Belfius inaugure-t-elle une nouvelle salve de baisses des taux des comptes d'épargne?

©Photo News

La prime du compte Epargne + de Belfius va diminuer. D'autres banques pourraient suivre car elles se plaignent de la baisse de leur marge d'intérêt, conséquence de la politique monétaire de la BCE.

Les taux d'intérêt des comptes d'épargne peuvent donc tomber encore plus bas. Ce mercredi, Belfius a annoncé qu'elle allait réduire, à partir du 15 juin, la prime de fidélité de son compte Epargne +. Celle-ci passera de 0,30% à 0,20%, tandis que le taux de base, déjà au minimum légal de 0,01%, restera inchangé.

Je ne suis pas tellement surpris car les banques se plaignent que la politique de taux négatifs de la BCE commence à nuire à leur rentabilité.
Eric Dor
Directeur des études économiques (IESEG School of Management de l'Université Catholique de Lille)

La banque justifie cette décision par "les taux bas persistants" sur les marchés.

Le compte Epargne + de Belfius a la particularité d'être assorti d'une condition: il faut y verser chaque mois un montant déterminé, de maximum 500 euros, via un ordre permanent.

La marge d'intérêt des banques menacée

Le compte d'épargne ordinaire de la banque est quant à lui assorti de la rémunération la plus basse, à savoir 0,01% de taux de base et 0,10% de prime de fidélité, ce qui constitue le plancher minimal, d'après la réglementation en vigueur.

355 millions d'euros
Ce que les banques belges payent chaque année sur leurs liquidités excédentaires à la BCE
La facilité de dépôt de la Banque centrale européenne est assortie d'un taux d'intérêt négatif, de -0,40%, ce qui implique que les banques qui y ont recours perdent de l'argent.

Pour le professeur Eric Dor (IESEG School of Management de l'Université Catholique de Lille), la baisse du taux du compte Epargne + de Belfius n'est pas une surprise. "Je ne suis pas tellement surpris car les banques ont manifesté récemment leurs préoccupations à l'égard de la politique de taux très bas, voire négatifs sur leurs réserves, de la Banque centrale européenne (BCE, ndlr)", indique-t-il. "Les banques se plaignent que cela commence à nuire à leur rentabilité."

La politique de la BCE a fait reculer les taux sur toute la courbe des rendements, ce qui a fait baisser assez fortement les revenus nets d'intérêt des banques.
Eric Dor
Directeur des études économiques (IESEG School of Management de l'Université Catholique de Lille)

C'est particulièrement le cas pour les banques traditionnelles dont les résultats sont très dépendants de la marge nette d'intérêt, qui provient de la différence entre les intérêts perçus sur les prêts octroyés et les intérêts payés sur les dépôts.

La facture des taux négatifs

Pour l'instant, la BCE reste sourde aux appels des banques même si elle se dit disposée à se pencher sur les effets indésirables des taux négatifs. Jeudi dernier, l'institution européenne a même prolongé la période pendant laquelle elle prévoit de maintenir ses taux directeurs au plancher. Et plusieurs de ses membres ont été jusqu'à évoquer une nouvelle baisse de ces taux...

La facture des taux négatifs de la BCE pour les banques de la zone euro. ©IESEG School of Management

De quoi inciter d'autres banques que Belfius à couper également dans la rémunération des livrets? Eric Dor ne l'exclut pas car "il n'y a pas que la facture des taux négatifs qui ennuie les banques: la politique de la BCE a fait baisser les taux sur toute la courbe des rendements (pour toutes les obligations, quelle que soit leur maturité, ndlr), ce qui a fait baisser assez fortement les revenus nets d'intérêt des banques".

D'après les estimations du professeur Dor, les banques belges payent 355 millions d'euros par an sur leurs dépôts à la BCE, soumis à un taux de -0,40%.

Quid des autres banques?

Dans beaucoup de banques belges, le compte d'épargne classique est déjà rémunéré au minimum légal de 0,01% + 0,10%, un rendement qui ne peut donc pas être réduit davantage.

Même si c'est difficile à prévoir précisément, il ne m'étonnerait pas que l'on voie le même type de mouvement chez d'autres acteurs du marché.
Brecht Coene
Gérant du site Guide-Epargne.be

Certains livrets sont toutefois assortis de taux plus élevés, comme le compte Tempo d'ING (0,01% + 0,55%) ou le DB Saving Plan de Deutsche Bank (0,60% + 0,30%), qui prévoient une condition de versement mensuel de maximum 500 euros. C'est sur ce type de compte que l'impulsion donnée par Belfius ce mercredi pourrait avoir une influence à l'avenir.

"La tendance reste à la baisse des taux et la décision de Belfius n'est pas étonnante", analyse Brecht Coene, gérant du site Guide-Epargne.be. "Même si c'est difficile à prévoir précisément, il ne m'étonnerait pas que l'on voie le même type de mouvement chez d'autres acteurs du marché, à savoir les challengers qui ont encore des taux un peu plus élevés que les grandes banques."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect