédit d’Engie (+ 4%).

De leur côté, les objectifs moyens se sont contractés (en moyenne de -0,3%) sous l’impulsion notamment de bpost (-15%) et d’Ontex (-7%), à la suite de la déception provoquée par les résultats annuels de ces deux sociétés. Umicore a enregistré la plus belle progression (+ 5%) de son objectif moyen, ce qui permet aujourd’hui au groupe de retrouver un potentiel positif pour la première fois depuis plus d’un an.

©Mediafin

Le potentiel moyen des composantes atteint désormais 11,4%, avec pas moins de 7 valeurs dont l’objectif se situe plus de 20% au-dessus du cours. Colruyt reste la seule valeur à afficher une très large prime par rapport à l’objectif du consensus.

• AB InBev a vu de nombreux analystes baisser leur objectif, avant la publication des chiffres pour le premier trimestre 2018, notamment chez Deutsche Bank, Bernstein ou encore JP Morgan Casenove. Après la correction de ces derniers mois, le consensus est redevenu très largement positif sur le brasseur, avec près de 80% d’avis favorables et un potentiel supérieur à 25%. Reste que les soucis quant aux perspectives de croissance au Brésil et aux Etats-Unis continuent de provoquer des accès récurrents de nervosité sur le cours.

• Bpost a été de loin la valeur la plus entourée lors du mois écoulé, à la suite de l’annonce de perspectives décevantes pour 2018 qui ont forcé un ajustement sensible et négatif des attentes du consensus. Si les avis sont restés inchangés (à l’exception d’une baisse chez Degroof Petercam et d’une hausse chez MainFirst), les objectifs ont fait l’objet d’un ajustement beaucoup plus douloureux (notamment chez RBC Capital Markets, Morgan Stanley, UBS, KBC Securities). Les analystes soulignent généralement que les résultats sont aujourd’hui plus incertains, notamment à la suite de l’acquisition de l’américain Radial.

Le consensus est redevenu très positif pour AB InBev, avec un potentiel supérieur à 25%.

• Engie a enregistré de nombreuses révisions positives, avec notamment une couverture reprise à acheter chez Citi, une note révisée à la hausse chez le Crédit Suisse, et des objectifs réévalués favorablement chez la Société Générale et Berenberg. Les analystes se montrent progressivement plus enthousiastes quant au processus de transformation du groupe, avec un rythme de croissance bénéficiaire qui devrait aller en s’améliorant.

• Galapagos a vu ses objectifs franchir plusieurs fois la barre des 100 euros lors du mois écoulé, à la suite notamment d’une note publiée chez Goldman Sachs, ou à la suite du lancement de la couverture de Berenberg. Les progrès cliniques des différentes molécules en développement continuent de provoquer l’enthousiasme. KBC Securities, qui a porté son objectif à 113 euros, pointe ainsi les perspectives du GLPG1690 dans la fibrose pulmonaire chronique, avec deux essais cliniques de phase III qui devraient débuter d’ici la fin de l’année.

• Umicore a enregistré plusieurs révisions positives, notamment un objectif très fortement relevé chez Morgan Stanley et une recommandation remontée à l’achat chez Investec. L’analyste du premier courtier a toutefois maintenu son avis à "sous-pondérer", et continue de voir beaucoup de risques qui ne sont pas intégrés dans le dossier, notamment celui d’une standardisation du marché des cathodes qui serait susceptible de faire pression sur les marges futures.

• Ageas a été descendu en position neutre chez Citi, l’analyste se montrant plus prudent quant à la capacité de génération de fonds propres pour les prochains exercices.

• ING a été ajouté à la liste d’actions préférées de Citi Research, en remplacement de KBC, l’analyste estimant que le tournant digital aura un impact favorable sur les coûts du groupe néerlandais.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect