Ces onze sociétés d'investissement sont absolument à éviter

©AFP

Onze sociétés coupables d'escroquerie ont été repérées par la FSMA. L'autorités des marchés met en garde les investisseurs contre ces "boilers rooms" qui approchent le public en leur faisant miroiter des gains extraordinaires.

"Il m'a convaincu d'investir +/- 4.000 euros dans la société X sous prétexte qu'ils allaient révéler un accord avec Y qui ferait monter la valeur de l'action."  "J'ai été recontacté par une personne pour m'annoncer que l'IPO serait retardée et qu'il fallait que j'investisse plus pour que mes actions puissent être revendues en bloc à un investisseur institutionnel européen, avec une grosse plus-value."

Tels sont les récents témoignages recueillis par le gendarme des marchés en Belgique, la FSMA. Sur base de ces déclarations, l'autorité des marchés financiers tient une nouvelle fois à alerter le public belge sur les agissements d'escrocs. Ils approchent les investisseurs belges avec des propositions alléchantes. Mais derrière ces structures se cachent des voleurs opérant sur le principe de la "boiler room". Cette fraude consiste généralement à contacter des investisseurs potentiels, le plus souvent par téléphone, pour leur proposer d’acheter des actions ou d’autres produits financiers.

"Ces sociétés disposent de sites web à l’apparence très sérieuse, font remplir des formulaires d’ouverture de compte, envoient des factures, remettent des certificats..."
FSMA

En général, l’investisseur potentiel est attiré au moyen d’un premier investissement, d’un montant limité. Celui-ci s’avère très vite rentable. Par la suite, il lui est demandé d’investir chaque fois davantage. Au moment où la personne souhaite récupérer son argent, ça se complique. Des versements complémentaires sont exigés. Et au final, on ne récupère jamais les montants investis. 

"Ces sociétés approchent les candidats investisseurs dans un très bon anglais et d’une façon très professionnelle", explique la FSMA en précisant qu'"elles disposent de sites web à l’apparence très sérieuse, font remplir des formulaires d’ouverture de compte, envoient des factures, remettent des certificats..." Les sommes réclamées doivent être versées sur des comptes bancaires ouverts à l’étranger, à Hong Kong dans la majorité des cas. Et au final, le retour sur investissement se résume par un long silence qui pousse les personnes lésées à se plaindre auprès de la FSMA.

Les onze nouvelles "sociétés" au sujet desquelles la FSMA entend mettre en garde sont les suivantes:

- Aaron Brett 
- Daiju Commodity Markets  
- Fraser Hammond  
- Hana Shizokua Trading 
- Nanto Sapporo Brokerage 
- Reed Cavendish Wealth Management  
- Royston Carr Asset Management  
- RWM Holdings  
- Saga Nagoya Securities  
- TSB Wealth  
- Wainwright Marks Management  

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content