Indigestion de chiffres trimestriels

Les signes de robustesse émis par le marché de l'emploi allemand et l'amélioration du sentiment économique en zone euro semblaient protéger les gains des principaux indices européens. Mais dans la dernière demi-heure, les marchés ont convulsé, sous l'accès de faiblesse de Wall Street et la divergence des résultats d'entreprises.

Saison des résultats d'entreprises oblige, certaines journées boursières se caractérisent par la publication au goutte-à-goutte de chiffres d'entreprises. Mais à l'échelle de l'agenda des sociétés, ce jeudi s'est transformé en mousson. Plusieurs grandes sociétés semblent s'être liguées pour inonder l'Europe boursière de leurs bilans trimestriels.

D'abord accueillies globalement, les performances d'entreprises n'en ont pas moins été intégrées au cas par cas. Jugés plutôt satisfaisants, ces résultats ont toutefois offert des perspectives divergentes. Sans compter que, sur les marchés d'actions, en atteste le total reversement de tendance, les investisseurs se sont adonnés au principe du "sell on good news", prenant leurs bénéfices sur des valeurs porteuses de bonnes nouvelles.

Les secteurs des télécoms, des soins de santé et de la chimie ont enregistré les plus fortes hausses sectorielles. Ces trois secteurs ont été chargés en résultats avant et après Bourse. France Telecom et BT pour les télécoms; Bayer, Sanofi-Aventis, AstraZeneca, Merck pour les pharmas; BASF, Cloriant et Solvay pour les chimiques.

En revanche, les valeurs automobiles étaient à la baisse, digérant les chiffres de Volkswagen, Rolls-Royce, Man et Hyundai.

La Bourse de Londres a terminé en faible baisse jeudi, l'indice Footsie-100 des principales valeurs cédant juste 5,73 points à 5.313,95 points, soit 0,11% par rapport à la clôture de mercredi.

La Bourse de Paris a fini en baisse jeudi, le CAC 40 perdant 0,50% à 3.651,91 points. Une séance laborieuse à Wall Street a sûrement poussé les investisseurs à prendre des bénéfices après six jours de hausse.

A Bruxelles, le Bel 20 a rendu 0,28 % à 2.537,90 points. Solvay, qui a enregistré des résultats meilleurs que prévus, a vu la valorisation de son action progresser de 2,78 % à 75,80 euros. Le bancassureur KBC, qui a réussi à vendre sa filiale britannique Peel Hunt via un management buy-out, a perdu 1,68 % à 35,44 euros.

Hors indice, Melexis s'est envolé de 8,82% après avoir annoncé d'excellents résultats pour le premier semestre et profitant, simultanément, d'un avis positif de la part de la banque Degroof.

En Allemagne, le numéro trois mondial des équipements sportifs, Puma, a affiché une hausse modeste de ses ventes au deuxième trimestre malgré Coupe du Monde, une performance qui a contrasté avec celle de ses concurrents et lui a valu une forte décote à la Bourse de Francfort. La marque au félin y a lâché 4,58 %, tandis que Lufthansa chutait de 4,49% à 12,22 euros. La compagnie aérienne a pourtant publié des résultats du deuxième trimestre honorables et s'est montrée confiante pour le second semestre. L'indice allemand des 30 valeurs phares, le Dax, s'est rétracté de 0,72 % à 6.134,70 points.

La Bourse d'Amsterdam s'est inscrite en retrait la première. L'AEX a clôturé à 332,13 points (-0,87 %).

STATISTIQUES

Zone euro
L'indice de confiance des chefs d'entreprise et des consommateurs de la zone euro a progressé en juillet à son plus haut niveau depuis 27 mois, 101,3 points, soit 2,3 points de plus que le mois précédent. Il faut remonter à mars 2008 pour retrouver un niveau comparable.

Etats-Unis
Le nombre de nouveaux chômeurs inscrits aux Etats-Unis a baissé de manière inattendue après sa forte remontée de la semaine précédente.
Le ministère a recensé le dépôt de 457.000 nouvelles demandes d'allocations dans le pays du 18 au 24 juillet (en données corrigées des variations saisonnières), soit 2,4% de moins que la semaine précédente, pour laquelle il a revu sa première estimation en hausse.

Belgique
L'inflation a continué à accélérer en Belgique en juillet, pour le dixième mois consécutif, à 2,57% sur un an après 2,46% le mois précédent. Elle atteint ainsi son niveau le plus élevé depuis décembre 2008 (2,63%).

VALEURS A SUIVRE

KBC a vendu sa filiale britannique Peel Hunt via un management buy-out. Le management de Peel Hunt a mis 74 millions de livres sterling sur la table (88,7 millions d'euros). L'opération a un petit effet positif sur le capital de KBC de 13 millions d'euros. L'impact sur le compte de résultat "n'est pas significatif".

Solvay a enregistré des résultats supérieurs aux attentes. Son chiffre d'affaires du deuxième trimestre a atteint 1,85 milliard d'euros contre 1,7 milliard attendu, et son résultat opérationnel a atteint 183 millions d'euros, bien plus que les 132 millions attendus par les analystes.

Cofinimmo a été downgradé par les analystes de KBC Securities à "conserver" contre "acheter" auparavant, avec un objectif de cours inchangé à 105 euros.

Nyrstar a enregistré un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros au premier semestre 2010. Le groupe a enregistré un bénéfice de 25 millions d'euros, ce qui est nettement mieux que le petit 0,1 million enregistré l'année dernière sur la même période.

Melexis affiche au deuxième trimestre un chiffre d'affaires de 55,8 millions d'euros en hausse de 98% en base annuelle. Le bénéfice net s'établit à 12,1 millions d'euros. Les analystes de Degroof ont augmenté leur objectif de cours sur la valeur à 11,5 euros contre 9,5 avant et relevé leur recommandation à "accumuler" contre "conserver" avant.


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés