L'activité privée au plus haut depuis 15 ans en zone euro

L'activité du secteur privé en zone euro a notamment bénéficié de la réouverture de plus en plus large des cafés et restaurants. ©Photo News

La croissance de l'activité du secteur privé dans la zone euro a atteint en juin son rythme le plus élevé depuis 15 ans, grâce à l'assouplissement des mesures de confinement et au rebond de la demande.

59,2
L'indice PMI composite est passé de 57,1 en mai à 59,2 en juin, son plus haut niveau en 15 ans.

La reprise s'accélère en zone euro, comme l'indique l'indice PMI composite publié ce mercredi matin par le cabinet Markit. Cet indice qui se base sur les commandes des directeurs d'achats dans le secteur manufacturier et celui des services a continué à progresser ce mois-ci pour atteindre 59,2, après 57,1 en mai. C'est plus des 58,8 attendus par les analystes et surtout son niveau le plus élevé depuis 2006. Un chiffre inférieur à 50 signifie que l'activité se contracte, alors qu'à l'inverse elle progresse si le chiffre est supérieur à ce seuil.

"L'économie de la zone euro connaît un essor sans précédent depuis 15 ans, les entreprises faisant état d'une brusque montée de la demande, avec une reprise de plus en plus large, dépassant la seule industrie manufacturière pour englober davantage le secteur des services", a commenté Chris Williamson, économiste en chef de Markit. "Ces données laissent présager une expansion impressionnante du PIB au deuxième trimestre, suivie d'une croissance encore plus forte au troisième trimestre", a-t-il ajouté.

Vaccination et déconfinement

En Europe, les mesures de confinement ont été allégées pour atteindre leur niveau le plus bas depuis septembre et le mouvement devrait se poursuivre en juillet, selon Markit. Cafés, restaurants et hôtels rouvrent leurs portes de plus en plus largement, tandis que les touristes européens recommencent à voyager.

"Les programmes de vaccination font également des progrès impressionnants. Cela a non seulement facilité une plus grande activité dans le secteur des services, mais la perspective réjouissante d'un retour à la normale a également fait grimper la confiance des consommateurs à un niveau sans précédent, ce qui a encouragé des dépenses plus importantes et provoqué des embauches", a expliqué Chris Williamson.

"La perspective réjouissante d'un retour à la normale a également fait grimper la confiance des consommateurs à un niveau sans précédent, ce qui a encouragé des dépenses plus importantes et provoqué des embauches."
Chris Williamson
Économiste en chef de Markit

Pressions inflationnistes

Markit a cependant constaté une forte hausse des prix à la consommation, causée par des pénuries de composants qui ont perturbé les chaînes d'approvisionnement et par la chute des stocks sous l'effet de ventes élevées. Les pressions inflationnistes ont à nouveau augmenté en juin et la tendance va se poursuivre, estime le cabinet d'analyse économique.

Des pressions inflationnistes qui pesaient sur les marchés d'actions ce mercredi, mais que la Banque centrale européenne juge pour l'instant temporaire. Sa prévision d'inflation pour 2021 reste ainsi sous son objectif "proche, mais en dessous de 2%".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés