Bpost cherche à tout prix à doper la croissance de ses affaires

©Bloomberg

Pour contrer l’effritement de ses résultats, bpost ambitionne d’améliorer ses performances opérationnelles. Mais aussi de mener une politique d’acquisition. Après Lagardère Travel Belgium Retail, le groupe postal belge ne désespère pas d’acquérir PostNL aux Pays-Bas.

C’est le sort de toute société qui s’obstine à vouloir acquérir à "tout prix" un groupe afin d’étoffer son chiffre d’affaires. Bpost pourrait bien ainsi être amené à améliorer une nouvelle fois le prix qu’il offre aux actionnaires de PostNL afin de pouvoir se l’offrir. 6 euros par action, évalue David Kerstens, analyste chez Jefferies (Londres). 6,10 euros, estime pour sa part Marc Zwartsenburg de chez ING (Amsterdam) au lieu des 5,65 euros proposés en ce moment et des 5,10 euros en mars dernier. À ce prix (6,10 euros), bpost, qui affiche une capitalisation boursière de 4,3 milliards d’euros, débourserait pas moins de 2,66 milliards d’euros pour acquérir PostNL. Il s’agit là d’un des risques, celui de surpayer son concurrent néerlandais, que court bpost, pointe l’analyste Christopher Combe, de chez JPMorgan (Londres).

Du coup, l’action bpost est sous pression à la Bourse de Bruxelles. Elle a perdu près de 9% la semaine passée. Le 2 novembre, le groupe belge de distribution de colis et de courrier avait réaffirmé son intérêt pour son confrère néerlandais.

2,6 milliards €
Pour arriver à séduire les dirigeants de PostNL dont près de 90% du capital sont détenus par des investisseurs institutionnels, bpost pourrait bien être amené à relever le prix d’acquisition jusqu’à 2,6 milliards d’euros.

Force est cependant de préciser que l’essentiel de cette pauvre performance en Bourse a été enregistré jeudi, au lendemain de la publication de ses résultats pour le troisième trimestre. Des résultats qui, tout en restant globalement satisfaisants, ne font pas moins ressortir un tassement à la fois des affaires et des bénéfices.

Plan quinquennal

Même si elle apparaît quelque peu exagérée par plusieurs analystes, dont Christophe Combe qui "surperforme" cette valeur pour cette raison, la chute du cours de l’action n’en démontre pas moins la nécessité pour le groupe postal d’aller chercher de la croissance. Que ce soit de manière organique ou par acquisition.

Dans ce contexte, bpost a profité de son Capital Markets Day pour dévoiler sa stratégie dans les 5 prochaines années. La société vise ainsi à atteindre entre 2015 et 2020 "une croissance en volume de minimum 75% dans sa division paquets nationaux, et de doubler ses recettes dans celle dédiée aux paquets internationaux". Elle table encore à faire monter "son Ebitda (excédent brut d’exploitation) à 620 millions d’euros sur cette période contre 583,6 millions, soutenu par une croissance de la base de revenus, un contrôle strict des coûts et une contribution des fusions et acquisitions déjà annoncées".

La récente acquisition des activités de Lagardère Travel Retail Belgium devrait aider bpost à réaliser ces objectifs. Le rapprochement avec PostNL, s’il aboutit, ne manquera pas non plus d’y contribuer. L’opérateur postal néerlandais avait réalisé un chiffre d’affaires de 3,45 milliards d’euros en 2015 et engrangé un bénéfice net de 149 millions d’euros (0,33 euro par action). À titre de comparaison, ces montants sont successivement de 2,41 milliards et de 328,1 millions chez bpost.

À propos du dividende

Sur le sujet du dividende, bpost s’était aussi prononcé hier. Le groupe postal belge a indiqué tabler sur "le maintien du montant annuel durable sur la base d’une rétribution de minimum 85% du bénéfice BGAAF net". Il a de plus réitéré sa volonté "de payer un dividende brut par action au moins au même niveau que l’année passée (1,29 euro) sur la base des résultats de l’exercice financier 2016".

Sur la base de cette prévision, l’action offre à son détenteur un rendement brut de 5,95%. Un rendement qui ne manquera pas d’apporter du soutien au cours de l’action dans les semaines à venir. Bpost, qui distribue son dividende en 2 temps, devrait annoncer le 5 décembre prochain le versement d’un acompte brut de 1,06 euro par action (0,7738 euro net) selon les analystes suivis par Bloomberg.

Enfin, toujours d’après ces analystes, le cours de l’action bpost pourrait remonter jusqu’à 24,45 euros dans les 12 prochains mois.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés