Des ventes de fonds en baisse au premier trimestre

Marnix Arickx, le président de la Beama, souligne que les fonds ont touché un record en 2019, mais s'attend à un premier trimestre difficile. ©Emy Elleboog

L'association belge des gérants d'actifs s'attend à un premier trimestre moins bon qu'en 2019 en raison du recul de l'actif net des fonds en mars.

Après un quatrième trimestre 2019 marqué par une forte croissance, le secteur des fonds belge s'attend à un bilan contrasté au terme des trois premiers mois. L'année passée, l'association belge des gérants d'actifs (Beama) a indiqué une croissance de 17,2% de l'actif net sous gestion par rapport à la même période en 2018. L'actif net des fonds commercialisés en Belgique a atteint 219,6 milliards à la fin décembre de l'année passée.

Le secteur belge des fonds s’attend à ce qu’à la fin du premier trimestre de 2020, le bon résultat de 2019 soit temporairement annulé.
La Beama

"Sur la base des indications provisoires pour le premier trimestre de 2020, un recul clair de l’actif net est observé au cours du mois de mars, qui traduit l’impact de la crise du Covid-19 sur l’économie mondiale et les marchés financiers. Le secteur belge des fonds s’attend dès lors à ce qu’à la fin du premier trimestre de 2020, le bon résultat de 2019 soit temporairement annulé", indique la Beama dans un communiqué. 

Des fonds en actions plébiscités

Au dernier trimestre de 2019, les fonds investis en actions ont connu la plus forte croissance, avec une augmentation de 16,6% de l'actif géré à 9,4 milliards d'euros, imputable en majorité à des souscriptions. Sur l’ensemble de l’année 2019, les fonds d’actions sont ceux qui ont le plus progressé, avec une croissance de 42,6%. Cette catégorie de fonds était suivie des fonds mixtes et obligataires qui ont enregistré respectivement une hausse de 18,5% et 14,9%, note la Beama.

219,6 milliards d'euros
L'encours des fonds en Belgique en 2019
L'actif net des fonds commercialisés en Belgique a atteint un record à la fin de l'année dernière.

Les fonds monétaires ont en revanche connu une forte contraction sur les trois derniers mois de 2019, de 2,9 milliards d'euros, soit 40,5%. La Beama relève que cette baisse s'explique par une intervention technique des gestionnaires de fonds mixtes. "Compte tenu de l'évolution positive du marché en 2019, les gestionnaires de fonds ont progressivement troqué leurs fonds monétaires sous-jacents stables contre notamment des fonds d’actions de manière à pouvoir profiter du redressement observé sur les bourses", souligne l'association.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés