Burberry se fait tailler un costume à la Bourse de Londres

Les ventes annuelles de Burberry ont chuté de 10%, le tailleur britannique souffrant de la fermeture des commerces et de la baisse du tourisme. ©Geovien So / SOPA Images/Sipa USA

Séance à deux visages en Europe: d'abord, les prises de bénéfices et ensuite les achats à bon compte. Burberry a vu rouge après la publication de ses résultats annuels.

Les échanges étaient limités en ce jour de l'Ascension sur les marchés. Mais l'absence de nombreux investisseurs n'a pas empêché les grands indices européens de nettement reculer à l'ouverture. Les investisseurs du Vieux Continent, qui n'avaient pas réagi outre mesure la veille à la publication d'une accélération plus forte qu'attendu de l'inflation américaine, ont changé leur posture, estimant que les banques centrales vont resserrer leur politique monétaire plus rapidement qu'escompté.

Du coup, l'heure était à la prise de bénéfices. Mais l'appétit au risque est revenu en deuxième partie de séance alors que les rendements obligataires battaient en retraite et que Wall Street rebondissait à l'ouverture après trois séances dans le rouge.

3
séances négatives
En démarrant dans le vert, les indices US ont mis fin à une série de trois séances négatives.

Les places européennes ont alors réduit leurs pertes. Le Stoxx 600 , qui avait jusqu'alors effacé tous les gains accumulés depuis le début du mois d'avril est quasiment remonté à son niveau de la veille. Paris (+0,14%) et Francfort (+0,33%) ont changé de direction pour terminer sur un maigre rebond. Même chose à Bruxelles où le Bel 20 (+0,33%) a profité de la bonne tenue des biotechs. Londres , lestée par le repli des valeurs minières et la chute de Burberry, a glissé de 0,59%.

À la clôture en Europe, les grands indices américains maintenaient une cadence haussière avec un gain d'environ 1% pour le S&P 500 et de 0,5% pour le Nasdaq.

Prises de bénéfices sur les minières

Les valeurs liées aux matières premières ont été les plus attaquées ce jeudi. Pénalisées par la poussée de fièvre du dollar, elles ont occupé le bas du classement tout au long de la séance. À Paris, ArcelorMittal a abandonné 1,66% et, à Londres, Rio Tinto et BHP ont lâché près de 4%. Chez nous, Aperam (-0,84%) a aussi été visé par des prises de bénéfices. Il faut dire que le compartiment des matières premières du Stoxx 600 est le seul avec celui des banques à avoir gonflé de plus de 20% depuis le début de l'année.

L'action Burberry est retombée à 2.016 livres. Elle en valait 1.000 de moins, le 23 mars 2020

L'autre grosse tuile du jour était à mettre sur le compte de Burberry . Le tailleur de luxe britannique a présenté des chiffres annuels décevants, malgré une belle remontée constatée sur la fin de son exercice décalé. Ses ventes en 2020/2021 ont reculé de 10%, ce qui fait dire aux suiveurs de l'action qu'il reste beaucoup de travail à faire pour Burberry avant de retrouver sa cadence d'avant-crise. Le hic, c'est que les grands noms du luxe sont parvenus à rattraper leur retard dû à la pandémie. L'action Burberry a fondu de près de 4,18% ce jeudi pour retomber à 2.016 livres. Elle en valait 1.000 de moins, le 23 mars 2020, touchant alors son "creux corona".

Bond de géant pour Celyad

Sur le marché bruxellois, 10 sociétaires du Bel 20 ont réussi à avancer. Les deux biotechs de l'indice vedette ont survolé les échanges. Argenx a grimpé de 3,64%, à la veille de la publication de ses résultats, et Galapagos a pris 3,18%.

En se mariant avec Extensa, Leasinvest fait une croix sur son statut de SIR.

Hors Bel 20, c'est aussi une biotech, Celyad en l'occurrence, qui a capté toute l'attention des investisseurs, bondissant de près de 20% en séance pour terminer sur un gain de 5,88%. Son candidat médicament CYAD-211 utilisé contre le myélome multiple montre aucun signe de rejet à la première dose. Surtout, une activité clinique initiale a été observée et même une réponse partielle chez un patient. Des signaux encourageants pour un traitement en phase 1 qui seront détaillés lors de la conférence de la European hematology association (EHA) le mois prochain.

Coup de frein pour Leasinvest (-3,63%), dont AvH détient 30%. La société va unir sa destinée à celle d'Extensa, le développeur immobilier dont l'entièreté des parts se trouve dans le portefeuille du holding. Leasinvest perdra, au passage, son statut de SIR.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés