Ancien favori, le secteur automobile se fait distancer en bourse

Faute de semi-conducteurs, des centaines de milliers de voitures n'ont pas pu être produites durant les premiers mois de l'année. ©Bloomberg

Après un excellent premier trimestre, les valeurs automobiles sont délaissées par les investisseurs. En cause, des problèmes d'approvisionnement qui pourraient durer des mois.

Le résumé

  • Après avoir a signé la meilleure performance sectorielle durant les trois premiers mois de l'année, le secteur automobile est relégué à la fin du classement depuis le début du deuxième trimestre.
  • En cause, des problèmes d'approvisionnement en semi-conducteurs qui se sont multipliés.
  • Si certains investisseurs fuient désormais le secteur automobile, d'autres voient dans la récente faiblesse des cours une opportunité d'achat.

Un grain de sable dans une machine bien huilée. La pandémie de Covid-19 et la pénurie mondiale de puces électroniques ont totalement changé l'opinion des investisseurs sur les valeurs automobiles. Alors que l'indice Stoxx 600 Auto&Parts a signé la meilleure performance sectorielle durant les trois premiers mois de l'année, avec un bond de 23,69%, le voilà relégué à la fin du classement depuis le début du deuxième trimestre, avec une baisse de 4,73%.

Cela semblait bien parti pourtant. Après une année 2020 difficile, au cours de laquelle les ventes de voitures se sont effondrées, les constructeurs automobiles ont rapidement retrouvé leur niveau d'avant crise. En témoignent les différents résultats trimestriels présentés ces derniers jours. BMW a par exemple fait état ce vendredi d'une hausse record de 33,4% de ses livraisons entre janvier et mars, à 636.606 véhicules contre 477.111 au premier trimestre 2020.

"L'importante reprise des marchés, qui a débuté au milieu de l'année 2020, a continué à prendre de l'ampleur au cours des trois premiers mois de l'année."
BMW

"L'importante reprise des marchés, qui a débuté au milieu de l'année 2020, a continué à prendre de l'ampleur au cours des trois premiers mois de l'année 2021", souligne le groupe bavarois dans son communiqué.

Une tendance confirmée par ses principaux concurrents européens. Au premier trimestre, Volkswagen a enregistré un bond de 21,3% sur un an de ses livraisons de voitures et Daimler une augmentation de 13%. Stellantis - la société issue de la fusion entre Peugeot et Fiat Chrysler - a de son côté acté une hausse de 11% de ses ventes consolidées.

"Nous sommes, à coup sûr, en mode crise"

Mais entre-temps, les problèmes d'approvisionnement en semi-conducteurs se sont multipliés. La reprise de la demande a été plus rapide et plus importante que prévu par les fabricants de puces électroniques. En outre, plusieurs incidents ont troublé la chaîne de production ces derniers mois: le canal de Suez bloqué pendant plusieurs jours par un porte-conteneur fin mars, un incendie dans la plus grande usine du groupe japonais Renesas Electronics mi-mars, et des tempêtes de neige au Texas en début d'année nuisant à la production locale de fabricants tels que Samsung Electronics, Infineon et NXP Semiconductors..

>100.000
véhicules non produits
La pénurie de puces électroniques a déjà empêché plusieurs constructeurs automobiles - dont Volkswagen et Stellantis - de produire plus de 100.000 véhicules chacun durant le premier trimestre.

"Nous sommes, à coup sûr, en mode crise", a reconnu le CEO de Volkswagen, Herbet Diess. "Nous ferons tout pour compenser durant le second semestre le nombre important de voitures perdues (non produites, NDLR). Mais les incidents aux États-Unis et au Japon vont certainement nous impacter."

Tous les constructeurs automobiles s'accordent à dire que la pénurie de semi-conducteurs se fera principalement ressentir dans les chiffres du deuxième trimestre.

Mais quid des perspectives à moyen terme? Si certains ont relevé leurs prévisions annuelles, à l'image de Volkswagen qui table désormais sur une marge opérationnelle autour de 5,5% à 7%, d'autres appellent à la prudence. "Bien que nous nous attendions à ce que le problème de la chaîne d'approvisionnement en puces s'atténue d'ici à la fin de l'année, on ne peut pas clairement affirmer qu'il sera entièrement résolu en 2021", a prévenu le CFO de Stellantis, Richard Palmer. Évoquant une "visibilité restreinte"il estime probable que "pour l'industrie automobile mondiale, le problème déborde sur 2022".

Piège ou opportunité d'achat?

Des propos - combinés à ceux d'Intel qui voit un retour à l'équilibre seulement en 2023 - qui n'ont naturellement pas laissé indifférents les investisseurs. "L'automobile est l'un des secteurs cycliques que j'aime le moins en ce moment, car il souffre de l'étroitesse des chaînes d'approvisionnement et de l'augmentation des coûts", a récemment déclaré à l'agence Bloomberg Alessandro Barison, gestionnaire de portefeuille chez HI Numen Credit Fund.

"L'automobile est l'un des secteurs cycliques que j'aime le moins en ce moment, car il souffre de l'étroitesse des chaînes d'approvisionnement et de l'augmentation des coûts."
Alessandro Barison
Gestionnaire de portefeuille chez HI Numen Credit Fund

Les analystes de JPMorgan sont eux revenus à leur "pire scénario" pour la production automobile et s'attendent désormais à une croissance de 6% cette année contre 8% à 12% auparavant. "Le sentiment du super cycle des bénéfices que nous avions sur le secteur va s'arrêter momentanément" jusqu'à ce qu'il y ait plus de clarté sur la production de mai et juin, écrivent-ils dans une note publiée lundi.

Une meilleure visibilité sur la production durant le second semestre pourrait toutefois, selon eux, signifier un retour en grâce des valeurs automobiles en bourse. Chez Morgan Stanley, on estime également que les investisseurs pourraient voir dans la récente faiblesse des cours une opportunité d'achat ("buy the dip").

Dans tous les cas, comme le dit Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote Bank, "il ne fait aucun doute que la pénurie de puces restera un point de discussion majeur pour les constructeurs automobiles au cours des prochains trimestres."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés