Autosatisfaction de la BCE sur les achats d'actifs

©EPA

En dressant le bilan de son programme d'achats d'actifs, la Banque centrale européenne juge que cet instrument de politique monétaire a contribué à remplir son mandat de maintien de la stabilité des prix.

Près de trois mois après la fin de ses achats d'actifs, la Banque centrale européenne (BCE) fait le point sur cet outil de politique monétaire dans le bulletin économique publié ce lundi.

D'après l'étude réalisée par l'institut monétaire, son programme d'achats d'actifs a permis "une amélioration des conditions de financement" et a "contribué de manière significative au redressement de la croissance du crédit".

La BCE a notamment analysé comment les banques les plus sensibles à ses achats d'actifs avaient réagi à ce programme. A cet égard, elle observe que ces institutions financières "ont enregistré une plus forte croissance du crédit aux entreprises à la suite de la mise en oeuvre du programme".

Selon la gardienne de l'euro, les achats d'actifs ont eu un effet bien réel sur l'inflation et la croissance économique. "Le programme d'achats d'actifs, en combinaison avec les autres mesures de politique monétaire, a fourni une contribution substantielle à la reprise économique et à la formation des perspectives d'inflation", assure-t-elle.

"Instrument efficace"

Selon les calculs du staff de l'Eurosystème, l'effet global des mesures adoptées depuis la mi-2014 sur l'inflation est estimé à environ 1,9 point de pourcentage cumulativement de 2016 à 2020, avec des effets particulièrement sensibles en 2016 et 2017. L'impact sur la croissance du PIB (produit intérieur brut) de la zone euro est d'une ampleur similaire, ajoute l'étude.

Celle-ci justifie aussi l'arrêt des achats d'actifs en décembre dernier: "Le niveau de l'inflation future a été jugé plus résistant au fil du temps, ce qui le rendait moins dépendant des achats d'actifs nets."

Le programme d'achats d'actifs a aidé la BCE à remplir son mandat de stabilité des prix.
La Banque centrale européenne

En conclusion, le rapport estime que "le programme d'achats d'actifs a aidé la BCE à remplir son mandat de stabilité des prix en devenant un instrument efficace parmi les outils de politique de la banque centrale".

Lors de sa dernière réunion, le 7 mars, le conseil des gouverneurs, l'organe décisionnel de la BCE, avait revu ses prévisions économiques à la baisse et s'était, en conséquence, engagé à maintenir ses taux directeurs au plancher plus longtemps, c'est-à-dire au moins jusqu'à la fin de cette année.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés