Publicité

Joe Biden conserve Jerome Powell à la tête de la Fed

Jerome Powell, le président de la Fed, est reconduit pour quatre années supplémentaires. ©REUTERS

Le président Biden a choisi Jerome Powell pour diriger la banque centrale américaine quatre années de plus. D'autres postes y sont encore à pourvoir.

Voilà une incertitude de moins pour les marchés financiers. Jerome Powell continuera à diriger la Réserve fédérale (Fed) jusqu'en 2026. Le président des États-Unis, Joe Biden, a fait son choix, a annoncé la Maison-Blanche lundi. Il n'a donc finalement pas retenu la candidature de Lael Brainard, membre du conseil des gouverneurs de la Fed, qui était également en lice pour diriger la banque centrale américaine. Celle-ci est nommée vice-présidente.

Lael Brainard est nommée vice-présidente mais elle n'héritera pas de la supervision bancaire.

L'enjeu était d'importance. Le président de la Fed donne le ton en matière de politique monétaire, une variable cruciale pour le monde de la finance, non seulement aux États-Unis, mais dans le monde entier.

Les marchés ont bien accueilli l'annonce de la reconduction de Powell. Les indices boursiers américains se sont orientés à la hausse. Les taux d'intérêt des obligations gouvernementales des États-Unis ont quant à eux progressé. Selon des observateurs des marchés, les investisseurs pensent qu'avec Powell à sa tête, la Fed pourrait resserrer sa politique monétaire plus vite que prévu pour contrer l'accélération de l'inflation.

Jerome Powell était en pôle position dans la course à sa propre succession. La plupart des économistes avaient anticipé que Joe Biden le confirmerait dans ses fonctions. Cela s'explique par une certaine tradition qui consiste à reconduire le président de la Fed après son premier mandat. Toutefois, il y a quatre ans, l'ex-président américain Donald Trump avait fait fi de la coutume en nommant Powell à la place de Janet Yellen, alors que celle-ci arrivait au terme de ses quatre années à la tête de la banque centrale.

Powell a fait ses preuves

Durant son mandat, Jerome Powell a fait preuve des compétences nécessaires pour diriger l'institut monétaire. Hormis quelques prestations un peu laborieuses lors de ses conférences de presse à l'issue des réunions de la Fed, les observateurs de la politique monétaire américaine n'ont pas de faux pas à lui reprocher. Il était donc bien positionné pour rester en place quatre années de plus, bien qu'il soit étiqueté républicain.

Cette étiquette ne l'a pas empêché de s'en tenir à une ligne pragmatique, malgré les pressions de la Maison-Blanche durant l'ère Trump. Il a su préserver l'indépendance de la Fed. Les mesures que la banque centrale a adoptées sous sa présidence en réaction à la crise sanitaire, généralement saluées par les spécialistes de la finance, étaient un autre atout pour "Jay" Powell.

Joe Biden doit encore procéder à trois autres nominations à la Fed. Ces décisions seront annoncées début décembre.

Mais côté démocrate, certains avaient préféré pousser la candidature de Lael Brainard. Cette diplômée de Harvard est la seule, parmi les gouverneurs de la Fed, à être étiquetée démocrate. On la dit davantage "colombe" que Powell. Les colombes sont les banquiers centraux favorables à une politique monétaire souple donnant la priorité au soutien à l'emploi.

Qui dirigera la supervision bancaire?

Lael Brainard est par ailleurs favorable à un contrôle plus strict du secteur financier, un domaine où les démocrates souhaitent que la Fed soit davantage interventionniste. Malgré cette corde à son arc, Lael Brainard ne sera pas chargée de la supervision bancaire. Elle remplacera Richard Clarida au poste de vice-président, tandis que le poste de vice-président à la supervision reste vacant pour l'instant. Par ailleurs, Joe Biden doit encore procéder à deux autres nominations au conseil des gouverneurs de la Fed. Le président américain se prononcera sur ces différentes fonctions début décembre, a fait savoir la Maison-Blanche lundi.

"Le président est engagé à améliorer la diversité dans la composition du conseil de la Fed."
La Maison-Blanche

Pour ces postes stratégiques, les observateurs de la Réserve fédérale considèrent que Joe Biden pourrait favoriser la nomination de femmes et de candidats issus de minorités raciales, compte tenu de la volonté de l'administration Biden de promouvoir davantage d'égalité jusqu'aux plus hautes fonctions. Le communiqué publié lundi par la Maison-Blanche souligne d'ailleurs que le président américain "est engagé à améliorer la diversité dans la composition du conseil".

Parmi les noms les plus cités figurent notamment William Spriggs, le chef économiste de l'AFL-CIO (American Federation of Labor and Congress of Industrial Organizations), la plus grande organisation syndicale des USA, et Seth Carpenter, le chef économiste à l'international de la banque Morgan Stanley. Tous deux sont afro-américains. Plusieurs femmes sont aussi sur les rangs, comme Lisa Cook, professeure à l'université du Michigan, ou encore Karen Dynan, professeure à Harvard. La Fed devrait donc changer de visage dans les semaines à venir.

Le résumé

  • Joe Biden a choisi de maintenir Jerome Powell à la tête de la Fed pour les quatre prochaines années.
  • Le président américain n'a donc finalement pas retenu la candidature de la gouverneure Lael Brainard.
  • Powell a bénéficié de son bon bilan à la tête de la Fed. Brainard, soutenue par des démocrates, pourrait hériter de la supervision bancaire.
  • D'autres postes sont à pourvoir à la Fed.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés