Capitalisations boursières: le top 10

©Bloomberg

Suprématie retrouvée des sociétés cotées américaines, dans le top 10 mondial. AB InBev, la plus importante société belge se classe en 33e position.

Gros chambardement dans le top 10 mondial des plus grosses sociétés cotées au monde. En moins de deux ans, les entreprises américaines ont récupéré leur position de leadership dans ce classement. Elles sont à nouveau celles qui affichent les plus importantes valeurs boursières au monde.

Contrairement à ce qu’on pouvait relever dans les classements jusqu’il y a une dizaine d’années, où les sociétés industrielles avaient coutume de squatter la tête, les spécialistes de la technologie et de l’internet sont cette fois largement représentés. À leur tête depuis près de deux ans quasi sans discontinuité, et aussi du top 10 mondial, on trouve Apple. Ce dernier affichait à fin 2013 une capitalisation boursière de 498 milliards de USD. Par ailleurs, on retiendra aussi l’entrée dans ce classement de Wells Fargo, une banque qui a à peine été égratignée par la crise des subprimes.

Exit les sociétés de Chine

La menace que constituaient les entreprises chinoises à la fin de 2007 dans la conquête des meilleures places a donc aujourd’hui disparu. Une à une, elles ont perdu leur fauteuil dans ce top 10. On en dénombrait 3 à la fin de 2007 (pour 4 américaines), parmi lesquelles Petrochina occupait la 1ère position mondiale. Couplée à la morosité sans fin de la Bourse de Shanghai, l’ascension de Wall Street depuis 2009 explique pour une bonne part le retour au-devant de la scène des groupes américains.

Autre disparition de taille, le Russe Gazprom a souffert de la baisse des prix de l’énergie, tout comme l’Anglo-Néerlandais Royal Dutch. Et si l’indéfectible numéro 2, ExxonMobil a réussi à conserver son siège, il le doit à son importante activité dans le gaz de schiste. Une activité qui fait dire à certains que les Etats-Unis sont une sorte de nouvel eldorado.

Domination pérenne?

La suprématie retrouvée des groupes américains est-elle appelée à durer? Certains le pensent dans la mesure où l’économie est sur une pente ascendante aux USA, et devrait leur être favorable sur le plan des résultats. De plus, à suivre les objectifs de cours médians établis par les analystes suivis par Bloomberg, excepté pour ExxonMobil, les valeurs de ces sociétés sont appelées à monter davantage à Wall Street. En particulier pour Apple, qui est celle qui bénéficie le plus de recommandations à l’"achat" devant Facebook. 49 analystes la suggèrent à l’achat avec un objectif de cours médian de 598 USD, et 17 l’inverse.

Mais, si la position des sociétés de tête, du point de vue de leur capitalisation boursière, est confortable, c’est toutefois moins le cas pour celles logées dans le bas du classement. Wells Fargo et ses poursuivants directs comme les Suisses Roche (11e) et Nestlé (12e) affichent des valeurs boursières proches l’une de l’autre. Par ailleurs, il est bon de préciser que le dividende n’est pas ce qui attire en premier les investisseurs vers ces actions. Les rendements sur dividendes de ces champions sont peu élevés, voire nuls comme pour Google et Berkshire Hathaway qui ne distribuent pas de dividende.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés