Publicité

Des résultats européens très bons, mais en baisse de régime

Les sociétés belges reprises dans le Stoxx 600 ont vu leur bénéfice par action progresser moins que la moyenne européenne au troisième trimestre, selon Bank of America. ©BELGA

Les grandes sociétés cotées européennes ont fait bien mieux que prévu au troisième trimestre. Les chiffres belges sont à la traîne, mais cela peut s'expliquer.

En Europe, la saison des résultats est très bonne, mais le troisième trimestre est néanmoins le plus faible depuis le début de la reprise économique. De juillet à septembre, 57% des entreprises européennes ont fait mieux que les prévisions moyennes des analystes financiers s'agissant du bénéfice par action, selon une note de Bank of America (BofA) basée sur les données déjà dévoilées par plus de trois quarts des sociétés de l'indice Stoxx 600 , lequel reprend les plus grandes capitalisations boursières européennes. Historiquement, les résultats par action dépassent les attentes dans 52% des cas. Les données de Bloomberg sur plus de 90% de résultats publiés confirment ces chiffres.

62%
Objectifs dépassés
En Europe, 62% des entreprises qui ont publié leurs résultats trimestriels ont fait part d'un chiffre d'affaires supérieur aux attentes.

Le bilan du trimestre devrait donc être très bon mais, note BofA, il sera aussi le plus modeste depuis la mi-2020, quand l'économie avait commencé à redémarrer fortement après la forte récession due à la crise sanitaire.

Concernant le chiffre d'affaires, 62% des entreprises européennes ont fait mieux que les estimations à ce stade. À nouveau, c'est très bien, mais moins qu'au deuxième trimestre, où les chiffres d'affaires avaient battu le consensus des analystes dans 67% des cas, une performance inédite depuis douze ans.

Auto, assurances et banques en tête

Les chiffres de la croissance des bénéfices, facteur crucial pour la progression des actions, sont du même tonneau. Au troisième trimestre, les profits des entreprises européennes devraient avoir augmenté de 50% par rapport à la même période en 2020, d'après les données disponibles. C'est nettement moins qu'au deuxième trimestre, où la croissance bénéficiaire avait atteint 190%. La différence s'explique par l'effet de base, c'est-à-dire la période de comparaison. Le deuxième trimestre 2020, fortement marqué par la crise sanitaire, avait été très mauvais pour les bénéfices des entreprises, alors qu'au trimestre suivant, les affaires avaient commencé à se redresser nettement.

D'après les données de Bank of America, les sociétés cotées en Belgique ont fait moins bien que la moyenne s'agissant des bénéfices par action.

Les secteurs qui ont le plus dépassé les attentes en matière de bénéfice par action sont l'automobile , les assurances et les banques . Les moins bonnes performances à cet égard sont observées dans l'immobilier , les matériaux et la construction et le secteur des voyages et des loisirs .

Toujours d'après les données de Bank of America, les sociétés cotées en Belgique ont fait moins bien que la moyenne concernant les bénéfices par action, tout comme leurs homologues norvégiennes. Des performances supérieures à la moyenne ont par contre été enregistrées en Autriche, en Italie et en France.

Pourquoi la Belgique fait moins bien

La sous-performance belge est due aux résultats trimestriels d'AB InBev , de Proximus et de WDP . D'après les données de Bloomberg, le bénéfice par action d'AB InBev est ressorti 2,4% inférieur aux attentes moyennes, celui de Proximus est apparu 11,5% sous l'objectif moyen et celui de WDP a manqué la cible moyenne de 6,7%. Mais précisons que ces trois groupes ont dégagé des chiffres d'affaires supérieurs à la moyenne des prévisions. Par contre, à ce point de vue, Galapagos et Argenx ont fortement déçu.

Il faut aussi noter que bien que Melexis , Aperam et Telenet aient fait mieux que prévu au troisième trimestre en matière de bénéfice par action, ces groupes qui font partie du Bel 20 ne sont pas repris dans le Stoxx 600 et n'entrent donc pas en compte dans les données de Bank of America. La méforme des valeurs belges est donc à relativiser.

3
Mentions de l'inflation
Selon Bank of America, le mot "inflation" a été mentionné en moyenne près de trois fois lors de chaque présentation de résultats du troisième trimestre, une fréquence qui n'avait jamais été observée dans les données disponibles remontant à 2007.

Par ailleurs, les secteurs où l'on attend la plus forte progression des bénéfices en Europe sur l'ensemble de l'année sont ceux de l'énergie, de l'auto et de la vente de détail, selon BofA. Seuls les télécoms et les services financiers devraient voir leurs bénéfices diminuer cette année par rapport à 2020. C'est, ici aussi, dû à un effet de base puisque leurs profits avaient fortement augmenté durant les périodes de confinement de l'année dernière.

Enfin, BofA constate que le terme "inflation" a été mentionné près de trois fois en moyenne lors de chaque présentation de résultats, soit la fréquence la plus élevée depuis que la banque collecte ces données, à savoir à partir de 2007.

Le résumé

  • S'agissant du bénéfice par action, 57% des sociétés de l'indice Stoxx 600 ont dépassé les prévisions au troisième trimestre, contre un taux de 52% d'habitude.
  • Mais les profits des entreprises européennes sont en décélération par rapport au deuxième trimestre.
  • Les valeurs belges font moins bien que la moyenne, mais certains facteurs l'expliquent.
  • L'inflation préoccupe les entreprises.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés