L'action Colruyt signe le plus fort recul hebdomadaire dans le Bel 20

Colruyt a pourtant publié des résultats en hausse pour son exercice 2018-19. ©Photo News

Après avoir compté parmi les rares actions vedettes au plus fort de la crise sanitaire, l'action Colruyt a été contrainte de faire profil bas après la publication de ses résultats annuels.

Après avoir reculé de 6,87%, l’indice Bel 20 de la Bourse de Bruxelles est remonté de 2,79% à 3.388,56 points.

Colruyt ne s'est pas risqué au jeu des pronostics concernant l'évolution future de ses affaires.

  • Meilleure progression de la semaine dans le Bel 20, UCB s’est envolé de 15,25% à 101,10 euros. Le groupe biopharmaceutique a indiqué que les 2 essais cliniques testant le bimekizumab dans le traitement du psoriasis, le traitement le plus important du pipeline d’UCB, ont livré des résultats d’efficacité.

  • Umicore a gagné 2,71% à 42,86 euros. Le groupe s’attend à ce que son résultat d’exploitation récurrent de la première partie de cette année soit globalement conforme aux niveaux du premier semestre 2019. En revanche, la visibilité sur la demande du marché au second semestre qui reste faible ne lui permet pas de formuler des perspectives chiffrées fiables pour l’ensemble de l’année.

  • Régulièrement en vedette en bourse au plus fort de la crise de coronavirus, l’action Colruyt s’est inclinée cette semaine, après la publication des résultats du groupe pour son exercice clos fin mars 20. Signant le plus fort recul de la semaine dans le Bel 20, elle a perdu 7,33% à 49,69 euros.
    La crise sanitaire liée a eu des effets divers sur ses affaires. Les magasins d'alimentation ont bien vu leurs volumes augmenter. En revanche, les activités liées au non-food, au foodservice et aux carburants ont subi une baisse de leur chiffre d’affaires. Pour l’ensemble du groupe, les ventes ont augmenté de 1,6% pour atteindre 9,4 milliards d’euros et le bénéfice net, de 12,9% à 431 millions d’euros. En raison des programmes de rachats d’actions propres en bourse, par action, ce bénéfice progresse de 13,6% à 3,14 euros. La marge brute s'est élevée à 26,8% du chiffre d'affaires contre 26,2% au cours de l’exercice précédent.
    Petit bémol dans la panoplie des chiffres publiés par Colruyt, sa part de marché dans le secteur de la distribution alimentaire s’est effritée de 32,3% à 32,2% d’un exercice à l’autre. Mais cela n’empêche pas les dirigeants du groupe de proposer à la prochaine AG des actionnaires, fixée au 30 septembre prochain, une hausse de 3% du montant brut de son dividende à 1,35 euro par action (0,95 euro net).
    Autre bémol, qui concerne l’évolution de ses affaires dans les mois à venir. Colruyt ne s’est pas livré au jeu des pronostics. Il se prononcera sur le sujet lors de l’AG des actionnaires.

  • AB Inbev s’est amélioré de 1,36% à 45,815 euros. Renaissance Capital a entamé le suivi de la valeur avec une recommandation à "conserver" et un objectif de cours de 51,5 euros.

  • Atenor programme une augmentation de capital. Le promoteur immobilier compte lever des fonds pour un montant de 77 millions d’euros avec droits de préférence. Quatre droits permettront de souscrire à une action au prix unitaire de 55 euros. En bourse, son action a cédé 3,39% à 63 euros au cours des 5 dernières séances.

  • Mithra, qui a aussi levé des fonds en augmentant son capital, a abandonné 7,79% à 19,64 euros.

  • Sur les autres places boursières, après Lufthansa qui programme 22.000 suppressions de postes et British Airways 12.000 postes, Air France envisagerait à son tour d’annoncer un plan de 8.300 départs volontaires. Son action a reculé de 5,49% à 4,56 euros. Pour leur part, Lufthansa s’est contractée de 2,87% à 10,17 euros et British Airways (IAG) de 1,45% à 271,5 pence. Rappelons que Lufthansa réunira le 25 juin ses actionnaires, qui se prononceront sur le plan de sauvetage de la compagnie.

  • Dans le secteur des constructeurs aéronautiques, Airbus a lâché 2,85% à 68,86 euros, tandis que Boeing, à Wall Street, s’est raffermi de 0,69% à 190,82 euros. Après Iberia, c’est au tour de Qatar Airways de décider qu’il ne prendra livraison d’aucun avion d’ici 2022. Pour les appareils que la compagnie a commandés, les livraisons s’étaleront jusqu’en 2028.

  • Les actions des constructeurs automobiles ont aussi fait marche arrière. Renault a perdu  3,95% à 21,13 euros et Volkswagen 3,01% à 141,80 euros. D’après les chiffres publiés par l’European Automobile Manufactures Association (ACEA) dont le siège est établi à Bruxelles, le nombre de voitures vendues en Europe (les 27 Etats membres à l’exclusion de la Grande-Bretagne) a chuté de 52,26% à 581.161 unités en mai par rapport au même mois de l’an dernier. Entre janvier et la fin mai cette année, la chute se monte à 41,5%.

  • A Londres, KingFisher est monté de 6,09% à 208,90 pence. Le distributeur, qui détient des marques telles que Castorama et Brico Dépôt en France, a fait état d’un bond de 21,8% de ses ventes à périmètre comparable au 2e trimestre clos le 13 juin. Dans le même temps, les ventes sur internet ont été multipliées par 4 depuis la mi-mars.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés