Fin de carrière chaotique pour Warren Buffett

Berkshire Hathaway présidé par Warren Buffett, 89 ans, a enregistré une perte record au premier trimestre. ©EPA

Celui qui préside aux destinées de Berkshire Hathaway depuis les années 1960 avait l'habitude de faire des emplettes dans des marchés en baisse. Cette fois, il n'a pas été en mesure d'en réaliser...

Warren Buffett dépassé par ce qui se passe en bourse? On pourrait bien le penser. Une chose est certaine, celui que l’on surnomme "l’oracle d’Omaha" pour ses qualités de visionnaire à Wall Street doit être aujourd’hui un investisseur meurtri. Lui qui s’était toujours targué de réaliser ses meilleures affaires en achetant des participations dans des sociétés cotées lorsque les marchés baissent, est resté cette fois inactif. "Nous n’avons rien fait parce que nous ne voyons rien de si attrayant à acheter", a-t-il déclaré lors de l’assemblée générale des actionnaires de Berkshire Hathaway samedi dernier.

Nous n’avons rien fait parce que nous ne voyons rien de si attrayant à réaliser.
Warren Buffett
Président de Berkshire Hathaway

S’agit-il d’un aveu d’impuissance, voire d’échec? Warren Buffett ajoute en tout cas ne pas savoir ce qui se passera la semaine prochaine ou l’année prochaine sur les marchés: "Je ne sais pas et personne ne sait. L’avenir est beaucoup moins clair pour moi".Il a reconnu que des sociétés étaient venues le trouver pour obtenir un financement. Mais lorsque la Banque centrale américaine est intervenue sur les marchés, elles ne sont pas revenues. En 2008, Berkshire Hathaway avait accordé des programmes de financement à des entreprises à court de liquidités, en contrepartie d'une confortable rémunération qui pouvait aller jusqu'à 10% par an de la somme avancée. 

Cessions historiques

Pour une autre raison, on peut penser que Warren Buffett est un homme d’affaires aujourd’hui blessé. De mémoire de boursier, on ne l’avait jamais vu acculé à vendre en pleine débâcle boursière des participations détenues par le holding Berkshire Hathaway qu’il dirige depuis 1966. Face à la décision des compagnies aériennes de laisser leurs appareils cloués au sol en raison de la pandémie de coronavirus, il a cédé les participations que le groupe détenait dans les quatre principales compagnies aériennes aux États-Unis: American Airlines, United Airlines Holdings, Delta Airlines et Southwest Airlines.

Ces cessions ont gonflé le réservoir de cash du groupe de 128 milliards de dollars (à fin 2019) à 137 milliards de dollars à ce jour.

Le sentiment émis par ces compagnies selon lequel les vols ne reviendront pas au niveau de 2019 avant 3 ans a fort probablement poussé Warren Buffett à limiter son exposition au monde de l’aviation. D’autant que son holding avait acquis Precision Castparts en 2016 pour quelque 37 milliards de dollars. Cet équipementier aéronautique fait face aujourd'hui aux difficultés rencontrées par les constructeurs aéronautiques Boeing et Airbus.

Secteur précurseur

Avec la cession des actions des compagnies aériennes, Warren Buffett confirme son sentiment qu’il n’y a pas grand-chose à attendre de la bourse américaine à court terme. Les investisseurs chevronnés le savent. Lorsque l’activité économique se porte bien, le secteur des compagnies aériennes compte parmi les premiers à prendre habituellement de la hauteur à Wall Street, tirant dans son sillage l’ensemble du marché.

C’est la raison pour laquelle, l’indice Dow Jones des actions de sociétés liées au secteur du transport est considéré comme un indice précurseur de l’évolution future de la place américaine. Pour l'heure, cet indice enregistre un recul de 27,8% depuis le début de cette année, et l'indice Dow Jones des 30 valeurs inductrielles de 17,7%.

L'heure de la retraite?

Voilà pour la petite histoire. Revenons à Warren Buffett qui a dû aussi avoir le cœur gros en annonçant la plus grosse perte trimestrielle de son histoire. Berkshire Hathaway a en effet clôturé le premier trimestre de son exercice fiscal 2020 sur une perte de 49,7 milliards de dollars. Ce montant équivaut à 11,2% de sa capitalisation boursière à la Bourse de New York qui s'élève à 443,8 milliards de dollars.

Considéré par Buffett comme une meilleure mesure de la performance du groupe, le résultat opérationnel s'est, lui, tout de même amélioré de 6% à 5,87 milliards de dollars. 

Face à ces résultats finaux décevants et à ces conditions de marché actuellement difficiles, beaucoup  se demandent si l'heure de la retraite n'a pas sonné pour Warren Buffett âgé de 89 ans, ainsi que pour son complice de toujours, le CEO Charlie Munger. Ce dernier âgé de 96 ans vivant dans l'État de Californie ne s'est pas déplacé pour l'AG qui s'est déroulée en vidéoconférence dans le Nebraska en raison, on l'imagine, de la crise sanitaire. 

La culture de Berkshire Hathaway ne changera après l'ère de Warren Buffett et de Charlie Munger.
Greg Abel
Vice-président de Berkshire Hathaway

Warren Buffett était en fait accompagné d'un de ses deux successeurs potentiels, Greg Abel. Vice-président, ce responsable des activités non-assurance de Berkshire Hathaway a précisé "ne pas voir la culture de Berkshire Hathaway changer après l'ère de Warren Buffett et de Charlie Munger"...

En bourse, l'action A de Berkshire Hathaway -qui ne distribue pas de dividendes- accuse une perte de 19,3% depuis le début de l'année. Un piètre bilan pour celui qui ambitionne de battre l'indice S&P 500 Return, celui qui tient compte des versements de dividendes par les sociétés qui le composent. Cet indice limite ses pertes à 11,8%. Sur le plan de la performance de l'action, Warren Buffett a encore dit qu'il ne peut "promettre qu'elle surperformera le S&P 500 sur le long terme, mais qu'il fera en sorte que cela se passera".

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés