Demande record pour la nouvelle obligation belge à 10 ans

©RV DOC

La demande des investisseurs a dépassé 50 milliards d'euros, du jamais vu. L'État belge a pu offrir un rendement de -0,22% sur dix ans, un plus bas record.

Les investisseurs se bousculent pour prêter à la Belgique. Mardi, pas moins de 240 investisseurs institutionnels ont remis offre pour un montant dépassant 50 milliards d'euros pour acquérir les nouveaux titres de dette de référence de l'État belge, selon les données publiées ce mercredi par l'Agence fédérale de la dette. "Cela représente le plus gros carnet d'ordres pour une offre syndiquée (placement de titres de dette via un syndicat de banques, NDLR) d'Olo (obligations linéaires, NDLR, soit les titres de dette du gouvernement fédéral belge) à dix ans", précise le Trésor public.

"C'est le plus gros carnet d'ordres pour une offre syndiquée d'Olo à dix ans."
Agence fédérale de la dette

Forte de cette demande soutenue, l'Agence de la dette a pu emprunter 6 milliards d'euros grâce à l'émission de cette nouvelle obligation à dix ans qui servira de référence ("benchmark") pour cette année. Lors des adjudications à venir, qui sont des procédures d'emprunt simplifiées par rapport à la syndication, l'Etat belge augmentera le volume de cette ligne d'obligations en proposant cette même échéance à dix ans aux investisseurs intéressés, ainsi que d'autres lignes d'obligations déjà lancées au cours des années précédentes.

Taux historiquement bas

La nouvelle Olo à dix ans est assortie d'un coupon de 0% et a été émise à un cours de 102,4% de son prix nominal, ce qui implique, pour les investisseurs, un rendement négatif, à savoir -0,22%. Il s'agit du taux d'intérêt le plus bas jamais enregistré lors d'une syndication. Si ces conditions financières a priori peu attrayantes ont séduit autant d'investisseurs, c'est parce que les taux d'intérêt d'autres placements sans risque sont encore plus pénalisants. Par exemple, le taux des obligations à dix ans de l'Allemagne se situe actuellement à -0,50%, tout comme le taux de la facilité de dépôt de la Banque centrale européenne (BCE), sur laquelle les banques commerciales placent leurs liquidités excédentaires.

13,8%
Bon début
En levant 6 milliards d'euros lundi, l'Agence fédérale de la dette a déjà obtenu 13,8% du montant total qu'elle doit emprunter sur les marchés en 2021.

De plus, la BCE a annoncé en décembre qu'elle achèterait pour 500 milliards d'euros d'obligations supplémentaires. Les investisseurs parient donc sur une future hausse des cours obligataires dans l'espoir de réaliser une plus-value à l'avenir.

Cette première levée de fonds de l'année a permis à l'État belge de récolter déjà 13,8% du montant qu'elle doit obtenir sur les marchés en 2021 pour financer sa dette. Sur les 43,6 milliards d'euros à emprunter, 36,4 milliards doivent être levés via les Olo, selon le plan de financement.

Grâce à l'émission de la nouvelle obligation à dix ans, le Trésor public a donc déjà réalisé 16,5% de cet objectif. L'agenda de l'Agence de la dette prévoit encore sept adjudications pour parvenir à ce montant total. Si l'appétit des investisseurs pour le papier belge reste aussi élevé que lundi, il ne devrait pas être difficile à atteindre.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés