Jim Simons, l'homme qui gagne de l'argent en dormant

Jim Simons, fondateur de Renaissance Technologies.

Le "plus grand investisseur de la planète"? Jim Simons de Renaissance Technologies.

Jim Simons, le fondateur du " hedge fund " Renaissance Technologies, peut avoir le sourire. Son fonds phare Medallion affiche une hausse de 24% depuis janvier alors que la plupart des indices boursiers sont en nette baisse. 

Le fonds Medallion de Jim Simons affiche une hausse de 24% depuis le début de l’année.

Ce mathématicien américain de 82 ans, qui cultive la discrétion, a confié un jour qu’il ne voulait pas se préoccuper continuellement du marché. " Je veux des modèles qui permettent de gagner de l’argent pendant que je dors. " Ne regardant jamais les éléments fondamentaux, il se focalise uniquement sur ses programmes informatiques qui décèlent des opportunités d’achat et de vente. Depuis 1988, son fonds Medallion affiche un gain annuel moyen de 39% (après commissions), ce qui le positionne devant Warren Buffett, George Soros, Peter Lynch ou Steve Cohen. De quoi le nommer "le plus grand investisseur de la planète". 

C’est en 1978 que cet ancien professeur, diplômé du MIT, a débuté dans le monde l’investissement, ceci après avoir été "code breaker". Il a notamment déchiffré les codes secrets de la Russie pendant la Guerre froide, comme l’indique Gregory Zuckerman du Wall Street Journal qui lui a consacré un livre "The Man Who Solved The Market". 

Le fonds Medallion n'est accessible qu'à un nombre limité de personnes.

Si c’est Peter Brown qui est aujourd’hui le CEO de Renaissance, Jim Simons en reste le président. Il s’occupe surtout de philanthropie, sa fortune étant estimée à 23 milliards de dollars. Bémol important, le fonds Medallion, qui gère près de 10 milliards de dollars, n’est accessible qu’à un nombre limité de personnes, dont des employés et ex-employés de Renaissance. Les autres fonds de Renaissance sont moins performants. C’est le cas du Renaissance Institutional Equities Fund qui affiche une baisse de 10% cette année. Cette différence de performance avec le Medallion avait déjà valu par le passé à Simons quelques critiques de la part d'investisseurs mécontents. 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés