L'activiste qui s'attaque à Nikola Corp

©REUTERS

Nathan Anderson, un investisseur activiste, a fait chuter l’action Nikola de 50% sur le Nasdaq.

Il n’a que 36 ans. Et il s’est déjà fait un nom à Wall Street. Après divers jobs (FactSet, ClaritySpring…), ce diplômé de l’Université de Connecticut a fondé la société Hindenburg Research en 2018. Le choix du nom n’est pas anodin. Le dirigeable Hindenburg avait été détruit par un incendie en 1937. Un désastre que l’on aurait pu éviter, dit-il, dans la mesure où l’hydrogène est l’élément le plus inflammable de l’univers. Malgré cela, ajoute-t-il, les opérateurs ont poursuivi leur projet, adoptant cette maxime souvent citée à Wall Street que «cette fois, c’est différent».  Anderson cherche désormais à empêcher d’autres désastres, cette fois sur les marchés financiers, en traquant les fraudes et les mauvais gestionnaires. Il souligne même sa volonté de mettre les «bad guys» en prison.

Son modèle? Harvey Markopolos qui avait sonné l'alerte dans l'affaire Madoff.

Alerté par diverses informations, il a trouvé sa cible dans Nikola, cette société qui projette de devenir "le Tesla des camions électriques". Depuis la publication d’un rapport le 10 septembre, le cours de Nikola a chuté de 50% et le fondateur Trevor Milton a démissionné.

Anderson, qui a parié à la baisse sur l’action Nikola, parle de tromperie dans le chef des dirigeants. Il soutient notamment qu’une vidéo montrant un des prototypes de Nikola a été mise en scène en 2017. Le camion avait été tracté au sommet d'une colline et on l'a simplement filmé en train de descendre la pente. Chez Nikola, on dément.

Dans un entretien au Wall Street Journal, Anderson avoue sa nervosité au moment de publier sa note. Il sait que des gens risquent de perdre de l’argent ou leur job. Et qu'il pourrait être attaqué en justice. Afin de se donner du courage, il s'est sans doute référé à son modèle: Harry Markopolos, l'activiste qui a sonné l'alerte dans l'affaire Madoff.  

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés