Des projets de rachats en effervescence pour les bourses européennes

Euronext serait intéressé par le rachat de Bolsas y Mercados Espanoles, l'opérateur de la Bourse de Madrid. ©BELGAIMAGE

Euronext serait en discussion pour racheter l'opérateur de la Bourse de Madrid BME, mais aussi pour faire une offre sur la Bourse de Milan, qui appartient au London Stock Exchange. Deutsche Börse s'est aussi montré intéressé par des acquisitions.

Le secteur des opérateurs de bourses est en pleine effervescence. Selon des sources proches du dossier, Euronext , le groupe qui rassemble les Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne, Dublin et Oslo, discuterait avec des conseillers en vue d'un rachat de l'opérateur de la Bourse de Madrid, Bolsas y Mercados Espanoles (BME) .

Le 10 octobre dernier, Euronext avait indiqué être à la recherche de nouveaux rachats, en précisant qu'il pourrait déployer 1 à 2 milliards d'euros de moyens financiers.

Euronext serait aussi intéressé par le rachat de Borsa Italiana, l'opérateur de la Bourse de Milan, si celui-ci devait être mis en vente. Il fait actuellement partie du groupe London Stock Exchange (LSE) , mais selon des analystes, l'opérateur de la Bourse de Londres pourrait devoir s'en séparer pour obtenir l'aval des régulateurs pour son rachat de la firme de données de marchés Refinitiv.

BME et le LSE n'ont pas souhaité faire de commentaires. Les sources proches du dossier indiquent qu'Euronext n'a pas lancé de discussions officielles, et que les intentions des actionnaires de BME et de Borsa Italiana ne sont pas claires quant à une vente.

Stéphane Boujnah, patron de Euronext, a précisé que "les rumeurs récentes sont infondées. Nous n'avons aucun dialogue avec les deux Bourses mentionnées dans la presse, ni avec aucune autre Bourse en Europe.  Nous n'avons fait aucune offre".

De la trésorerie à disposition

La semaine dernière, Theodor Wiemer, le patron de Deutsche Börse , l'opérateur de la Bourse de Francfort, a indiqué devant des analystes que son groupe disposait d'une trésorerie de 2,2 milliards d'euros pour d'éventuels rachats d'autres bourses. Le 10 octobre dernier, Euronext avait indiqué être à la recherche de nouveaux rachats, en précisant qu'il pourrait déployer 1 à 2 milliards d'euros de moyens financiers.

Pour info, la capitalisation boursière de BME s'élève à 2,1 milliards d'euros, contre 5,2 milliards d'euros pour Euronext...

©MEDIAFIN

Des rachats dans le monde des données/indices

Geoffroy Le Guyader, analyste chez Kepler Cheuvreux, observe que "la plupart des récents rachats de bourses ont été effectués dans le monde des données/indices"

Deutsche Borse avait acquis en avril dernier le groupe d'analyse de données Axioma et avait précédemment tenté de racheter la filiale de devises de Refinitiv. Six Swiss Exchange, l'opérateur de la Bourse de Zurich, a déclaré qu'il pourrait diminuer sa participation dans le capital de la société de services de paiement Worldine afin de financer des acquisitions.

"Mais la récente acquisition de la Bourse d'Oslo et de celle de Dublin par Euronext montrent qu'il reste un intérêt pour les opérateur de marché au comptant", ajoute Geoffroy Le Guyader. Et de fait, le mois dernier, la Bourse de Hong Kong avait tenté de racheter, sans succès, le LSE. Les investisseurs de la Bourse de Londres s'y sont opposés, en effet. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés