Italie: les taux longs au record

Le Trésor italien a émis lundi près de 7 milliards d'euros d'obligations sans grande difficulté. Mais les taux longs des titres italiens atteignent un record depuis un an et demi, au lendemain de l'annonce de l'aide à l'Irlande. Celui-ci n'a visiblement pas effacé les craintes de contagion.

Au total, 6,83 milliards d'euros de titres de dette à échéance 2013, 2017 et 2021 ont été émis par le Trésor italien. C'est proche de l'objectif maximum de 7 milliards que s'était fixé le Trésor.

La demande des investisseurs a été solide, s'élevant à 9,1 milliards d'euros, mais les taux de ces émissions se sont affichés en forte hausse d'environ 50 points de base par rapport aux dernières opérations de ce type.

Les taux des titres à échéance 2013 ont progressé à 2,86% contre 2,32%, ceux des titres à échéance 2017 à 2,30% contre 1,78% et ceux à échéance 2021 à 4,43% contre 3,89%.

Et vers 12H00 GMT, les taux longs italiens s'inscrivaient à 4,511%, un plus haut depuis le printemps 2009.

Le plan d'aide à l'Irlande annoncé dimanche soir n'a pas permis pour le moment de réduire les tensions sur le marché, les investisseurs craignant toujours une contagion à d'autres pays fragiles de la zone euro.

Mais les stratégistes soulignaient toutefois que les investisseurs ne sont pas inquiets au sujet de la situation spécifique de l'Italie.

"Les titres italiens sont considérés comme les moins risqués au sein de la périphérie car le pays est redevenu crédible depuis deux ou trois ans en termes de réductions budgétaires", indique Cyril Regnat de Natixis.

"L'Italie reste perçue comme l'émetteur le moins risqué" parmi les pays périphériques et "l'augmentation des taux a été très inférieure à celle enregistrée dans d'autres pays" comme le Portugal ou l'Espagne, observe Elia Lattuga d'UniCredit.

L'Italie a rassuré les marchés en adoptant fin juillet une cure d'austérité de 25 milliards d'euros qui doit lui permettre de ramener son déficit public sous les 3% en 2012. Sa dette est en revanche l'une des plus élevées au monde et devrait représenter 118,5% du PIB cette année.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés