De la prudence après un mois de novembre record

©REUTERS

La faiblesse du dollar et le déploiement du vaccin contre le Covid-19 ont suscité de la prise de risque, mais tous les secteurs n'ont pas profité de cet engouement.

Les marchés d'actions ont entamé le mois de décembre sur une note prudente après un novembre historique. La plupart des indices européens ont terminé sur un bilan hebdomadaire en recul. Toutefois, le FTSE 100, l'IBEX espagnol et le Bel 20 sont parvenus à finir sur une performance positive sur la semaine. La remontée des valeurs du secteur des ressources de base (+6,81%) a profité à la Bourse de Londres, tandis que la progression des actions du secteur bancaire (+3,13%) a permis à la Bourse espagnole et au Bel 20 de se maintenir en hausse.

"Les informations sur les mesures de relance aux États-Unis ont certainement contribué à l'appétit pour le risque, élevé depuis la bonne nouvelle concernant les vaccins."
Samuel Burman
Économiste chez Capital Economics

Le secteur des ressources de base a progressé grâce à la remontée des prix des métaux de base, portés par un dollar affaibli et les espoirs d'un vote favorable du Congrès américain pour un plan de soutien de 908 milliards de dollars contre le Covid-19 alors que des membres du parti républicain se sont dits favorables à celui-ci. "Les informations sur les mesures de relance aux États-Unis ont certainement contribué à l'appétit pour le risque, élevé depuis la bonne nouvelle concernant les vaccins", a déclaré Samuel Burman, économiste chez Capital Economics. "Nous pensons que les prix des métaux industriels resteront stables au cours des deux prochains mois, soutenus par cet appétit pour le risque des investisseurs et également par la forte activité économique en dehors de la Chine."

Faiblesse du dollar

Le dollar s'est lui affaibli face aux autres monnaies, et en particulier face à l'euro, qui a franchi la barre de 1,20 dollar cette semaine, à 1214USD. La devise européenne a signé une augmentation hebdomadaire de 1,52%. "L'euro se maintient au-dessus du niveau de 1,21 dollar pour la première fois depuis le printemps 2018, malgré le fait qu'il ne reste qu'une semaine avant la réunion de la Banque centrale européenne, qui devrait ajouter davantage de mesures de relance politique", a souligné Jane Foley, responsable de la stratégie chez Rabobank.

"Le marché s'attend désormais à une croissance du PIB mondial plus élevée en 2021, en particulier avec le déploiement du vaccin, ce qui créera un environnement favorable au risque."
Xiao Fu
Analyste de Bank of China International

La faiblesse du billet vert a profité à l'or, qui a grimpé de 2,53% sur la semaine à 1832,97 USD. "Le marché s'attend désormais à une croissance du PIB mondial plus élevée en 2021, en particulier avec le déploiement du vaccin, ce qui créera un environnement favorable au risque", a indiqué Xiao Fu, analyste de Bank of China International. "Mais d'un autre côté, la faiblesse du dollar américain et un mélange de politique budgétaire et monétaire, ainsi que de risques géopolitiques, soutiennent l'or. Donc, vous avez ces deux forces qui arrivent en même temps." Cette semaine, le gouvernement britannique a notamment donné son feu vert au vaccin contre le Covid-19 développé par Pfizer et BioNTech.

Des banques en forme

Le secteur bancaire a lui aussi profité du déploiement du vaccin contre le Covid-19 dans plusieurs pays, qui a favorisé de la prise de risque chez les investisseurs. La baisse des rendements obligataires a aussi aidé le secteur. Le Bund allemand est passé de -0,60% à -0,56% sur une semaine. À la Bourse de Bruxelles, la banque KBC a signé la meilleure progression du Bel 20 en variation hebdomadaire. Au sein du Stoxx 600, Santander (+16,11%) s'est placé parmi les meilleures performances de l'indice. Toutefois, au sein du secteur, UniCredit a perdu 10,6%, après l'annonce du départ en fin de mandat de son administrateur délégué, Jean-Pierre Mustier, en conflit avec le conseil d'administration sur la stratégie de la banque italienne.

Au sein du Stoxx 600, Rolls Royce (+20,99%) a signé l'une des plus fortes progressions de la semaine. Le fabricant de moteurs d'avions a annoncé jeudi un regroupement d'activité sur certains sites, afin de traverser la crise du transport aérien.

Le producteur de jeux vidéo CD Projekt s'est placé en tête du Stoxx 600 avec un gain hebdomadaire de 22,14%. La société a présenté ses chiffres mercredi dernier en hausse de 17 millions d'euros au troisième trimestre pour son revenu. Elle a indiqué des précommandes record pour son jeu Cyberpunk 2077.

Un Brent au plus haut depuis mars

De leur côté, les cours du pétrole ont progressé, retrouvant des prix qui n'avaient plus été vus depuis près de neuf mois, portés par l'accord trouvé par les membres de l'Opep+ sur une augmentation graduelle de leur production d'or noir à partir de janvier. Le groupe des treize membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) plus dix alliés producteurs, identifiés sous l'acronyme Opep+, se sont finalement mis d'accord jeudi pour "restituer progressivement" sur le marché les quelque 2 millions de barils par jour prévus en début d'année prochaine, en commençant par 500.000 barils quotidiens en janvier, à l'issue de quatre jours d'âpres négociations.

Cette décision fait donc passer le volume de pétrole brut retiré volontairement du marché par l'alliance de 7,7 mbj à 7,2 mbj au 1er janvier et amende l'accord précédent arraché en avril, qui prévoyait une marche plus haute à 5,8 mbj, jugée par beaucoup trop conséquente au vu d'un marché toujours déprimé par la pandémie de Covid-19. De quoi réjouir le marché pétrolier. Le baril de Brent a pris 2,2% à 49,24 USD sur la semaine.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés