Publicité

Ce qu'il faut attendre de cette nouvelle saison de résultats

La banque JP Morgan va ouvrir ce mercredi la saison des résultats pour le troisième trimestre. Les analystes tablent en moyenne sur un bond de 19% des bénéfices du secteur financier américain. ©Reuters

Le secteur de l'énergie va clairement sortir du lot lors de cette nouvelle saison des résultats à Wall Street. En revanche, les constructeurs automobiles vont boire la tasse.

Problèmes d'approvisionnement et hausse des coûts. Retenez bien ces mots, vous risquez de les voir apparaître plus d'une fois en parcourant les rapports trimestriels que les sociétés cotées vont publier lors des prochaines semaines.

"Le S&P 500 pourrait perdre 10 à 20%, en fonction de ce qui ressort de la nouvelle saison de résultats."
Michael Wilson
Responsable des investissements chez Morgan Stanley

On sent d'ailleurs les marchés actions nerveux à ce sujet. D'autant que nous sommes dans un contexte de remontée des taux d'intérêt. Le moindre avertissement sur résultats est lourdement sanctionné en bourse. En témoigne la chute d'Asos à Londres en début de semaine. Le géant britannique du prêt-à-porter en ligne a dû revoir à la baisse ses ambitions pour 2022 en raison de plusieurs vents contraires. Nul doute qu'il ne sera pas le dernier dans ce cas.

Chez Morgan Stanley, on craint qu'un éventuel enchaînement de "profit warnings" ne provoque une vague de ventes massives sur les marchés financiers à court terme. La faute, selon la banque, a des attentes trop élevées, qui n'ont pas pris totalement en compte l'impact des perturbations sur la chaîne d'approvisionnement. "L'ampleur de la décélération de la croissance des bénéfices déterminera peut-être l'ampleur de la correction du S&P 500", estime son responsable des investissements Michael Wilson. Il évoque une possible correction de 10 à 20%.

Sous-performance des banques US?

Pour l'heure, les analystes tablent en moyenne sur une croissance de 28,44% des bénéfices des entreprises du S&P 500 au troisième trimestre, selon les données compilées par Bloomberg. C'est certes bien moins que les 96,3% enregistrés pour le deuxième trimestre. Mais rappelons qu'à l'époque, les sociétés comparaient leurs activités par rapport au premier confinement d'avril 2020.

+28,4%
Les analystes tablent en moyenne sur une croissance de 28,44% des bénéfices des entreprises du S&P 500 au troisième trimestre, selon les données compilées par Bloomberg.

La nouvelle saison des résultats s'ouvre officiellement ce mercredi à Wall Street. Comme d'habitude, ce sont les grandes banques américaines - JPMorgan, Bank of America, Wells Fargo, Morgan Stanley et Goldman Sachs - qui ouvrent le bal. Leurs bénéfices devraient avoir progressé d'environ 19% sur un an pour la période juillet-septembre, contre près de 160% les trois mois précédents.

Cela signifie que, pour la première fois depuis cinq trimestres, les banques américaines afficheront un taux de croissance inférieur à l'ensemble du marché. Si on excluait le secteur financier, les bénéfices du S&P 500 auraient bondi de 30,45%.

Malgré la hausse des taux, qui a fait passer le 10 ans américain de 0,65% fin juin 2020 à 1,48% en septembre 2021, il est trop tôt pour observer un réel impact sur les revenus d'intérêts. Les investisseurs seront plutôt à l'affût des premiers signes du rebond économique via la croissance des prêts auprès des ménages et des petites entreprises. Il est également possible que certaines banques annoncent une nouvelle baisse de leurs provisions.

Les perdants et les gagnants

Quid des autres secteurs? Parmi les mauvaises surprises, les analystes s'attendent à une chute de 46,9% des bénéfices du compartiment automobile. Rappelons que les pénuries de puces ont déjà fait perdre plus de 200 milliards de dollars - en termes de ventes manquées - aux constructeurs cette année. Mais certains observateurs pensent que le creux de la vague est passé.

On retrouve également dans le bas du tableau les services à la collectivité (-1%), ou "utilities", ainsi que les sociétés d'assurance (-6,9%) et le commerce de détail (-8%).

Côté bonnes nouvelles, les grands gagnants de cette saison seront sans conteste les valeurs de l'énergie (+165,8%) et des matières premières (+90,6%). Le prix du pétrole américain a presque doublé entre le troisième trimestre 2020 et le troisième trimestre 2021.

Le résumé

  • La saison des résultats pour le troisième trimestre s'ouvre officiellement ce mercredi à Wall Street. Les analystes tablent en moyenne sur une croissance de 28,44% des bénéfices des entreprises du S&P 500.
  • Les investisseurs seront particulièrement attentifs aux commentaires des dirigeants sur un quelconque impact de la hausse des coûts et des problèmes d'approvisionnement.
  • Les banques américaines ouvriront le bal. Pour la première fois depuis cinq trimestres, le taux de croissance de leurs bénéfices pourrait être inférieur à celui de l'ensemble du marché.
  • Les grands gagnants de cette saison seront sans conteste les valeurs de l'énergie (+165,8%) et des matières premières (+90,6%).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés