Publicité
Publicité
Publicité

Le gendarme boursier américain vient d'autoriser les ETF basés sur l'ether après avoir fait de même avec ceux adossés au bitcoin en janvier.

Nouvelle étape importante franchie dans le secteur des cryptomonnaies: le régulateur américain des marchés financiers, la SEC, a approuvé l'enregistrement de fonds indiciels (ETF) basés sur l'ether, la deuxième crypto la plus partagée au monde.

"On attendait ça avec impatience, confie le cryptotrader Marc Masure au micro du podcast Tracker. Après les records du bitcoin, il fallait un signal du genre pour faire remonter l'ether vers son niveau record".

Publicité

Lancée en 2015, l'ether est à l'heure actuelle la deuxième devise numérique en valeur totale, estimée désormais à plus de 455 milliards de dollars.

En janvier, la SEC avait autorisé les ETF indexés sur le bitcoin, suscitant une vague d'enthousiasme qui a propulsé la cryptomonnaie la plus utilisée au monde à des niveaux records.

L'ether est également dans une dynamique positive. Il a doublé son prix sur un an et s'est offert un bond d'environ 20% ces cinq derniers jours. Tournant autour des 3.700 dollars l'unité ce vendredi, la cryptomonnaie au cœur des "smartcontracts" et de la finance décentralisée évolue encore loin de son sommet historique de 4.644 dollars atteint en novembre dernier.

"Les investisseurs belges ne peuvent pas directement se positionner sur ces ETF. S'ils souhaitent le faire, ils devront passer par le marché des options."

Les Belges devront encore patienter

Plusieurs sociétés de gestion ont sollicité l'aval du régulateur américain des marchés financiers pour mettre sur le marché ces produits de placement en ether, avec près d'une dizaine de dossiers qui avaient été déposés, notamment par les organismes financiers VanEck, 21Shares ou encore BlackRock. Le gendarme de la bourse avait jusqu'à ce jeudi pour se prononcer.

Pour rappel, les investisseurs belges ne peuvent pas directement se positionner sur ces ETF. S'ils souhaitent le faire, ils devront passer par le marché des options. Un chemin compliqué pour les investisseurs inexpérimentés et qui comporte aussi de lourde de conséquences sur le plan fiscal.

Les ETF basés sur l'ether ou le bitcoin de plus en plus cotés

Les places financières autorisent d'ailleurs de plus en plus la cotation de produits financiers adossés au bitcoin ou à l'ether, à l'image de la FCA, le gendarme des marchés britanniques, qui a donné son feu vert mercredi. 21Shares fait d'ailleurs partie des entreprises également autorisées à coter ces produits à Londres.

Fin avril, la Bourse de Hong Kong avait pris une décision similaire, devenant la première en Asie à proposer des ETF, permettant également aux investisseurs de miser sur ces ETF en payant en bitcoins ou éthers, ce que ne permettent par encore les États-Unis.

Le développement des ETF est considéré comme une étape majeure pour l'adoption des cryptomonnaies par un public plus large.

Qu'est-ce que les ETF?

Les ETF sont un type de placement permettant aux investisseurs de profiter des évolutions des cryptomonnaies sans placer directement leur argent dans ces devises numériques, très volatiles.

Leur développement est considéré comme une étape majeure pour l'adoption des cryptomonnaies par un public plus large.

Concrètement, ils achètent des parts du fonds, qu'ils peuvent revendre à tout moment, et pas du bitcoin, la valeur de leurs actifs restant exprimée en dollars. Les avoirs du fonds sont, eux, placés en cryptomonnaies.

Avant le développement des ETF, pour avoir accès aux devises numériques, il était nécessaire d'ouvrir un compte sur une plateforme d'échanges de cryptomonnaies et de convertir une devise classique (émise par une banque centrale), comme le dollar.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.