billet

Ce n’est pas toujours la taille qui compte

Chroniqueur, newsmanager

Malgré sa taille, Tesla a mystérieusement échoué aux portes de l'indice S&P 500. Partie remise?

Beaucoup d’investisseurs avaient misé sur une inclusion de Tesla dans l’indice Standard and Poor’s 500. Ce qui aurait pu encore davantage doper le cours dans la mesure où les fonds de placement qui suivent l'indice auraient acheté l'action. C’est raté. Et cela a largement contribué à la chute de 21% de l’action du constructeur de voitures électriques mardi.

Le gestionnaire de l’indice S&P Dow Jones a donc surpris tout son monde. Ce sont Etsy, Teradyne et Catalent qui entrent dans l’indice et remplacent H&R Block, Coty et Kohl's Corp, qui s’en vont rejoindre le S&P MidCap 400. Pas de trace donc de la société d'Elon Musk qui avait pourtant affiché son quatrième trimestre consécutif de rentabilité, condition requise pour entrer dans l’indice.

4
trimestres
Tesla a affiché quatre trimestres consécutifs de profits.

Tesla, désormais une des plus grandes capitalisations aux USA, aurait constitué la  plus grande inclusion dans l’indice de l’histoire.

S&P Dow Jones n’a pas expliqué sa décision et personne apparemment ne l’oblige à le faire. Une espèce de boîte noire semble guider les décisions. Les experts expliquent que la très forte volatilité de l'action Tesla a pu rebuter les gestionnaires de l'indice. Autre explication: les bénéfices engrangés par la société ne sont peut-être pas jugés assez durables. En effet, ils ont été dopés par les ventes de crédits carbone à d’autres constructeurs automobiles.

On peut toutefois penser que l'entrée de Tesla n'est que reportée dans le temps. Difficile de se passer  d'une société qui pèse plus de 300 milliards de dollars en bourse.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés