Athènes a surclassé les bourses mondiales en 2019

La Bourse d’Athènes a connu une envolée de 50% en 2019. ©AFP

Les actions grecques ont enregistré une envolée de 50% en un an. La Russie, la Chine, le Brésil et les États-Unis ont attiré les investisseurs. Les marchés européens se sont bien défendus.

La carte mondiale des évolutions boursières aura été teintée de vert en 2019. Grâce aux mesures prises par les banques centrales pour soutenir une croissance économique montrant des signes d’essoufflement, les actions ont tiré leur épingle du jeu, et ce malgré les nombreuses incertitudes qui ont secoué les marchés.

Les bourses européennes n’ont absolument pas à rougir de leurs performances par rapport à la bourse américaine.
Bernard Keppenne
Chef économiste de CBC

La longue attente d’un accord entre les États-Unis et la Chine sur leurs relations commerciales n’a pas empêché la Bourse de Shanghaï de progresser de plus de 35%, grâce à la résistance de l’économie chinoise. L’activité manufacturière de la Chine a maintenu son rythme de croissance en décembre, selon un indicateur officiel publié mardi.

Merci les taux bas

Wall Street a également fortement progressé. Les valeurs de l’indice S&P 500  ont rapporté plus de 30% aux investisseurs de la zone euro qui y ont investi en début d’année. "Les raisons de cette hausse sont connues: l’assouplissement des taux par les banques centrales et en particulier la baisse de 0,75 point de la part de la Fed (la Réserve fédérale des États-Unis, NDLR), avec comme conséquence des taux longs très faibles, la très bonne tenue de l’économie américaine, et, sur la fin de l’année, la perspective d’un accord entre les États-Unis et la Chine", explique Bernard Keppenne, chef économiste de CBC, dans une note publiée mardi.

37
pour cent
L’indice chinois CSI 300 des plus grandes capitalisations des bourses de Shanghaï et Shenzhen a rapporté 37% aux investisseurs issus de la zone euro cette année.

La croissance économique a également été au rendez-vous dans les autres grandes économies mondiales, telles que la Russie ou encore le Brésil, ce qui a logiquement soutenu les performances de leurs indices boursiers nationaux.

Du côté des bourses européennes

Les actions européennes se situent aussi dans le haut du classement, l’indice Euro Stoxx 50  ayant grimpé d’environ 25% en un an. "Les bourses européennes n’ont absolument pas à rougir de leurs performances par rapport à la bourse américaine", analyse Bernard Keppenne, qui explique cette performance par la politique monétaire de la Banque centrale européenne, qui a promis de maintenir le loyer de l’argent au plancher pour longtemps.

"Malgré la remontée des taux en fin d’année, nous sommes encore loin des niveaux de début d’année, et les taux longs vont encore rester à des niveaux faibles pour une longue période, ce qui continuera d’inciter les investisseurs à privilégier les actions", prévoit M. Keppenne.

Épinglons enfin l’envolée de 50% de la Bourse d’Athènes. Grâce aux taux plus bas que jamais, la dette publique effraie moins les investisseurs et la croissance économique a accéléré.

©MEDIAFIN

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect