Publicité

Bulle asiatique en formation, selon HSBC

Les ingrédients sont là pour voir une forte appréciation des cours en Asie, selon une étude.

L’économiste Frederic Neumann (HSBC) estime que la probabilité est élevée de voir une bulle financière se former dans les années à venir. "Les bulles financières sont de drôles d’animaux, qui évoluent en trois grandes étapes. Au départ, il y a toujours une incertitude quant aux perspectives économiques, qui va pousser les autorités monétaires à faire preuve d’une prudence excessive face à la montée des cours des actifs financiers, prudence qui se révèle souvent fatale." Dans un deuxième temps, il faut un relais d’endettement et une confiance accrue dans les perspectives d’une région. Or, les économies asiatiques disposent encore d’un bon levier d’endettement, et l’optimisme est palpable en raison des perspectives économiques de la région, qui rappelle la manière dont les dot.coms étaient perçues à la fin des années 90. "L’histoire suggère qu’il sera très difficile aux autorités de freiner le train qui s’est actuellement mis en marche. "

Objectifs différents

Pour affiner son analyse, il souligne que les autorités monétaires et les investisseurs ne réagissent pas de la même manière en période d’incertitude économique. "Les autorités monétaires sont généralement jugées sur leur capacité à résorber le chômage ou à faire repartir la croissance économique. Elles auront donc plus souvent tendance à se montrer relativement prudentes, et à garder une politique monétaire accommodante en vue de ne pas mettre en danger le redressement. À l’inverse, les investisseurs, s’ils sont également soucieux de ne pas faire de pertes, auront toutefois plus tendance à rechercher les plus-values, et donc à se positionner très rapidement dans le cycle pour acheter les actifs à des niveaux extrêmement bas. En période d’incertitude économique, les conclusions que tireront les autorités monétaires et les investisseurs pourront parfois diverger sensiblement."

À l’heure actuelle, Frederic Neumann souligne que l’incertitude quant à la force de la croissance économique globale reste très élevée. "En dépit des risques inhérents à l’économie globalisée, les investisseurs ne semblent pas vouloir en tenir compte, avec pour conséquence une forte appréciation de certains marchés. Nous nous attendons à ce que cette incertitude persiste pendant encore un bon moment, avec pour conséquence le maintien des politiques monétaires accommodantes, que ce soit en Asie ou ailleurs." Il estime en outre que l’on n’a pas encore dépassé le point de non-retour, et que la bulle est encore en phase de formation. "Des périodes de consolidation sont nécessaires dans toutes les bulles financières. Elles nécessitent en effet la participation d’un nombre de plus en plus large de participants, ce qui n’est possible que si les cours corrigent temporairement pendant de courtes périodes."

Point de non-retour

Pour qu’une bulle se développe vers le point de non-retour, il faut que le crédit soit facile, et que la hausse des cours rende inefficaces des interventions "en douceur" des autorités monétaires. "À l’heure actuelle, l’Asie est une des seules régions au monde qui ait encore la capacité de s’endetter, c’est pourquoi la probabilité de voir une bulle s’y développer est beaucoup plus importante." Il souligne à ce titre qu’après 10 ans de désendettement et d’aversion au risque, les économies asiatiques ont vu un retour de l’endettement et une hausse des cours immobiliers depuis la fin 2006, qui n’a été que temporairement interrompue par la crise financière. "Enfin, une bulle nécessite aussi une histoire, une "next big thing" qui va attirer les investissements financiers. Dans le cas de l’Asie, ce sont les 3 milliards de consommateurs qui vont potentiellement commencer à dépenser. Comment les investisseurs pourraient-ils résister à une telle perspective?"

Une fois que la bulle financière commence à grandir, elle devient de plus en plus difficile à stopper, et les politiques monétaires classiques semblent souvent inefficaces pour endiguer l’explosion. "Les économies asiatiques font face à de nombreux défis, notamment face à des autorités monétaires occidentales qui pratiquent des politiques monétaires expansionnistes. Des actions décidées seront nécessaires de la part des autorités, et il n’est pas encore évident qu’elles sont disposées à le faire, et le risque est que des mesures strictes ne soient prises qu’une fois qu’il sera trop tard pour éviter la chute.

Nous craignons que les officiels ne répètent les erreurs du passé, en resserrant la politique monétaire de manière trop graduelle et prévisible." l

Frédéric Lejoint

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés